Thursday, Novembre 17, 2022
Guide de voyage Ouzbékistan - Travel S helper

Ouzbékistan

guide de voyage

L'Ouzbékistan, anciennement la République d'Ouzbékistan, est une nation d'Asie centrale avec deux frontières géographiques. C'est une république présidentielle avec douze provinces, une république autonome et une capitale. Le Kazakhstan au nord, le Tadjikistan au sud-est, le Kirghizistan au nord-est, l'Afghanistan au sud et le Turkménistan à la frontière sud-ouest avec l'Ouzbékistan.

La région qui comprend maintenant la République d'Ouzbékistan a été capturée au début du XVIe siècle par des nomades de langue turque orientale qui faisaient autrefois partie des empires turcophones de Khaganate et plus tard timurides. Au cours du XIXe siècle, la région a été progressivement absorbée par l'Empire russe et, en 16, ce qui est maintenant l'Ouzbékistan est devenu une république délimitée de l'Union soviétique appelée République socialiste soviétique d'Ouzbékistan (RSS d'Ouzbékistan). Le 1924 août 31, après la désintégration de l'Union soviétique, elle a proclamé son indépendance sous le nom de République d'Ouzbékistan (fêtée officiellement le lendemain).

Officiellement, l'Ouzbékistan est un pays démocratique, laïc, unitaire, constitutionnel avec une riche histoire culturelle. La langue officielle de la nation est l'ouzbek, une langue turque écrite en caractères latins et parlée nativement par environ 85 % de la population ; néanmoins, le russe est également largement utilisé. Les Ouzbeks représentent 81 % de la population, suivis des Russes (5.4 %), des Tadjiks (4.0 %), des Kazakhs (3.0 %) et des autres (6.5 %). L'écrasante majorité des Ouzbeks sont des musulmans non confessionnels. L'Ouzbékistan est membre de la Communauté des États indépendants (CEI), de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), des Nations Unies (ONU) et de l'Organisation de coopération de Shanghai (OCS).

L'économie de l'Ouzbékistan repose principalement sur la production de matières premières, notamment le coton, l'or, l'uranium et le gaz naturel. Malgré son objectif déclaré de transition vers une économie de marché, son gouvernement continue de maintenir des restrictions économiques qui favorisent la « substitution des importations » nationales aux importations.

Vols & Hôtels
chercher et comparer

Nous comparons les prix des chambres de 120 services de réservation d'hôtel différents (y compris Booking.com, Agoda, Hotel.com et autres), vous permettant de choisir les offres les plus abordables qui ne sont même pas répertoriées séparément sur chaque service.

100% meilleur prix

Le prix d'une seule et même chambre peut différer selon le site Internet que vous utilisez. La comparaison des prix permet de trouver la meilleure offre. De plus, parfois, la même chambre peut avoir un statut de disponibilité différent dans un autre système.

Sans frais et sans frais

Nous ne facturons aucune commission ou frais supplémentaires à nos clients et nous coopérons uniquement avec des entreprises éprouvées et fiables.

Notes et commentaires

Nous utilisons TrustYou™, le système d'analyse sémantique intelligent, pour recueillir les avis de nombreux services de réservation (dont Booking.com, Agoda, Hotel.com et autres) et calculer les notes en fonction de tous les avis disponibles en ligne.

Réductions et offres

Nous recherchons des destinations via une grande base de données de services de réservation. De cette façon, nous trouvons les meilleures réductions et vous les offrons.

Ouzbékistan - Carte Info

Population

35,300,000

Devise

jSom ouzbek (UZS)

fuseau horaire

UTC+5 (UZT)

Surface

448,978 2 173,351 kmXNUMX (XNUMX XNUMX XNUMX milles carrés)

Code d'appel

+998

Langue officielle

Ouzbèque

Ouzbékistan | Introduction

Géographie de l'Ouzbékistan

L'Ouzbékistan a une superficie totale de 447,400 172,700 kilomètres carrés (56 42 milles carrés). C'est le XNUMXe plus grand pays du monde en termes de superficie et le XNUMXe en termes de population. C'est le quatrième pays de la CEI par superficie et le deuxième par sa population.

L'Ouzbékistan est situé entre les latitudes 37° et 46° N, et les longitudes 56° et 74° E. Il mesure 1,425 kilomètres (885 miles) de long d'ouest en est et 930 kilomètres (580 miles) de long du nord au sud. . L'Ouzbékistan, qui borde le Kazakhstan et la mer d'Aral au nord et au nord-ouest, le Turkménistan au sud-ouest, le Tadjikistan au sud-est et le Kirghizistan au nord-est, est l'un des plus grands pays d'Asie centrale et le seul à bordé les quatre. Au sud, l'Ouzbékistan partage une courte frontière (moins de 150 km ou 93 mi) avec l'Afghanistan.

L'Ouzbékistan est un pays enclavé au climat aride. C'est l'une des deux nations du monde doublement enclavées (un pays entièrement encerclé par des pays enclavés), l'autre étant le Liechtenstein. De plus, aucune de ses rivières ne se jette dans la mer en raison de sa position à l'intérieur d'une série de bassins endoréiques. Moins de 10% de la superficie des terres est constituée de terres irriguées fortement cultivées dans les vallées fluviales et les oasis. Le reste se compose d'un immense désert (Kyzyl Kum) et de montagnes.

Le Khazret Sultan, à 4,643 15,233 mètres (22 XNUMX pieds) au-dessus du niveau de la mer, est situé dans la partie sud de la chaîne de Gissar dans la province de Surkhandarya, à la frontière avec le Tadjikistan, approximativement au nord-ouest de Douchanbé (anciennement appelé Pic du XNUMXe Congrès du Parti Communiste Fête).

La République d'Ouzbékistan a un climat continental, avec des précipitations minimales prévues chaque année (100 à 200 millimètres ou 3.9 à 7.9 pouces). La température moyenne élevée en été est de 40 ° C (104 ° F), tandis que la température basse moyenne en hiver est d'environ 23 ° C (9 ° F).

Démographie de l'Ouzbékistan

L'Ouzbékistan est le pays le plus peuplé d'Asie centrale. Ses 31,576,400 34.1 14 habitants représentent près de la moitié de la population totale de la région. L'Ouzbékistan a une population relativement jeune : 2008 % de sa population a moins de 80 ans (estimation de 5.5). Selon les statistiques officielles, les Ouzbeks représentent la grande majorité (5 %) de la population totale. Les autres groupes ethniques comprennent les Russes (3%), les Tadjiks (2.5%, estimation officielle, contestée), les Kazakhs (1.5%), les Karakalpaks (1996%) et les Tatars (XNUMX%). (estimations XNUMX).

Il existe un désaccord considérable concernant la proportion de la population tadjike. Alors que les chiffres officiels de l'État d'Ouzbékistan évaluent le chiffre à 5 %, cela est considéré comme une sous-estimation, certains universitaires occidentaux l'évaluant à 20 % à 30 %. Les Ouzbeks se mêlèrent aux Sarts, peuple turco-perse d'Asie centrale. La majeure partie des Ouzbeks de nos jours sont mélangés et peuvent retracer leurs ancêtres jusqu'aux peuples mongols et iraniens.

L'Ouzbékistan a une communauté ethnique coréenne que Staline a déplacée de force de l'Extrême-Orient soviétique vers la région en 1937-1938. Il existe également de minuscules communautés arméniennes en Ouzbékistan, principalement à Tachkent et Samarkand. Le pays est à 88 % musulman (principalement sunnite, avec une minorité chiite à 5 %), à 9 % orthodoxe oriental et à 3 % d'autres religions. Selon le rapport 2004 sur la liberté religieuse internationale du Département d'État des États-Unis, 0.2% de la population est bouddhiste (c'est-à-dire des Coréens de souche). Pendant des milliers d'années, les Juifs de Boukhara ont résidé en Asie centrale, principalement en Ouzbékistan. En 1989, il y avait 94,900 0.5 Juifs en Ouzbékistan (environ 1989 % de la population selon le recensement de 2007), mais depuis l'effondrement de l'Union soviétique, la majorité des Juifs d'Asie centrale ont fui vers les États-Unis, l'Allemagne ou Israël. En 5,000, moins de XNUMX XNUMX Juifs restaient en Ouzbékistan.

Les Russes représentent environ 5.5% de la population totale de l'Ouzbékistan. À l'époque soviétique, les Russes et les Ukrainiens constituaient plus de la moitié de la population de Tachkent. Lors du recensement de 1970, le pays comptait près de 1.5 million de Russes, soit 12.5 % de la population. Suite à l'effondrement de l'Union soviétique, il y a eu un important exode de Russes de souche, principalement pour des raisons économiques.

Les Tatars de Crimée, ainsi que les Allemands de la Volga, les Tchétchènes, les Grecs pontiques, les Kumaks et de nombreuses autres ethnies, ont été exilés en Asie centrale dans les années 1940. Environ 100,000 35,000 Tatars de Crimée restent en Ouzbékistan. La population grecque de Tachkent est passée de 1974 12,000 en 2004 à environ 1989 XNUMX en XNUMX. Suite aux pogroms de la vallée de Fergana en juin XNUMX, la majorité des Turcs meskhètes ont fui le pays.

Au moins 10 % de la main-d'œuvre de l'Ouzbékistan est employée à l'étranger (principalement en Russie et au Kazakhstan).

L'Ouzbékistan a un taux d'alphabétisation de 99.3 % chez les adultes de plus de 15 ans (estimation de 2003), ce qui peut être attribué au système d'éducation gratuite et universelle de l'Union soviétique.

En Ouzbékistan, les hommes ont une espérance de vie de 66 ans et les femmes une espérance de vie de 72 ans.

La religion en Ouzbékistan

Selon une déclaration du département d'État américain de 2009, l'islam est de loin la plus grande religion en Ouzbékistan, les musulmans constituant 90 % de la population, 5 % de la population suivant le christianisme orthodoxe russe et 5 % de la population suivant d'autres confessions. Selon une étude du Pew Research Center de 2009, la population de l'Ouzbékistan est à 96.3 % musulmane. Il y avait autrefois environ 93,000 XNUMX Juifs dans le pays.

Malgré sa suprématie, la pratique islamique est loin d'être uniforme. En Ouzbékistan, plusieurs formes différentes de la religion sont pratiquées. Tout au long du XXe siècle, la lutte entre la tradition islamique et les différents programmes de réforme ou de sécularisation a laissé au monde extérieur un éventail diversifié de pratiques islamiques dans toute l'Asie centrale. Les musulmans non confessionnels représentent 54 % des musulmans, les sunnites 18 % et les chiites 1 %.

La chute de l'autorité soviétique en Ouzbékistan n'a pas entraîné une explosion de l'intégrisme, comme beaucoup l'avaient prévu, mais plutôt une re-connaissance progressive des principes de la foi.

Communauté juive

Selon la légende locale, les Juifs se sont installés pour la première fois dans la région il y a 2,000 1,500 ans, après l'expulsion des Babyloniens du royaume d'Israël. D'autres légendes sont centrées sur les marchands juifs qui se sont installés dans la région de la route de la soie et sur les Juifs qui ont fui dans la région lors des persécutions perses il y a XNUMX XNUMX ans.

La communauté juive a prospéré pendant des siècles, avec seulement des revers mineurs tout au long des règnes de plusieurs rois. Pendant le règne de Tamerlan au XIVe siècle, les Juifs ont apporté une contribution significative à ses tentatives de reconstruction de Samarcande, et un grand centre juif y a été construit.

Les Juifs ont obtenu des droits égaux à ceux des peuples autochtones lorsque la région a été prise en charge par la Russie en 1868. Environ 50,000 20,000 Juifs résidaient à Samarkand à l'époque, et 1917 1935 autres à Boukhara. Suite à la révolution russe de 30 et à la création du gouvernement soviétique, l'activité religieuse juive a été sévèrement limitée. En XNUMX, il ne restait plus qu'une seule des XNUMX synagogues de Samarcande; néanmoins, l'activité communautaire clandestine a persisté tout au long de la période soviétique.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, des dizaines de milliers de Juifs des parties européennes de l'Union soviétique ont fui vers l'Ouzbékistan en tant que réfugiés ou ont été bannis par Staline. En 1970, la république comptait 103,000 XNUMX Juifs enregistrés.

Avec l'émergence d'émeutes nationalistes à la fin des années 1980 à la suite de la désintégration de l'Union soviétique, qui a endommagé, entre autres, le quartier juif d'Andijan, la majorité des Juifs ouzbeks ont fui vers Israël et les États-Unis. Aujourd'hui, la nation compte une petite population de plusieurs milliers de personnes : 7,000 3,000 à Tachkent, 700 XNUMX à Boukhara et XNUMX à Samarcande.

Langue en Ouzbékistan

L'ouzbek est la seule langue officielle de l'Ouzbékistan. La majorité des gens sont des Ouzbeks de souche qui parlent l'ouzbek comme première langue; cependant, en raison du passé du pays en tant que partie de l'Union soviétique, beaucoup connaissent également le russe, qui est toujours enseigné comme deuxième langue obligatoire dans toutes les écoles. En Ouzbékistan, il y a aussi un grand nombre de Tadjiks et de Kazakhs qui parlent leur langue maternelle comme première langue. À Samarcande et à Boukhara, par exemple, le tadjik est tout aussi commun que l'ouzbek à parler. Le russe est couramment parlé, en particulier dans les villes. La majorité des habitants de Tachkent parlent le russe, et il est tout aussi courant de l'entendre dans la rue que l'ouzbek.

Les Karalkalpaks ethniques parlent leur propre langue, qui est liée au kazakh, dans le territoire semi-autonome du Karalkalpakstan dans l'ouest de l'Ouzbékistan. De nombreux Karalkalpaks parlent également couramment le russe.

Les citadins parlent de plus en plus anglais, en particulier ceux de l'hôtellerie et de la restauration. Cependant, l'anglais n'est pas encore couramment parlé, donc si vous ne parvenez pas à communiquer en ouzbek, le russe est votre meilleure option.

Internet et communications en Ouzbékistan

La majeure partie de l'Ouzbékistan dispose d'une couverture mobile et les services sont à un prix raisonnable. En Ouzbékistan, il existe de nombreux fournisseurs de services mobiles de premier plan, notamment Ucell, Beeline, MTS (MTC en cyrillique) et Perfectum Mobile. Après présentation de son passeport, un étranger peut obtenir une carte SIM. Une personne doit être enregistrée afin d'activer une connexion de téléphone mobile. Certains commerçants ignorent souvent les règles et refusent de vendre aux étrangers.

Des cafés Internet peuvent être trouvés dans la majorité des villes. Les vitesses peuvent parfois être rapides, mais elles sont généralement lentes.

Économie de l'Ouzbékistan

L'Ouzbékistan possède les quatrièmes plus grandes réserves d'or au monde. Le pays extrait 80 tonnes d'or chaque année, se classant au sixième rang mondial. Les réserves de cuivre de l'Ouzbékistan sont classées au dixième rang mondial, tandis que ses réserves d'uranium sont classées au douzième. La nation se classe au huitième rang mondial en termes de production d'uranium. Uzbekneftegas, la société nationale du gaz ouzbek, se classe au 11e rang mondial pour la production de gaz naturel, avec une production annuelle de 60 à 70 milliards de mètres cubes (2.1 à 2.5 billions de pieds cubes). L'Ouzbékistan possède d'importantes réserves de pétrole et de gaz non développées : il existe 194 ressources d'hydrocarbures dans le pays, dont 98 gisements de condensats et de gaz naturel et 96 gisements de condensats de gaz.

La China National Petroleum Corporation (CNPC), Petronas, la Korea National Oil Corporation, Gazprom, Lukoil et Uzbekneftegas sont les principales entreprises engagées dans l'industrie énergétique de l'Ouzbékistan.

L'économie de l'Ouzbékistan, comme celle de nombreux autres pays de la Communauté d'États indépendants (CEI), a chuté au cours des premières années de la transition, puis a rebondi après 1995, lorsque l'impact cumulé des changements de politique est devenu apparent. Il a augmenté à un rythme rapide, augmentant de 4 % par an entre 1998 et 2003, puis s'est accéléré pour atteindre 7 à 8 % par an par la suite. Selon les projections du FMI, le PIB en 2008 sera presque le double de celui de 1995. (en prix constants). Depuis 2003, les taux d'inflation annuels sont en moyenne inférieurs à 10 %.

L'Ouzbékistan a un PIB par habitant de 1,900 2013 dollars EU (en monnaie courante en 3,800), ce qui équivaut à 2011 XNUMX dollars EU en termes de PPA. Les matières premières dominent la production économique. L'Ouzbékistan était le septième producteur mondial et le cinquième exportateur mondial de coton en XNUMX, ainsi que le septième producteur mondial d'or. C'est également un important producteur de gaz naturel, de charbon, de cuivre, de pétrole, d'argent et d'uranium dans la région.

L'agriculture emploie 26 % de la main-d'œuvre ouzbèke et représente 18 % du PIB du pays (données de 2012). Les terres cultivables couvrent 4.4 millions d'hectares, soit environ 10 % de la superficie totale de l'Ouzbékistan. Alors que le chômage officiel est extrêmement faible, le sous-emploi serait d'au moins 20 %, en particulier dans les régions rurales. Pendant la récolte du coton, tous les étudiants et instructeurs sont toujours recrutés comme ouvriers non rémunérés pour aider dans les champs. En Corée du Sud, le coton ouzbek est même utilisé pour fabriquer des billets de banque. En raison de l'exploitation du travail des enfants en Ouzbékistan, de nombreuses entreprises, dont Tesco, C&A, Marks & Spencer, Gap et H&M, ont décidé de boycotter le coton ouzbek.

Confronté à une série de difficultés économiques après l'accession à l'indépendance, le gouvernement a poursuivi une approche de réforme évolutive qui mettait l'accent sur le contrôle de l'État, la réduction des importations et l'autosuffisance énergétique. Depuis 1994, les médias contrôlés par l'État ont fréquemment déclaré le succès de ce « modèle économique ouzbek », affirmant qu'il s'agissait d'un exemple unique en son genre d'une transition sans heurt vers une économie de marché tout en évitant les chocs, la paupérisme et la stagnation. .

Des changements macroéconomiques et structurels importants ont été reportés dans le cadre de l'approche progressive des réformes. L'État, aux mains de la bureaucratie, est resté une force économique majeure. La corruption envahit la société et devient de plus en plus répandue avec le temps : l'Ouzbékistan était 137e sur 159 pays dans l'indice de perception de la corruption de 2005, mais classé 175e sur 179 pays en 2007. Selon l'évaluation de février 2006 de l'International Crisis Group sur le pays, les revenus des principaux les exportations, y compris le coton, l'or, le maïs et maintenant le gaz, sont réparties dans un cercle relativement restreint de la classe dirigeante, avec peu ou pas d'avantages pour le grand public. De récents scandales de corruption très médiatisés impliquant des contrats gouvernementaux et de grandes sociétés multinationales, notamment TeliaSoneria, ont montré que les entreprises opérant en Ouzbékistan sont particulièrement exposées à la corruption.

Le gouvernement, selon l'Economist Intelligence Unit, « est réticent à permettre la croissance d'un secteur privé indépendant sur lequel il n'aurait aucune influence ».

Les politiques économiques ont découragé les investissements étrangers, entraînant le revenu par habitant le plus bas de la CEI. Pendant de nombreuses années, l'obstacle le plus important à l'entrée des entreprises internationales sur le marché de l'Ouzbékistan a été la difficulté de changer de l'argent. En 2003, le gouvernement a accepté les exigences du Fonds monétaire international (FMI) en vertu de l'article VIII, qui prévoyait une convertibilité totale des devises. Cependant, les restrictions monétaires strictes et le resserrement des frontières ont atténué l'impact de cette politique.

Immédiatement après l'indépendance (1992-1994), l'Ouzbékistan a subi une forte inflation de plus de 1000 50 % par an. Les mesures de stabilisation menées avec l'aide du FMI ont bien payé. Les taux d'inflation ont été ramenés à 1997 % en 22, puis à 2002 % en 2003. Depuis 10, les taux d'inflation annuels sont en moyenne inférieurs à 2004 %. Des mesures économiques strictes en 3.8 ont entraîné une baisse significative de l'inflation à 15 % (bien que d'autres estimations basées sur le prix d'un véritable panier de consommation le situent à 6.9 %). Les taux d'inflation ont atteint 2006 % en 7.6 et 2007 % en XNUMX, mais sont depuis restés à un chiffre.

Le gouvernement de l'Ouzbékistan limite les importations internationales par diverses méthodes, y compris des tarifs d'importation élevés. Pour protéger les produits fabriqués localement, les droits d'accise sont utilisés de manière très discriminatoire. Les tarifs officiels sont associés à des prélèvements non officiels et discriminatoires, entraînant des coûts totaux allant jusqu'à 100 à 150 % de la valeur réelle du produit, ce qui rend les produits importés pratiquement chers. La substitution des importations est une stratégie officiellement déclarée, et le gouvernement affirme fièrement que la quantité de produits de consommation importés a été divisée par deux. Les droits d'importation en Ouzbékistan sont officiellement supprimés pour un certain nombre de pays de la CEI.

La Bourse républicaine (RSE) a ouvert ses portes en 1994. La RSE négocie les actions de toutes les sociétés par actions ouzbèkes (environ 1250). En janvier 2013, il y avait plus de 110 entreprises cotées. Le volume du marché des valeurs mobilières a dépassé 2 2012 milliards de dollars en 9, et ce chiffre ne cesse d'augmenter en raison de l'intérêt accru des entreprises pour l'obtention des ressources nécessaires via le marché des capitaux. Selon le Dépositaire central, la valeur nominale des actions en circulation des émetteurs ouzbeks a dépassé 2013 XNUMX milliards en janvier XNUMX.

Depuis 2003, l'Ouzbékistan a maintenu une position extérieure solide. Le compte courant est devenu un excédent important (entre 9 % et 11 % du PIB de 2003 à 2005), grâce en partie à la reprise des cours mondiaux de l'or et du coton (les principaux produits d'exportation du pays), à l'expansion du gaz naturel et à certains les exportations de produits manufacturés, l'augmentation des transferts de main-d'œuvre migrante et les réserves de change, y compris l'or, ont plus que doublé pour atteindre environ 3 milliards de dollars.

En 2010, les réserves de change s'élevaient à 13 milliards de dollars américains.

Selon une étude de la banque mondiale HSBC, l'Ouzbékistan devrait être l'une des économies les plus dynamiques au monde (numéro 26) au cours des prochaines décennies.

Conditions d'entrée pour l'Ouzbékistan

Visa et passeport pour l'Ouzbékistan

À l'exception des détenteurs de passeports des pays de la CEI, tout le monde a besoin d'un visa. Une «lettre d'invitation» (LOI) n'est plus requise pour les citoyens d'Autriche, de Belgique, de France, d'Allemagne, d'Italie, du Japon, de Lettonie, de Malaisie, d'Espagne, de Suisse et du Royaume-Uni, mais elle est toujours requise pour la grande majorité d'autres, y compris les citoyens canadiens et américains dans le cadre de la procédure simplifiée de visa.

Pour faire une demande de visa, remplissez le formulaire de demande trouvé ici, imprimez le pdf résultant et apportez-le, accompagné de quelques photographies et d'une photocopie de votre passeport, à votre ambassade ouzbèke la plus proche. Ils demanderont ensuite l'autorisation d'accorder un visa au ministère des Affaires étrangères à Tachkent, ce qui prend 7 à 14 jours. Vous pourrez récupérer votre visa après l'obtention de cette autorisation. Pour économiser deux visites à l'ambassade, vous pouvez obtenir une lettre d'intention à l'avance (par e-mail) et, si elle est approuvée, vous pouvez récupérer votre visa à l'ambassade de votre choix en une seule visite - c'est pratique pour ceux qui doivent venir chercher un visa "en mouvement". Lors de la réservation d'un hôtel, les agences de voyages vous fournissent souvent une lettre d'intention. Parlez à une agence de voyage locale dans votre propre pays. Pour un court séjour, la lettre d'intention coûtera généralement entre 30 et 40 USD. Pour les informations les plus récentes, visitez le site Web du ministère des Affaires étrangères.

Dans les trois jours suivant votre entrée dans le pays, vous devez remplir un enregistrement, qui est une déclaration officielle indiquant le lieu où vous résiderez. Si vous séjournez dans un hôtel décent, ils le feront automatiquement ; mais, si vous restez dans une maison, vous devrez remplir beaucoup de papiers pour vous inscrire.

Attendez-vous à des formalités d'immigration et de passeport un peu longues à l'entrée en Ouzbékistan, bien qu'elles soient assez faciles. On vous demandera de divulguer tout l'argent que vous apportez dans le pays – ne vous en faites pas – déclarez tout ce que vous avez et assurez-vous de partir avec moins d'argent. Le gouvernement de l'Ouzbékistan ne veut pas que l'argent étranger précieux quitte le pays.

Des permis de voyage sont nécessaires pour les régions montagneuses proches des frontières du Tadjikistan et du Kirghizistan, y compris de grandes parties des parcs nationaux d'Ugam-Chatkal et de Zaamin.

Comment voyager en Ouzbékistan

Monter - En avion

L'aéroport international de Tachkent « Yuzhniy » est le principal aéroport d'Ouzbékistan (IATA : TAS). L'aéroport lui-même est assez moderne, avec de nombreuses compagnies aériennes étrangères ainsi que Uzbekistan Airways. L'infrastructure aéroportuaire est excellente, mais le personnel ne l'est pas. La plupart d'entre eux seront des bureaucrates inutiles avec une attitude inutile. La récupération des bagages et les formalités douanières peuvent prendre jusqu'à deux heures.

Andijan, Boukhara, Ferghana, Karshi, Namangan, Nukus, Samarkand, Tachkent, Termez et Urgench ont tous des aéroports.

Monter - En train

Les services passagers ne sont disponibles que vers le Kazakhstan et via le Kazakhstan vers la Russie et l'Ukraine. Parmi eux se trouvent les trains suivants :

  • Tachkent – ​​Moscou (3 fois par semaine) : Train 6 Ouzbékistan quitte Moscou les lundi, mercredi et vendredi à 23h15 et arrive à Tachkent à 22h35 les mercredi, vendredi et dimanche. La distance entre Moscou et Tachkent en train est de 3,369 XNUMX km.
  • Tachkent – ​​Oufa (3 fois par semaine)
  • Tachkent – ​​Chelyabinsk (une fois par semaine)
  • Tachkent – ​​Kharkov (une fois par semaine)
  • Tachkent – ​​Saratov (tous les 4 jours)
  • Noukous – Tachkent – ​​Almaty (une fois par semaine)

De plus, des lignes ferroviaires relient l'Ouzbékistan au Turkménistan et au Tadjikistan. Cependant, le service vers le Turkménistan a été interrompu.

Monter - En voiture

Il existe des routes depuis les pays voisins, mais les frontières peuvent être fermées et il y a eu des problèmes de sécurité. Certaines régions frontalières sont menacées par les mines terrestres.

De l'Afghanistan

Le pont de l'amitié, situé à 10 kilomètres au sud de Termiz, relie l'Afghanistan à l'Ouzbékistan.

Du Kazakhstan

Le Kazakhstan et l'Ouzbékistan ne partagent que deux points de passage frontaliers :

  • Le principal passage routier entre le Kazakhstan et l'Ouzbékistan est Gisht Kuprik (Chernyaevka) entre Shymkent et Tachkent. Un taxi partagé ou marschrutka de la gare routière de Kolos à Shymkent à la frontière coûte environ 4 $ US. Le trajet dure environ une heure. La frontière est ouverte de 7h à 9h (heure de Tachkent). Vous devez traverser la frontière et prendre un taxi de la frontière à Tachkent, ce qui coûtera environ 6000 5 UZS. Des temps d'attente à la frontière allant jusqu'à 6 ou XNUMX heures ont été signalés.
  • Un autre passage est situé entre Beyneu dans l'ouest du Kazakhstan et Kungrad en Ouzbékistan.

Du Kirghizistan

  • Les bus de Bichkek à l'Ouzbékistan s'arrêtent à la frontière à Gisht Kuprik (Chernyaevka). Vous devrez prendre un taxi de la frontière à Tachkent, ce qui vous coûtera 6000 XNUMX UZS. Le Kazakhstan exige un visa de transit.
  • Vous pouvez traverser la frontière à pied après avoir pris un taxi ou un minibus de Jalal Abad à Khanabad (20som).
  • Depuis Osh, vous pouvez prendre un taxi (50som) ou un minibus (5som) jusqu'à Dustlyk (Dostyk), puis un taxi partagé jusqu'à Andijan en Ouzbékistan.

Du Tadjikistan

La distance entre Douchanbé et la frontière de Denau est d'environ 55 kilomètres. Les taxis partent du bazar Zarnisar de Douchanbé. Un trajet en taxi coûtera environ 8 TJS et prendra environ 90 minutes. Il y a des Minbus qui vont de la frontière à Denau. Vous devrez prendre un taxi partagé pour Samarkand à partir de là.

Vous devez prendre un taxi partagé de Penjikent à la frontière tadjiko-ouzbèke (5 TJS, 22 km) puis un autre taxi de la frontière à Samarcande (environ 50 km).

Monter - En bus

Des bus desservent tous les pays voisins lorsque les frontières terrestres sont ouvertes.

Entrer - En bateau

L'Ouzbékistan est enclavé, à l'exception de la partie sud de la mer d'Aral intérieure. En réalité, c'est l'un des deux seuls pays au monde à double enclavement, l'autre étant le Liechtenstein.

Comment se déplacer en Ouzbékistan

Se déplacer - En train

La méthode la plus pratique pour voyager entre les principales villes touristiques d'Ouzbékistan est le train. La ligne principale Tachkent-Samarcande-Boukhara est desservie une fois par jour par deux trains express appelés "Afrosiob" et "Sharq": L'Afrosiob est un train de type Talgo-250 qui parcourt 2.5 heures jusqu'à Samarcande, tandis que le "Sharq" parcourt 600 kilomètres de Tachkent à Boukhara (avec un arrêt intermédiaire à Samarcande) en moins de 7 heures. Un train de nuit quotidien de Tachkent à Boukhara vous permet de voyager toute la nuit et de gagner une journée. Des voitures-lits confortables permettent de passer une bonne nuit de sommeil.

Contrairement aux trains locaux réguliers, les trains express comportent trois classes : économique (2e), affaires (1re) et VIP (attendez-vous à des boissons et des collations gratuites). L'Afrosiob est le train le plus rapide et le plus cher, coûtant 51,000 68,000/98,000 2/1 22,000 soms de Tachkent à Samarcande pour la 7e/1.30ère classe/VIP. Prendre le Sharq vous permet d'économiser environ XNUMX XNUMX soms (XNUMX $) dans chaque classe, mais prolonge la durée du trajet de près de XNUMXhXNUMX.

Des trains de nuit circulent entre Tachkent et Samarkand vers Urgench (3 fois par semaine) et Noukous - Kungrad (2 fois par semaine), ce qui permet de se rendre en train à Khiva (à 30 kilomètres d'Urgench, taxi/bus disponible) ou au lac d'Aral (Moynaq, à 70 kilomètres de Kungrad). Le jeudi, il y a un train de nuit d'Urgench à Boukhara.

Les traverses sont classées en quatre types :

  • miagki vagon (wagon souple) - 2 compartiments couchettes
  • kupeiny vagon - 4 compartiments couchettes
  • platskartny vagon – des bancs dans une grande voiture
  • obshi vagon - ne prends pas celui-là

Achetez votre billet le plus tôt possible (la réservation le jour du départ est parfois impossible : les trains peuvent être pleins ou des problèmes informatiques peuvent rendre la réservation impossible). Si vous vous présentez personnellement au guichet, vous devrez présenter votre passeport. Un peu de russe de base peut également être utile. Alternativement, vous pouvez acheter votre voyage via une agence de voyage ouzbek.

Se déplacer - En taxi collectif

Le deuxième meilleur choix, ainsi qu'une expérience. Ne soyez pas rebutés - en ce qui concerne les gens, ils sont assez en sécurité; les routes, en revanche, c'est une autre affaire – quand elles existent ! Cependant, c'est le seul itinéraire possible pour voyager de Noukous à Khiva, ou de Khiva via Urgench à Boukhara.

Le chauffeur de taxi aura une ville de destination, alors demandez aux rangs la ville où vous allez. Si vous correspondez, vous pouvez alors établir un prix. Renseignez-vous à l'avance, car chaque passager négocie individuellement avec le chauffeur, ce qui lui permet de facturer les prix habituels locaux et de vous emmener pour tout ce que vous avez.

Après cela, il vous suffit d'attendre. Le véhicule ne part que lorsqu'il est plein ou lorsque le conducteur s'ennuie. Si possible, choisissez le siège du passager avant – « seul un citron occupe le siège du milieu ». Ne soyez pas gentil avec ça; vous ne voulez pas le siège du milieu. Quand il fait 50 degrés Celsius au milieu du désert et que vous n'avez pas de climatisation (vous payez un supplément pour un véhicule avec ça), vous voulez être le plus près possible d'une fenêtre, avec une seule personne qui transpire contre vous !

De plus, les routes sont lentes et, parfois, inexistantes - des chemins de terre avec des nids de poule. Si vous avez de la chance, il faut 6 à 8 heures pour se rendre d'Urgench à Boukhara. Pourtant, le véhicule s'en sortira très probablement - après avoir terminé cette partie, vous comprendrez pourquoi vous ne voulez pas risquer le bus.

Se déplacer - En bus

En Ouzbékistan, le voyage en bus est réservé aux plus audacieux et non aux plus pressés. Sauf pour les excursions spéciales, les bus sont vieux, délabrés, surpeuplés, terriblement lents et sujets aux pannes. Si vous devez voyager en bus en Ouzbékistan, apportez du papier toilette avec vous et surveillez ce que vous mangez pendant les pauses.

Se déplacer - En voiture

Prenez la voie de droite. Un permis de conduire international valide est nécessaire. Âge minimum : 17 ans. Limitation de vitesse : 60-80 km/h en ville, 90 km/h sur autoroute.

En Ouzbékistan, il existe de nombreuses autoroutes goudronnées à deux voies:

  • AH5 de Gishtkuprik/Chernyavka à la frontière avec le Kazakhstan via Tachkent, Syrdaria, Samarkand, Navoi et Boukhara jusqu'à Alat à la frontière avec le Turkménistan (680 km),
  • AH7 de la frontière avec le Kirghizistan via Andijon, Tachkent et Syrdaria jusqu'à Xovos/Khavast à la frontière avec le Tadjikistan (530 km),
  • AH62 de Gishtkuprik/Chernyavka à la frontière avec le Kazakhstan via Tachkent, Syrdaria, Samarkand et Guzar jusqu'à Termez à la frontière avec l'Afghanistan (380 km),
  • AH63 d'Oazis à la frontière avec le Kazakhstan au nord-ouest de l'Ouzbékistan via Noukous et Boukhara jusqu'à Guzar (950 km de route goudronnée, 240 km non goudronnée)
  • AH65 d'Uzun à la frontière avec le Tadjikistan à Termez à la frontière avec l'Afghanistan (180 km)

Se déplacer - Transport urbain

Le métro est un excellent choix tout au long de la journée. Il est suggéré d'utiliser les services de taxi après midi. Il est préférable de réserver à l'avance un taxi (service de voiture) pour vous amener. Certains services automobiles sont disponibles pour les visiteurs de langue étrangère. Plus d'informations sont disponibles à l'hôtel.

Destinations en Ouzbékistan

Régions en Ouzbékistan

  • Vallée de Ferghana
    La région la plus riche et la plus peuplée du pays, mais aussi la plus instable, avec des groupes ethniques comme les Ouzbeks et les Kirghizes ayant des désaccords.
  • Ouzbékistan du nord
    Géographiquement dominé par les sables rouges apparemment sans fin du désert de Kyzylkum, et politiquement contrôlé par le Qaraqalpaqstan, la grande république indépendante des Qaraqalpaqs, le nord de l'Ouzbékistan est surtout connu dans les cercles touristiques pour la ville historique de la route de la soie de Khiva, ainsi que la décoloration d'Aral. Mer.
  • Samarkand à Boukhara
    Le voyage à travers la vallée de la rivière Zeravshan à travers les villes anciennes les plus importantes d'Asie centrale, Samarkand et Boukhara, densément peuplées principalement par des Tadjiks ethniques, est vraiment au cœur de la Route de la Soie.
  • Sud de l'Ouzbékistan
    Les Tadjiks prédominent dans la seule région vallonnée du pays, où l'Ouzbékistan rencontre les formidables montagnes du Pamir.
  • Région de Tachkent
    Le cœur politique et économique de la nation, centré à Tachkent, la capitale.

Villes en Ouzbékistan

  • Tachkent est la capitale contemporaine et la plus grande ville d'Ouzbékistan.
  • Andijan est la quatrième plus grande ville d'Ouzbékistan, située au milieu de la vallée animée mais instable de Ferghana.
  • Boukhara est une célèbre ville de la Route de la Soie vieille de 2,500 XNUMX ans dont le cœur historique est un site du patrimoine mondial de l'UNESCO regorgeant d'exemples exceptionnels d'architecture colossale, médiévale islamique et d'Asie centrale.
  • Khiva est l'emplacement de l'Itchan Kala.
  • Namangan est la troisième plus grande colonie de la vallée de Ferghana, située à la frontière nord de la vallée.
  • Noukous, la capitale du Qaraqalpaqstan sur l'Amu Darya, abrite la collection d'art d'avant-garde de la galerie Savitsky et est entourée d'une zone ravagée par la détérioration de l'environnement causée par l'assèchement de la mer d'Aral.
  • Samarcande - la deuxième plus grande ville du pays, un site du patrimoine mondial de l'UNESCO, et abrite le monument le plus célèbre de la Route de la Soie, le Registan.
  • Shakhrisabz est une petite ville dont le noyau historique est un site du patrimoine mondial de l'UNESCO en raison de ses magnifiques structures de la dynastie timuride.
  • Termez - la ville la plus au sud de la frontière afghane, appelée par les troupes d'Alexandre le Grand pour les températures élevées qu'elles ont rencontrées

Hébergements & Hôtels en Ouzbékistan

Hôtels

Il existe de nombreux hôtels à travers le pays. Il existe différents types d'hôtels à Tachkent où vous pouvez séjourner, et cela peut vous coûter 60 USD ou plus selon le montant que vous êtes prêt à dépenser pour votre plaisir dans un hôtel.

Yourte reste

  • Nurata Yurt Camp, près du lac Aydakul, à environ 500 km (7 heures de route) de Tachkent, 250 km (3 heures de route) de Samarkand et Buchara, 60 USD par personne en pension complète et balade à dos de chameau. Les Yourtes peuvent accueillir 8 à 10 personnes.
  • Ayaz Kala Yurt Camp, à environ 100 kilomètres de Khiva, 70 kilomètres d'Urgench, 450 kilomètres de Buchara et 150 kilomètres de Noukous. Téléphone 2210770, 2210707, 3505909, fax 53243-61. Un pont flottant sur la rivière Amu Darya relie Khiva à Urgench. Les yourtes sont situées sur une colline de 30 mètres de haut près de l'ancien site d'Ayaz Kala. Les fortifications historiques d'Ayaz Kala sont proches. 60 US$ par personne, qui comprend trois repas. Les yourtes peuvent accueillir de 20 à 25 personnes.
  • L'Aydar Yurt Camp est situé dans la région de Navoi, dans le désert de Kyzyl Kum, à 10 kilomètres du lac Aydar Kul. Les safaris à dos de chameau sont populaires à Aydar Yurt Camp.

Choses à voir en Ouzbékistan

Architecture

L'Ouzbékistan a une riche histoire architecturale qui a été préservée. La création de structures massives était considérée comme une question de prestige, soulignant l'autorité de la dynastie régnante, des familles éminentes et du haut clergé. L'aspect extérieur des villes était fortement influencé par leurs défenses. Des tourelles semi-circulaires entouraient les murs à intervalles réguliers, tandis que les darwazas désignaient les entrées de la ville (portes). Ces portes étaient généralement flanquées de deux tours massives et comportaient une haute voûte et une galerie d'observation.

Les portes étaient verrouillées la nuit et en cas d'urgence. Des rangées de magasins spécialisés dans divers produits bordaient les rues principales et de nombreux artisans talentueux installaient leurs ateliers dans ces échoppes. Les marchés couverts les plus importants sont connus sous le nom de tag, tim ou bazars (passages commerciaux), ainsi que de charsu (carrefour, littéralement « quatre directions »). L'arche (forteresse) servait de centre administratif aux grandes villes. Il abritait le palais de l'émir, la chancellerie, le Trésor, l'arsenal et la prison des détenus de haut rang. Les villes comportaient également d'énormes centres publics, qui consistaient en un maydan (place ouverte) entouré de structures civiques ou religieuses massives.

Bâtiments religieux

  • La ville abrite la mosquée du vendredi (Masjid Al Jumu'ah). Il comportait une grande cour entourée d'une galerie et une maqsura (enceinte blindée) dans l'axe principal. La mosquée Kalan à Boukhara en est un bon exemple.
  • La mosquée de l'Oratoire (Namazgah) est située juste à l'extérieur de la ville. Des prières publiques ont eu lieu pendant deux grandes fêtes musulmanes. Les fidèles se rassemblaient dans un espace ouvert devant la structure, où se trouvait le minbar (chaire de l'imam).
  • La mosquée de quartier était une structure modeste qui avait une salle couverte avec le mihrab et une galerie extérieure avec des colonnes. Ils ont été construits avec les contributions des habitants du quartier et sont souvent richement ornés. La mosquée Baland (Boland) à Boukhara est un exemple de ce style.
  • La madrasa est une institution d'enseignement supérieur des oulémas (érudits islamiques). La madrasa a une cour avec deux ou quatre aywand (portes voûtées) sur l'axe qui servaient de salles de classe pendant l'été, une série de cellules sur un ou deux niveaux, des darsakhanas (salles de cours) dans deux ou quatre coins, et une mosquée pour prière quotidienne. La façade principale présente une entrée élevée avec deux ou quatre tours en forme de minaret aux angles du bâtiment. Madar-Khan, Abdullah Khan, Kukeldash, Nadir Divan Begi et Abdul Aziz Khan à Boukhara, Shir-Dor et Tilla-Kari à Samarcande, Kukeldash et Baraq Khan à Tachkent, Said Ataliq à Denau et Mir Rajab Dotha à Kanibadam sont parmi les madrasas des XVIe et XVIIe siècles qui ont été conservées. Narbuta Bi à Kokand, Qutlugh Murad Inaq, Khojamberdybii, Khoja Moharram, Musa Tura et Allah-Quili Khan à Khiva sont des exemples de madrasas des XVIIIe et XIXe siècles.
  • Le Khanaqah était autrefois une maison d'hôtes pour les soufis itinérants près de la maison de leur pir (maîtres spirituels). Sous les Timurides, ceux-ci sont devenus des lieux de rassemblement pour les membres de l'ordre soufi, visités par des représentants de la classe dirigeante, et souvent une zikr-khana (chambre d'exposition et de rituels soufis) a été construite. Les Khanaqas des XVIe et XVIIe siècles comprennent Zaynuddin, Fayzabad, Bahaudin et Nadi Divan-Begi à Boukhara, Mulla Mir près de Ramitan, Qasim Shaiykh à Karmana et Imam Bahra près de Khatirchi.
  • Aux XIVe et XVe siècles, des structures commémoratives ont été construites pour Temur et sa famille, comme Gur-Emir et Shah-i Zinda à Samarkand et Shakrizabs. Moins de mausolées ont été construits aux XVIe et XVIIe siècles. Le mausolée Qafal Shashi à Tachkent est un exemple de cette époque. Les structures monumentales étaient souvent construites autour de tombes sacrées. Un magnifique kanaqah a été construit près du fondateur de l'ordre Naqshbandi, Bahauddein, à Boukhara, ainsi qu'à Char Bakr, la nécropole familiale des éminents shaykhs Juybari. Les mausolées des rois n'ont plus été construits après le XVIe siècle. Les Shaybanids de Samarkand ont été enterrés au mausolée Abu Said sur le Registan , Ubaydullah Khan de Boukhara dans la madrasa arabe Mir-i et Abdul Aziz Khan dans la madrasa Abdul Aziz .

Architecture civique

  • Bâtiments du marché (Charsu, Tim, Taq) sont le cœur battant de chaque ville orientale. Le charsu est une structure avec un dôme central qui se dresse à un carrefour et est flanqué de magasins et d'ateliers avec des dômes plus petits. Le tim est une route commerciale, tandis que le taq est une structure en forme de dôme à plus petite échelle construite à la jonction des rues principales. Le Taq-i Zargaran (dôme des orfèvres) à Boukhara comprend une chambre centrale octogonale coiffée d'un dôme soutenu par 32 arches qui se croisent. De petits dômes surmontent les magasins et les ateliers qui entourent la zone centrale.
  • Caravansérails – Le long des routes commerciales, les caravansérails jouaient un rôle essentiel. Un caravansérail est une structure rectangulaire avec une large cour, des galeries pour les animaux et les bagages, des logements pour les voyageurs et une mosquée, selon la conception traditionnelle. Les murs extérieurs étaient hauts et solides, l'entrée était soigneusement gardée et il y avait des tours défensives aux angles. Rabat al-Malik est le meilleur endroit pour pratiquer. Quelques caravansérails sont restés, certains en ruines, comme le caravansérail de Qaraul Bazar sur la route de Boukhara à Karshi et le caravansérail d'Abdullah Khan sur la route de Karshi à Termez.
  • Bains publics des XVIe et XVIIe siècles ont survécu à Samarcande, Sahrh-i Sabz, Boukhara et Tachkent. Ils sont chauffés via un système de conduits sous le plancher qui répartit la chaleur uniformément dans toute la structure. Certains d'entre eux disposent de vestiaires, de chambres chaudes et froides, de salles de massage et de toilettes. Les bains publics sont recouverts de dômes, ce qui leur donne leur aspect distinctif.

Réserves naturelles

  • Centre écologique de Jeyran (40 km de Boukhara). Des hommes en jeeps et en hélicoptères ont chassé le jeyran (gazelle d'Asie centrale) au siècle dernier. Le jeyran ouzbek est désormais répertorié comme en voie de disparition dans le Livre rouge des espèces en voie de disparition. Le centre écologique de Jeyran, créé en 1985, est le seul de ce type en Asie centrale. À l'origine, 42 jeyrans étaient transportés ici, mais maintenant 700 créatures distinctes vivent dans une zone clôturée de 5000 hectares. La réserve élève également des chevaux Prezhevalskiy et des koulans en plus des jeyrans.
  • Réserve géologique d'État de Kitab.  
  • Kyzylkum Tugai et réserve de sable (dans le nord-ouest de la province de Boukhara). La réserve a été créée en 1971. Elle englobe les plaines inondables de la rivière Amu Darya ainsi que le désert de dunes de sable à proximité. La végétation riveraine couvre 3177 hectares, tandis que le sable couvre 2544 hectares. La saison idéale pour visiter la réserve est au printemps. La réserve abrite 190 espèces d'oiseaux, dont des hérons, des sternes de rivière, des canards sauvages, des bécasseaux et des tourterelles, selon les ornithologues. La flore de la réserve est riche, avec des peupliers, des oléastres argentés et des saules des berges. Les forêts de tugai abritent des cerfs, des sangliers, des loups, des chacals, des renards, des lièvres et des chats roseaux, et la population de jeyran est en cours de rétablissement.
  • Réserve biosphérique de Nuratau-Kyzylkum. La réserve biosphérique Nuratau-Kyzylkum est mise en œuvre par le gouvernement de l'Ouzbékistan, le Fonds mondial pour l'écologie et le Programme des Nations Unies pour le développement, et est cofinancée par l'Union allemande pour la protection de la nature. La réserve est située entre les systèmes désertiques et montagneux d'Asie centrale. Il comprend la partie sud du désert de Kyzylkum, les lacs Aydarkul et Tuzgan, et les chaînes de montagnes Nuratau et Koitash. Sur le lac Tuzgan, la réserve actuelle de Nurata et la réserve ornithologique d'Arnasay seront intégrées à la nouvelle réserve biosphérique de Nuratau-Kyzylkum. Le bélier Severtsev ou bélier Kyzylkum, l'aigle royal, les vautours fauves barbus et noirs font partie des espèces incluses dans le Livre rouge des espèces menacées d'extinction. Des variétés rares de noyers, de genévriers d'Asie centrale, d'amandiers de Boukhara, de pistachiers, de vignes sauvages, d'abricotiers, de pommiers et de différentes roses de chien peuvent être trouvées dans la réserve. La réserve de biosphère de Nuratau-Kyzylkum sera inscrite sur la liste de l'UNESCO des réserves de biosphère mondiales. Les leçons apprises seront utilisées pour établir des réserves de biosphère dans le désert central de Kyzylkum, le désert méridional d'Ustyurt et les forêts de tugai de la rivière Amu Darya.
  • Parc national d'Ugam-Chatkal (dans les contreforts du Tien Shan occidental, à environ 80 km de Tachkent). Le parc national d'Ugam-Chatkal, créé en 1947, est l'une des plus anciennes réserves naturelles d'Ouzbékistan. Le Tien Shan occidental abrite 44 espèces d'animaux, 230 espèces d'oiseaux et 1168 espèces de plantes, dont de nombreuses espèces endémiques. Ours à griffes blanches, loups, renards du Tien Shan, marmottes rouges, fouines de pierre, lynx du Turkestan, léopards des neiges, sangliers, blaireaux, chevreuils de Sibérie, chèvres de montagne et béliers sauvages du Tien Shan, dindons sauvages, perdrix des montagnes, aigles royaux, barbus et les vautours d'aigle, et les vautours barbus et d'aigle Les pentes de la crête de Pskem sont densément boisées de noyers, d'arbres fruitiers sauvages et d'arbustes sauvages. Des archéologues ont élu domicile sur les rives du fleuve (genévrier d'Asie centrale). La zone de villégiature de Chimgan-Charvak-Beldersay, d'une superficie de 100,000 XNUMX hectares, compte trois complexes de santé et de loisirs : « Charvak », « Chimgan » et « Beldersay ».

Nourriture et boissons en Ouzbékistan

Nourriture en Ouzbékistan

Si un restaurant ne propose pas de menu ou de prix, demandez-en toujours un. Alors que certains restaurants bien établis sont étonnamment d'un excellent rapport qualité-prix selon les normes occidentales, d'autres restaurants aléatoires ou moins connus tentent de profiter des visiteurs en facturant jusqu'à cinq fois le prix habituel.

  • Osh (également connu sous le nom de plov, palov ou pilaf) est le plat national. Il est composé de riz, de carottes, d'oignons et de mouton, et c'est quelque chose que vous consommerez si vous visitez l'Ouzbékistan. Plov est préparé différemment dans chaque région, vous devriez donc l'essayer à différents endroits. Plov a été créé par les chefs d'Alexandre le Grand, selon la mythologie. Le plov peut également être préparé avec des pois, des carottes, des raisins secs, des abricots secs, des citrouilles ou des coings. Des épices telles que des piments, des tomates broyées ou séchées sont souvent utilisées.
  • Dumplings – raviolis farcis au mouton et aux oignons (appelés aussi « pelmeni » en russe).
  • Manti - un plat en forme de boulette farci d'agneau et d'oignons, souvent avec des oignons, des poivrons et de la graisse de mouton.
  • Somsas, sont des poches de pâtisserie remplies de viande, de mouton, de citrouille ou de pommes de terre. Au printemps, les « somsas vertes » sont préparées à partir de « yalpiz », une sorte d'herbe qui pousse dans les hautes terres et les zones rurales. Et la partie merveilleuse est que les gens les récupèrent gratuitement et les utilisent pour créer de délicieux somsas. Dans les rues, vous pouvez trouver des somsas cuisinés et vendus.
  • Lagman - Lagman est une soupe copieuse à base de bœuf, de pommes de terre, d'épices, de légumes et de nouilles. Il devrait avoir 50 composants de droits. Les carottes, les betteraves rouges, le chou, les radis, l'ail, les tomates, les poivrons et les oignons sont souvent inclus. Les nouilles doivent être très fines.
  • Chachlik – Shashlik est une sorte de viande grillée. Généralement servi avec juste des oignons. Huit à dix morceaux de veau ou de mouton sont marinés dans du sel, du poivre et du vinaigre avant d'être cuits à la broche sur un feu ouvert.
  • du pain – Les Ouzbeks consomment beaucoup de pain (appelé non en ouzbek). Lepioshka est une sorte de pain rond. Il est disponible partout, mais il coûte environ 400 sum au bazar. Samarcande est bien connue pour son pain. Le traditionnel pain obi-non de Samarcande est cuit dans des fours en argile. Chaque repas comprend du pain.
  • Mastava. Le mastava est une soupe de riz avec de l'oignon, des carottes, des tomates, des pois et, finalement, des prunes sauvages.
  • choupa. Shurpa est un bouillon de mouton (parfois de bœuf) avec des légumes.
  • Bechbarmak. Une spécialité nomade kazakhe, faire bouillir de la viande de mouton ou de bœuf et des morceaux de foie mangés avec des oignons, des pommes de terre et des nouilles

En tant que carrefour historique et faisant partie de nombreux empires, les racines de la cuisine ouzbèke sont très diverses. Cette cuisine unique en son genre intègre des influences indiennes, iraniennes, arabes, russes et chinoises.

Boissons en Ouzbékistan

L'Ouzbékistan possède deux boissons nationales : le thé et la vodka (résultat de plus d'un siècle de domination russe sur le territoire).

  • Thé est offert presque partout : à la maison, au travail, dans les cafés, etc. Au lieu d'eau, les Ouzbeks boivent du thé noir en hiver et du thé vert en été. Si le thé est servi traditionnellement, le serveur versera le thé dans une tasse de la théière, puis le remettra dans la théière. Cette action est effectuée trois fois. Ces répétitions représentent le loy (argile) scellant la soif, le moy (graisse) isolant du froid et du danger, et le tchai (thé ou eau) éteignant le feu. Si on vous sert du thé dans une maison ouzbèke, l'hôte mettra tout en œuvre pour que votre tasse ne soit jamais vide. Si l'hôte remplit votre tasse, il est généralement temps pour vous de partir, bien que cela se produise très rarement car les Ouzbeks sont extrêmement amicaux. La main gauche est considérée comme impure. La main droite est utilisée pour offrir et recevoir du thé et des tasses.

Une gamme vertigineuse de marques de vin et de vodka est disponible presque partout.

  • Vin – Le vin de l'Ouzbékistan a reçu de nombreux prix de renommée mondiale pour son excellente qualité. Il n'y a pas de quoi s'inquiéter, puisque le soleil brille presque tous les jours dans ce pays. Bien que l'Ouzbékistan soit majoritairement musulman, l'islam qui y est pratiqué est de nature plus culturelle que religieuse.
  • Bière – La bière est vendue dans tous les magasins et est considérée comme une boisson non alcoolisée, donc aucune licence n'est requise pour la vendre. Il existe des magasins spécialement agréés qui proposent de la vodka, du vin et d'autres boissons alcoolisées. Seuls quelques magasins vendent de la vodka de fabrication russe.
  • Koumys est une sorte de lait de jument alcoolisé.

Les visiteurs doivent être conscients que l'eau du robinet dans certaines zones est dangereuse à boire, tandis que l'eau est potable dans la capitale ouzbèke. Dans toutes les situations, l'eau en bouteille est recommandée.

Sorties en soirée

Il existe de nombreuses discothèques et restaurants à Tachkent. Ils travaillent généralement jusque tard dans la nuit ou tôt le matin. Apportez suffisamment d'argent car les boissons et les collations sont beaucoup plus chères que dans les établissements de jour. Il existe également des restaurants "chill-out" ouzbeks nocturnes où vous pourrez manger une cuisine traditionnelle ouzbèke allongé sur de grands canapés en bois (tapchans / suri). Après 11h, il est déconseillé de s'attarder dans la rue ou dans les parcs. Même si vous n'avez aucun problème avec les criminels, vous attirerez sans aucun doute l'attention indésirable de la police locale (militsiya) qui patrouille dans le quartier.

Argent et shopping en Ouzbékistan

Costs

L'Ouzbékistan est moins cher que le Kazakhstan voisin, mais probablement plus cher que le Kirghizistan ou le Tadjikistan. Une collation de rue vous coûtera environ 0.80 USD. Le coût d'une chambre double décente est de 40 USD.

Devise

En octobre 2014, le taux de change officiel du so'm ouzbek (cм en écriture cyrillique et symbolisé par UZS) était de 1 USD = 2,358 XNUMX UZS.

Cependant, l'Ouzbékistan se trouve dans la position inhabituelle d'avoir un important excédent commercial (en raison de ses exportations d'énergie) tout en ayant simultanément un taux de change parallèle au marché noir. En août 2015, le taux de change du marché noir était d'environ 4,500 1,000, ce qui valait la peine de contourner les bureaux de change officiels. Parce que les billets UZS5,000 XNUMX sont les plus courants, vous traînerez des blocs d'argent, alors demandez les billets UZSXNUMX XNUMX, qui sont facilement accessibles sur demande. Le dollar américain était sans aucun doute la devise étrangère préférée, mais l'euro est de plus en plus largement reconnu. Le meilleur endroit pour échanger de l'argent à Tachkent est le bazar de Chorsu, mais l'échange de devises peut être effectué partout.

Les guichets automatiques acceptent les cartes internationales, mais uniquement au taux de change officiel et sont généralement vides. Par conséquent, il est préférable d'économiser suffisamment d'argent pour éviter un scénario comme celui-ci. Certains distributeurs acceptent les dollars américains ; néanmoins, soyez prudent avant de retirer une somme d'argent importante et de quitter l'Ouzbékistan avec plus d'argent que vous n'en avez déclaré à votre arrivée.

Bazars

Les bazars sont les endroits où les Ouzbékistanais achètent généralement leurs produits. Seuls les grands magasins ont des prix fixes. Le marchandage fait partie du jeu dans les bazars, les boutiques privées et les magasins de souvenirs privés. Les bazars sont les meilleurs endroits pour observer les gens vaquer à leurs occupations quotidiennes. Le bazar Alayski est l'un des bazars les plus anciens et les plus renommés d'Asie centrale. Les bazars Eski Djouva et Chor Su dans la vieille ville de Tachkent comprennent des tapis exquis, de la soie, des épices, de l'artisanat et des vêtements traditionnels.

Fêtes et jours fériés en Ouzbékistan

Jour de l'An, 1er janvier (Yangi Yi Bayrami)

La Journée internationale de la femme est célébrée le 8 mars (Xalqaro Xotin-Qizlar Kuni)

Navroz (Nouvel An persan) (Navro'z Bayrami) est célébré le 21 mars.

Le 9 mai est le jour du Souvenir, le jour de la paix ou le jour de la libération (Xotira va Qadirlash Kuni), commémorant la participation des troupes ouzbèkes à l'armée soviétique et la mort de 500.000 XNUMX soldats ouzbeks pendant la Seconde Guerre mondiale.

Le Jour de l'Indépendance (Mustaqillik Kuni) est célébré le 1er septembre pour commémorer la déclaration d'indépendance de l'Union soviétique en 1991.

La Journée des enseignants (O'qituvchi va Murabbiylar Kuni) est célébrée le 1er octobre.

Le 8 décembre est le jour de la Constitution (Konstitutsiya Kuni), commémorant la promulgation de la première constitution de l'Ouzbékistan en 1992.

Culture de l'Ouzbékistan

L'Ouzbékistan abrite un large éventail de groupes ethniques et de cultures, les Ouzbeks étant majoritaires. En 1995, environ 71% de la population ouzbèke était ouzbèke. Les Russes (8%), les Tadjiks (5 à 30%), les Kazakhs (4%), les Tatars (2.5%) et les Karakalpaks (2.5%) étaient les groupes minoritaires les plus nombreux (2%). Cependant, le nombre de non-Ouzbeks résidant en Ouzbékistan diminuerait à mesure que les Russes et d'autres groupes minoritaires partent et que les Ouzbeks reviennent d'autres régions de l'ex-Union soviétique.

Lorsque l'Ouzbékistan a accédé à l'indépendance en 1991, on craignait que l'extrémisme islamique ne se propage dans la région. L'hypothèse était qu'une nation qui a longtemps nié la liberté religieuse verrait une augmentation spectaculaire de l'expression de sa religion dominante. En 1994, plus de la moitié de la population ouzbèke était déclarée musulmane, mais selon une étude officielle, seul un petit pourcentage de ce nombre avait une véritable compréhension de la religion ou savait comment la pratiquer. Cependant, il y a une augmentation de l'adhésion islamique dans la région.

Musique

Shashmaqam, ou musique classique d'Asie centrale, est née à Boukhara à la fin du XVIe siècle, lorsque la ville était un centre régional. Shashmaqam est lié au muqam azerbaïdjanais et au muqam ouïghour. Le nom, qui se traduit par « six maqams », fait allusion à la structure de la musique, qui comprend six parties dans six modes musicaux distincts, apparentés à la musique traditionnelle persane classique. Des intermèdes de poésie soufie parlée brisent la musique, commençant généralement dans une gamme inférieure et s'élevant progressivement jusqu'à un point culminant avant de revenir au ton initial.

L'endurance de l'écoute et les foules constantes qui assistent à des événements tels que les bazms ou les mariages sont ce qui rend la musique folk-pop si populaire. En Ouzbékistan, la musique classique est assez distincte de la musique pop. Lors d'une réunion matinale ou nocturne de mecs, la plupart des hommes écoutent des performances en solo ou en duo. La principale composante de la musique classique est le shash maqam. Le fort soutien des musiciens des ménages de la classe supérieure signifiait que le Shash maqam devait être prioritaire par-dessus tout le reste. Certaines musiques sont inspirées de la poésie. Dans certains cas, les deux langues sont même mélangées dans la même chanson. La musique folk est devenue moins populaire dans les années 1950 et a été bannie des stations de radio. Ils n'ont pas entièrement éradiqué la musique, mais le terme a été changé en musique féodale. Malgré l'interdiction, les ensembles musicaux folkloriques ont continué à jouer et à diffuser leur musique à leur manière. Beaucoup de gens prétendent que c'était l'expérience musicale la plus libératrice qu'ils aient jamais eue.

Cuisine

La cuisine ouzbèke, comme celle de la plupart des autres pays, s'inspire de l'agriculture locale. L'Ouzbékistan a beaucoup de cultures céréalières, donc les pains et les nouilles sont importants, et la cuisine ouzbèke a été décrite comme "riche en nouilles". Le mouton est un type de viande populaire en Ouzbékistan en raison de la quantité de moutons dans le pays, et il est utilisé dans une gamme de recettes ouzbèkes.

Le palov (plov ou osh), un plat principal généralement préparé avec du riz, des morceaux de viande, des carottes et des oignons râpés, est le repas de marque de l'Ouzbékistan. Oshi nahor, ou plov du matin, est donné à de grands groupes d'invités tôt le matin (entre 6 et 9 heures), généralement dans le cadre d'une célébration de mariage continue. Shurpa (shurva ou shorva), une soupe composée de gros morceaux de viande grasse (généralement du mouton) et de légumes frais; norin et langman, des plats à base de nouilles qui peuvent être servis en soupe ou en plat principal ; manti, chuchvara et somsa, poches de pâte farcies servies en entrée ou en plat principal ; le dimlama, un ragoût de viande et de légumes ; et divers kebabs, généralement servis comme

Le thé vert est la boisson chaude nationale utilisée tout au long de la journée, et les salons de thé (chaikhanas) sont importants sur le plan culturel. À Tachkent, le thé noir est préféré, bien que le thé vert et le thé noir soient consommés régulièrement, sans lait ni sucre. Le thé est toujours servi avec un repas, mais c'est aussi une boisson d'hospitalité qui est toujours offerte à chaque convive : verte ou noire. Ayran, une boisson au yogourt réfrigérée, est populaire en été, bien qu'elle ne remplace pas le thé chaud.

Bien que la consommation d'alcool soit plus faible qu'en Occident, le vin est plutôt populaire pour un pays musulman en raison de la laïcité de l'Ouzbékistan. La cave la plus ancienne et la plus renommée d'Ouzbékistan est la cave Khovrenko près de Samarkand (créée en 1927). La cave Samarkand fabrique des vins de dessert à partir de cépages locaux tels que Gulyakandoz, Shirin, Aleatiko et Kabernet likernoe (littéralement vin de dessert Cabernet en russe). Les vins ouzbeks ont acquis une reconnaissance mondiale et sont vendus à la Russie et à d'autres pays.

Restez en sécurité et en bonne santé en Ouzbékistan

Restez en sécurité en Ouzbékistan

Les régions frontalières de l'Ouzbékistan avec l'Afghanistan doivent être évitées sauf en cas d'absolue nécessité. Une attention extrême est également recommandée dans certaines parties de la vallée de Ferghana qui bordent le Tadjikistan et le Kirghizistan. Un certain nombre d'événements sécuritaires se sont produits dans cette zone, ainsi que de nombreux échanges de coups de feu à travers la frontière ouzbèke/kirghize. Certaines régions frontalières sont également minées. Les voyageurs doivent éviter ces endroits et traverser uniquement aux points de passage frontaliers approuvés.

L'Ouzbékistan est généralement sans danger pour les touristes, ce qui peut être un sous-produit d'un État policier. Il y a eu de nombreuses déclarations anecdotiques (et un nombre considérable de cas enregistrés) d'une recrudescence de la criminalité de rue, notamment dans les grandes villes comme Tachkent. Il y a eu une recrudescence des crimes violents à la suite de cela. Étant donné que la presse contrôlée par l'État couvre rarement, voire jamais, la criminalité de rue, les informations sur la criminalité sont principalement accessibles uniquement par le bouche à oreille - à la fois parmi les résidents et parmi la population expatriée. Alors que la situation économique de l'Ouzbékistan se détériore, la violence dans les rues est en augmentation.

Des précautions normales doivent être prises, comme elles le feraient dans n'importe quel autre pays. Soyez prudent après la tombée de la nuit, surtout dans les villes (peu de voyageurs passeraient beaucoup de temps la nuit dans de petites villes), évitez les endroits non éclairés et ne vous promenez pas seul. Même pendant la journée, évitez d'afficher publiquement de grosses sommes d'argent. Les portefeuilles doivent être conservés dans une poche avant pour les hommes, tandis que les sacs à main doivent être conservés devant eux avec une sangle sur un bras pour les femmes. Évitez de porter des bijoux voyants ou coûteux qui peuvent être facilement volés.

Les escroqueries ne sont pas rares. L'un des plus fréquents (et pas unique à l'Ouzbékistan) comprend un étranger s'approchant de la victime et prétendant avoir découvert de l'argent liquide dans la rue. Ils essaieront ensuite de recruter votre participation à un plan complexe qui se traduira par le «partage» de l'argent - mais seulement après que vous ayez mis en place une partie du vôtre. La situation dans son ensemble est absurde, mais il semble que suffisamment d'étrangers égoïstes soient tombés dans le panneau pour que cela continue. Si quelqu'un vous approche avec la technique du « cash trouvé », dites-lui immédiatement (dans la langue que vous choisissez) que vous n'êtes pas intéressé et partez.

Aussi, méfiez-vous de ceux qui promettent de vous montrer la « vie nocturne ». Cela doit être évité à tout prix, mais certains touristes semblent avoir laissé leur bon sens à la maison.

Alors que toutes ces mesures doivent être prises lors de voyages ailleurs dans le monde, de nombreux visiteurs en Ouzbékistan semblent relâcher leur garde. Ils ne devraient pas le faire.

Il est également probable que vous soyez interrogé pour des papiers par la police (Militsiya). Cela n'arrive pas très souvent, mais cela peut arriver, et ils ont l'autorité légale pour le faire. Selon la loi, vous devez emporter votre passeport et votre visa avec vous en Ouzbékistan ; néanmoins, il est préférable de créer un scan couleur des deux premières pages de votre passeport et de votre visa ouzbek avant votre arrivée. Emportez les copies couleur avec vous lorsque vous sortez et conservez les originaux dans le coffre-fort de l'hôtel. Les papiers scannés suffisent presque toujours. Si ce n'est pas le cas, informez l'officier de la Militsiya qu'il doit venir à votre hôtel pour voir les originaux. À moins qu'ils n'aient quelque chose d'inhabituel à l'esprit (comme un pot-de-vin), ils souriront presque toujours et vous inciteront à suivre. Soyez toujours courtois, mais énergique, lorsque vous traitez avec la Militsiya. Alors que presque tous acceptent des pots-de-vin, la majorité d'entre eux les acceptent de la part des habitants. Ils se rendent compte, pour la plupart, qu'aller trop loin avec un étranger ne leur apporterait que des difficultés, surtout si l'étranger n'est pas agressif ou terrifié.

Une chose à garder à l'esprit concernant les habitants qui souhaitent vous faire visiter les lieux : il est typique pour les jeunes Ouzbeks (principalement des hommes) qui parlent anglais de "rencontrer" les touristes dans les hôtels locaux et de se porter volontaires pour servir d'interprètes et de guides. Cela se fait en plein jour, généralement dans ou à proximité de certains des hôtels les plus petits mais les plus agréables. Les locaux et les touristes peuvent en bénéficier. Le natif essaie généralement d'améliorer son anglais ou son français (parfois d'autres langues, mais principalement l'anglais) tout en gagnant quelques dollars/euros. Si vous êtes approché par une personne propre offrant de tels services et que vous êtes intéressé, interrogez-la sur son parcours, ce qu'elle propose de faire pour vous et combien elle veut vous facturer (entre 10 $ et 25 $ par jour est raisonnable selon sur leurs services et combien de temps ils passent avec vous). La majorité des propositions authentiques proviendront de jeunes qui ont étudié en Occident dans le cadre de programmes d'échange et/ou à l'Université de la diplomatie mondiale et/ou des langues de Tachkent. Vous devriez y penser si tout semble correspondre, que leurs compétences linguistiques sont excellentes et qu'ils semblent enthousiastes et courtois, mais pas agressifs. Ils devraient proposer de vous montrer des musées, des lieux historiques, des cafés, des bazars, des conseils culturels et des directions générales. Ils devraient se renseigner sur ce que vous voulez voir et/ou faire. Cela fonctionne souvent bien. Cependant, n'essayez pas de participer à tout type de débat politique pour votre ou leur sécurité.

Encore une fois, s'ils proposent des services de "vie nocturne" (ou similaires), NE LES SUIVEZ PAS SUR LEUR OFFRE.

En raison de la détérioration des liens entre les États-Unis et l'Ouzbékistan ces dernières années, le Département d'État américain a fortement déconseillé aux citoyens américains de se rendre en Ouzbékistan.

Restez en bonne santé en Ouzbékistan

Contrairement à de nombreux pays occidentaux, l'Ouzbékistan n'a pas de réglementation anti-tabac dans les pubs et les restaurants. Par conséquent, les endroits confinés, en particulier par temps froid, peuvent être extrêmement inconfortables pour les non-fumeurs.

Avant de manger des fruits et légumes, il faut les éplucher. Boire de la vodka ouzbèke (fabriquée localement) n'est pas recommandé. La majorité des vodkas ouzbèkes sont non seulement mauvaises pour vous, mais aussi dangereuses pour votre santé.

Suivant Lire

Tachkent

Tachkent (qui signifie "ville de pierre") est la capitale et la plus grande ville de l'Ouzbékistan. C'est une vieille ville sur la Grande Route de la Soie, qui relie la Chine et l'Europe....