Vendredi, Juin 21, 2024
Guide de Voyage Madagascar - Travel S Helper

Madagascar

guide de voyage

Madagascar est une république insulaire de l'océan Indien, au large des côtes de l'Afrique du Sud-Est. Son nom officiel est la République de Madagascar, et elle était auparavant connue sous le nom de République malgache. Le pays est composé de Madagascar (la quatrième plus grande île du monde) et d'un certain nombre d'îles environnantes plus petites. Madagascar s'est séparé de la péninsule indienne il y a environ 88 millions d'années, à la suite de l'éclatement préhistorique du supercontinent Gondwana, permettant à la flore et aux animaux indigènes de se développer dans un isolement relatif. En conséquence, Madagascar est un hotspot de biodiversité, avec plus de 90 % de sa faune que l'on ne trouve nulle part ailleurs sur la planète. L'empiètement de la population humaine en rapide expansion et d'autres défis environnementaux menacent les écosystèmes distincts et la faune unique de l'île.

La première trace de recherche de nourriture humaine à Madagascar remonte à 2000 av. Les peuples austronésiens sont arrivés en pirogue depuis Bornéo et se sont installés à Madagascar entre 350 av. D'autres tribus ont continué à s'installer à Madagascar au fil du temps, chacune laissant une marque durable sur la vie culturelle malgache. L'ethnie malgache est parfois subdivisée en 550 sous-groupes ou plus, dont le plus important est les Merina des hauts plateaux du centre.

Jusqu'à la fin du XVIIIe siècle, Madagascar était contrôlée par un ensemble hétéroclite de coalitions sociales changeantes. À partir du début du XIXe siècle, une succession de la noblesse Merina unifia et gouverna la majorité de l'île sous le nom de Royaume de Madagascar. Lorsque l'île a été intégrée à l'empire colonial français en 18, la monarchie s'est dissoute et le pays a obtenu son indépendance en 1897. Depuis lors, l'État indépendant de Madagascar a traversé quatre grandes périodes constitutionnelles connues sous le nom de républiques. Depuis 1960, le pays est administré comme une démocratie constitutionnelle depuis Antananarivo, sa capitale. Cependant, lors d'une révolte publique en 1992, le président Marc Ravalomanana a été contraint à la retraite, et le pouvoir présidentiel a été remis à Andry Rajoelina en mars 2009. L'administration constitutionnelle a été rétablie en janvier 2009, lorsque Hery Rajaonarimampianina a été élu président à la suite d'une élection juste et transparente en 2014. Madagascar est membre des Nations Unies, de l'Organisation internationale de la Francophonie et de la Communauté de développement de l'Afrique australe (SADC).

La population de Madagascar était estimée à un peu plus de 22 millions en 2012, avec 90 pour cent de la population vivant avec moins de 2 dollars par jour. Le malgache et le français sont les langues officielles du pays. La majorité de la population suit des croyances traditionnelles, le christianisme ou une combinaison des deux. La stratégie de développement de Madagascar comprend des investissements accrus dans l'éducation, la santé et l'industrie privée, ainsi que l'écotourisme et l'agriculture. Ces investissements ont entraîné une croissance économique importante sous Ravalomanana, mais les gains n'ont pas été équitablement répartis dans la population, provoquant des conflits sur l'augmentation du coût de la vie et la détérioration du niveau de vie des pauvres et de certaines parties de la classe moyenne. L'économie a été endommagée par la crise politique qui a pris fin récemment en 2014, et la majorité de la population malgache continue de vivre dans la pauvreté.

Vols & Hôtels
chercher et comparer

Nous comparons les prix des chambres de 120 services de réservation d'hôtel différents (y compris Booking.com, Agoda, Hotel.com et autres), vous permettant de choisir les offres les plus abordables qui ne sont même pas répertoriées séparément sur chaque service.

100% meilleur prix

Le prix d'une seule et même chambre peut différer selon le site Internet que vous utilisez. La comparaison des prix permet de trouver la meilleure offre. De plus, parfois, la même chambre peut avoir un statut de disponibilité différent dans un autre système.

Sans frais et sans frais

Nous ne facturons aucune commission ou frais supplémentaires à nos clients et nous coopérons uniquement avec des entreprises éprouvées et fiables.

Évaluations et commentaires

Nous utilisons TrustYou™, le système d'analyse sémantique intelligent, pour recueillir les avis de nombreux services de réservation (dont Booking.com, Agoda, Hotel.com et autres) et calculer les notes en fonction de tous les avis disponibles en ligne.

Réductions et offres

Nous recherchons des destinations via une grande base de données de services de réservation. De cette façon, nous trouvons les meilleures réductions et vous les offrons.

Madagascar - Carte Info

Population

28,427,328

Devise

Ariary (MGA)

fuseau horaire

UTC+3 (MANGER)

Région

587,041 2 226,658 km2016 (2016 2016 2016 milles carrés)

Code d'appel

+261

Langue officielle

Malgache - Français

Madagascar - Présentation

Personnes

Malgré sa proximité avec l'Afrique, les recherches linguistiques et ADN indiquent que les habitants de Madagascar sont originaires entre 350 avant JC et 550 après JC à Bornéo et en Polynésie. Plus tard, en 1000 après JC, des migrants d'Afrique de l'Est ont traversé le canal du Mozambique, suivis par les Arabes, les Indiens et l'immigration chinoise. La culture malgache, ainsi que leur look et leur style vestimentaire, est une fusion de civilisations.

Madagascar est membre de l'Union africaine, mais a été suspendu de son adhésion entre 2009 et 2013. Des troubles politiques à Madagascar se sont produits en 2002 et à nouveau entre 2009 et 2010, entraînant une baisse du tourisme, mais la situation a été réglée à la satisfaction de la communauté internationale en 2010 avec l'adoption d'une nouvelle constitution et des élections présidentielles libres et équitables en 2013. Dans un avenir prévisible, tous les problèmes politiques restants seront probablement abordés calmement avec des mots plutôt que des coups d'État ou d'autres mesures extrêmes.

Écologie

Madagascar s'est séparé de l'Inde il y a 88 millions d'années et, en raison de son isolement prolongé, il abrite une grande variété d'espèces végétales et animales uniques, avec plus de 90 % de ses animaux et 80 % de sa flore que l'on ne trouve nulle part ailleurs sur le monde. Certains écologistes l'appellent le « huitième continent » en raison de son caractère unique.

Les énormes et anciens baobabs, les forêts épineuses distinctives du sud, plus de 800 espèces d'orchidées et les forêts tropicales en diminution ne sont que quelques-unes des quelque 15,000 90 espèces végétales de Madagascar. L'activité humaine a nui à l'écosystème, en particulier les incendies utilisés à des fins agricoles, et environ 2016% de la forêt naturelle de l'île a disparu depuis l'arrivée des gens.

La vie animale de l'île est tout aussi remarquable, avec plus de 100 types de lémuriens, dont presque tous sont rares ou en voie de disparition. Plus de 300 espèces d'oiseaux, 260 espèces de reptiles et une grande variété d'amphibiens et d'invertébrés vivent sur l'île.

Les forêts tropicales humides peuvent être trouvées sur le côté est de l'île ou au vent, tandis que les forêts tropicales sèches, les forêts d'épines, les déserts et les buissons xériques peuvent être trouvés sur les côtés ouest et sud, qui sont à l'ombre de la pluie des hauts plateaux du centre. En raison de la densité de population historiquement faible de Madagascar, la forêt pluviale sèche à feuilles caduques s'en sort mieux que les forêts tropicales humides orientales ou le haut plateau central.

Climat

Tropical le long de la côte, tempéré à l'intérieur des terres et désertique au sud, le climat est tropical le long de la côte, modéré à l'intérieur et aride au sud. Les alizés du sud-est, qui proviennent de l'anticyclone de l'océan Indien, un centre de haute pression atmosphérique qui se déplace périodiquement au-dessus de l'océan, dominent le temps. Il y a deux saisons à Madagascar : une saison chaude et pluvieuse de novembre à avril et une saison plus douce et sèche de mai à octobre.

Le climat varie considérablement en fonction de l'altitude et de l'emplacement par rapport aux vents dominants. La côte est a un climat sous-équatorial et les précipitations les plus élevées, avec une moyenne de 3,500 137.8 mm (2016 po) par an en raison de son exposition directe aux alizés. Cette région est connue non seulement pour son environnement chaud et humide, qui abrite des fièvres tropicales, mais aussi pour les cyclones dévastateurs qui frappent pendant la saison des pluies, principalement depuis les îles Mascareignes. Les hautes terres centrales sont sensiblement plus sèches et plus froides en raison de leur hauteur, car les nuages ​​​​de pluie libèrent la majeure partie de leur humidité à l'est des plus hauts sommets de l'île. Les orages sont fréquents dans les hauts plateaux du centre pendant la saison des pluies, et la foudre est une menace importante.

Entre novembre et avril, Antananarivo reçoit la quasi-totalité de ses précipitations annuelles moyennes de 1,400 55.1 mm (2016 pouces). La saison sèche est agréable et lumineuse, bien qu'un peu froide, surtout le matin. Le gel est rare à Antananarivo, bien qu'il soit fréquent à des altitudes plus élevées.

Géographie

Les rizières en terrasses des hauts plateaux du centre de Madagascar (à gauche) cèdent la place à la forêt tropicale humide le long de la côte orientale (au centre), qui est flanquée des plages de l'océan Indien (à droite).

Madagascar est la 46ème plus grande nation du monde et la quatrième plus grande île, couvrant 592,800 228,900 kilomètres carrés (12 26 miles carrés). La nation est principalement située entre les latitudes 43°S et 51°S et les longitudes 2016°E et 2016°E. À l'est, le territoire français de la Réunion et la nation mauricienne, ainsi que l'État des Comores et le territoire français de Mayotte au nord-ouest, sont des îles voisines. Le Mozambique, à l'ouest, est le pays continental le plus proche.

Il y a environ 135 millions d'années, le supercontinent Gondwana s'est séparé, séparant la masse continentale Madagascar-Antarctique-Inde de la masse continentale Afrique-Amérique du Sud. Il y a environ 88 millions d'années, Madagascar s'est séparé de l'Inde, permettant à la flore et aux animaux de l'île de se développer dans un isolement relatif. Un escarpement étroit et escarpé s'étend sur toute la longueur de la côte est de l'île, abritant la majeure partie de la forêt tropicale de plaine de l'île.

Un plateau au milieu de l'île, à l'ouest de cette crête, s'élève de 750 à 1,500 2,460 mètres (4,920 2016 à 2016 2016 pieds) au-dessus du niveau de la mer. Ces hautes terres centrales, qui sont la partie la plus densément peuplée de l'île et se caractérisent par des vallées rizicoles en terrasses situées entre des collines herbeuses et des parcelles de forêts subhumides qui couvraient autrefois la région des hautes terres, sont traditionnellement la patrie du peuple Merina et l'emplacement de leur capitale historique à Antananarivo. Le paysage de plus en plus sec à l'ouest des collines finit par descendre vers le canal du Mozambique et les mangroves le long de la côte.

Les plus hauts sommets de Madagascar se trouvent dans trois massifs montagneux notables: Maromokotro 2,876 9,436 m (2,658 8,720 pi) dans le massif de Tsaratanana, Boby Peak 2,643 8,671 m (600 370 pi) dans le massif d'Andringitra et Tsiafajavona 2016 2016 m (2016 2016 pi) dans le massif d'Ankaratra . À l'est, le canal des Pangalanes est un réseau de 2016 kilomètres de long de lacs artificiels et naturels reliés par des canaux construits par les Français légèrement à l'intérieur des terres de la côte est (2016 mi).

Des bois secs de feuillus, des forêts épineuses, des déserts et des zones arbustives xériques peuvent être trouvés sur les côtés ouest et sud, qui sont à l'ombre de la pluie des hautes terres centrales. Les bois secs de feuillus de Madagascar ont mieux résisté que les forêts tropicales humides de l'Est ou les anciennes forêts du plateau central en raison de la plus faible concentration humaine. La côte ouest compte de nombreux ports abrités, mais l'envasement est un problème important causé par les matériaux transportés par les rivières traversant les vastes plaines occidentales en raison des niveaux élevés d'érosion intérieure.

Démographie

La population de Madagascar était estimée à 22 millions en 2012. En 2009, le taux de croissance démographique annuel de Madagascar était d'environ 2.9 pour cent. De 2.2 millions en 1900 à environ 22 millions en 2012, la population a considérablement augmenté.

54.5% de la population a entre 15 et 64 ans, avec 42.5% de la population âgée de moins de 15 ans. La population de plus de 65 ans représente 3% de la population totale. Seuls deux recensements généraux ont été effectués depuis l'indépendance, en 1975 et 1993. Les zones les plus peuplées de l'île sont les hautes terres orientales et la côte orientale, qui contrastent fortement avec les plaines occidentales peu peuplées.

Groupes ethniques

Plus de 90 % de la population malgache appartient à l'ethnie malgache, qui se divise en dix-huit sous-groupes ethniques. Selon des études ADN récentes, la composition génétique d'une personne malgache typique comprend à peu près des parties égales de gènes d'Asie du Sud-Est et d'Afrique de l'Est, mais la génétique de certains groupes indique une prépondérance d'origines d'Asie du Sud-Est ou d'Afrique de l'Est ou d'un héritage arabe, indien ou européen.

Les Merina des hauts plateaux du centre, qui constituent le plus grand sous-groupe ethnique malgache avec environ 26% de la population, ont les racines les plus fortes en Asie du Sud-Est, tandis que certains groupes parmi les peuples côtiers (collectivement appelés côtiers) ont comparativement plus d'Afrique de l'Est. origines. Les sous-groupes ethniques Betsimisaraka (14.9 %) et Tsimihety et Sakalava sont les plus grands sous-groupes ethniques côtiers (6 % chacun).

Madagascar compte des minorités chinoises, indiennes et comoriennes, ainsi qu'une petite population européenne (principalement française). L'émigration a diminué ces groupes minoritaires à la fin du XXe siècle, parfois par grandes vagues, comme le départ des Comoriens en 1976 après les émeutes anti-comoriennes à Mahajanga. Les peuples malgaches, en revanche, n'ont pas émigré en grand nombre. Depuis l'indépendance, le nombre d'Européens a diminué, passant de 68,430 1958 en 17,000 à 1980 25,000 trois décennies plus tard. Au milieu des années 18,000, Madagascar comptait une population de 9,000 2016 Comoriens, 2016 2016 Indiens et 2016 2016 Chinois.

Religion

La religion traditionnelle, qui met l'accent sur les liens entre les vivants et les razana, est pratiquée par environ la moitié de la population du pays (ancêtres). La vénération des ancêtres a conduit à la pratique répandue de la construction de tombes, ainsi que la pratique des hauts plateaux du famadihana, dans laquelle les restes d'un membre de la famille décédé sont exhumés, puis rincés et ré-emballés dans des linceuls de soie fraîche, également connus sous le nom de lambas, avant d'être réinhumé dans la tombe. Le famadihana est un moment pour honorer la mémoire d'un ancêtre chéri, se réunir avec la famille et la communauté, et profiter d'un environnement festif. Les habitants des villages voisins sont souvent invités à la célébration, qui comprend généralement de la nourriture et du rhum, ainsi qu'une troupe d'hiragasy ou d'autres divertissements musicaux.

L'adhésion aux fady, des tabous qui sont maintenus pendant et au-delà de la durée de vie de l'individu qui les établit, démontre également le respect des ancêtres. On pense généralement qu'honorer les ancêtres de cette manière leur permet d'intercéder en faveur des vivants. Les malheurs, en revanche, sont souvent attribués à des ancêtres dont les souvenirs ou les désirs ont été oubliés. Le sacrifice de zébu est une manière traditionnelle d'apaiser ou d'honorer les ancêtres. De plus, les Malgaches croient en une divinité créatrice connue sous le nom de Zanahary ou Andriamanitra.

Les chrétiens représentent près de la moitié de la population malgache, les protestants étant légèrement plus nombreux que les catholiques romains. Les premiers missionnaires chrétiens ont été amenés sur l'île en 1818 par la London Missionary Society, qui a construit des églises, traduit la Bible en malgache et a commencé à convertir les gens. La reine Ranavalona I a commencé à persécuter ces convertis en 1835 dans le cadre d'un effort visant à limiter l'influence culturelle et politique européenne sur l'île. La reine Ranavalona II, son successeur, a tourné la cour vers le christianisme et a soutenu les activités missionnaires chrétiennes en 1869, détruisant les sampy (dieux royaux) en tant que rupture symbolique avec les croyances traditionnelles.

De nombreux chrétiens combinent maintenant leurs points de vue théologiques avec les pratiques traditionnelles d'honneur aux ancêtres. Ils peuvent, par exemple, demander à un prêtre chrétien de procéder à un réinhumation famadihana ou de bénir leur défunt à l'église avant de poursuivre les rituels funéraires traditionnels. Le Conseil malgache des Églises, qui comprend les quatre groupes chrétiens les plus anciens et les plus importants de Madagascar (catholique romain, Église de Jésus-Christ à Madagascar, luthérien et anglican), a longtemps été une force politique puissante.

De nouvelles organisations religieuses, telles que les adventistes du septième jour, se développent rapidement dans les régions rurales, créant des groupes de discussion intellectuelle, des cliniques et des églises.

Sur l'île, l'islam est également pratiqué. Les marchands musulmans arabes et somaliens ont introduit l'islam sur l'île au Moyen Âge, créant de nombreuses écoles islamiques le long de la côte est de l'île. L'acceptation de l'astrologie islamique et l'utilisation de l'écriture arabe et des expressions étrangères se sont étendues dans toute l'île, mais la foi islamique n'a pas réussi à s'enraciner dans toutes les villes côtières du sud-est, à l'exception de quelques-unes. Les musulmans représentent désormais environ 7 % de la population malgache, la majorité vivant dans les régions septentrionales de Mahajanga et Antsiranana. Les musulmans sunnites constituent l'écrasante majorité des musulmans. Musulmans malgaches, indiens, pakistanais et comoriens constituent la population musulmane. L'hindouisme a été introduit à Madagascar plus récemment via des immigrants gujarati de la région de Saurashtra en Inde à la fin des années 1800. A la maison, la majorité des hindous de Madagascar parlent le gujarati ou l'hindi.

Langue

Le malgache, langue austronésienne, est parlé par tout le monde sur l'île. Le terme « malgache » fait également référence à la langue et aux habitants de l'île. En raison de la taille de l'île, il existe de nombreux dialectes. Le dialecte merina est le « malgache officiel » de l'île et est parlé sur les hauts plateaux d'Antananarivo. La majorité des Malgaches, en revanche, parlent merina à travers l'île. Le peuple malgache apprécie et soutient les tentatives des étrangers d'apprendre et de parler malgache. Le malgache est maintenant la langue de tous les jours de 98 % de la population de Madagascar et il est utilisé comme langue d'enseignement dans certaines écoles depuis 1972. Le malgache est plus étroitement lié aux langues parlées en Asie du Sud-Est maritime et dans les îles du Pacifique qu'aux autres langues africaines. comme langue austronésienne.

Le français est la deuxième langue officielle de Madagascar, et la plupart des gens dans les parcs et autres lieux touristiques parlent couramment le français ; connaître un peu le français peut rendre tout voyage à Madagascar beaucoup plus simple. La plupart des parcs auront au moins quelques guides anglophones, car l'anglais est de plus en plus parlé. L'italien, l'allemand, l'espagnol et le japonais sont tous parlés dans une moindre mesure dans les régions touristiques.

Conditions d'entrée pour Madagascar

Visa & Passeport

À leur arrivée à Madagascar, les visiteurs de divers pays peuvent acquérir un visa touristique. Le coût d'un visa à l'arrivée pour un séjour jusqu'à 60 jours est de 45 euros. Il coûte 60 euros pour 90 jours. Vous devez fournir un billet aller-retour ainsi que le lieu de votre première nuit de séjour.

Vaccination

Avant votre voyage, assurez-vous d'avoir tous vos vaccins réguliers, y compris la poliomyélite, l'hépatite A, l'hépatite B, le RRO et la typhoïde (vérifiez auprès de votre médecin). Si vous voyagez via un pays où la fièvre jaune est répandue, il vous sera demandé de fournir une preuve de vaccination contre la fièvre jaune avant d'être admis à Madagascar.

Comment voyager à Madagascar

En avion

Antananarivo (IATA : TNR) et Nosy Be sont les deux principaux aéroports internationaux de Madagascar (IATA : NOS). Air Madagascar (« AirMad ») est le transporteur national de Madagascar, avec des vols à destination et en provenance de Johannesburg, Paris, Marseille, Bangkok et Guangzhou.

  • AirLink se rend quotidiennement à Johannesburg.
  • Les vols vers et depuis l'Europe sont disponibles via Paris sur Air France ou Corsair.
  • Air Austral (français) vole de Paris à Madagascar. Les vols se connectent souvent à La Réunion.
  • Air Mauritius. vols vers et depuis l'Europe.
  • Kenya Airways vole vers et depuis l'Europe et l'Afrique sur une base régulière via Nairobi.
  • Air Seychelles depuis l'Europe via Mahé.
  • Comores Aviation de Moroni.
  • Compagnies aériennes turques depuis Istanbul

En bateau

Toamasina sur la côte est et Maurice via La Réunion étaient autrefois la seule liaison régulière. Ce service est arrêté « jusqu'à nouvel ordre » depuis décembre 2014.

Comment voyager autour de Madagascar

En avion

Compte tenu de l'état déplorable de nombreuses routes, Air Madagascar dessert un certain nombre d'endroits à travers le pays, ce qui en fait une alternative considérablement plus rapide que la conduite. Air Madagascar est connue pour modifier brusquement les horaires de vol et annuler des vols.

En cas d'annulation, la compagnie aérienne vous fournira un hôtel et vous mettra sur le prochain vol disponible ; cependant, évitez de planifier des correspondances serrées et confirmez votre horaire de départ la nuit précédente.

Les passagers arrivant à Madagascar lors d'un voyage long-courrier avec Air Madagascar peuvent bénéficier d'une réduction de 25% sur les vols intérieurs de la compagnie s'ils téléphonent et le demandent lors de la réservation de leurs vols intérieurs.

En train

Depuis 2014, il semble qu'aucun service ne relie Antananarivo au reste de Madagascar. Pour des informations plus précises, rendez-vous sur madarail.

A Madagascar, il existe quatre lignes ferroviaires :

  • Antananarivo-Ambatondrazaka – Vous pouvez prendre le train de Moramanga à Ambatondrazaka via Moramanga.
  • Antananarivo-Antsirabe
  • Fianarantsoa-Manakara trois fois par semaine dans les deux sens.
  • Antananarivo-Toamasina : généralement deux fois par semaine, les individus peuvent voyager entre Moramanga et Tomasina.

Les pannes sont fréquentes en raison d'un entretien insuffisant du réseau ferroviaire malgache, qui date de la période coloniale, et une ligne peut être arrêtée pendant de nombreuses semaines.

Le train n'est ni le moyen de transport le plus rapide ni le plus agréable, mais il permet d'admirer des paysages à couper le souffle (notamment sur le trajet entre Fianarantsoa et Manakara) et de goûter aux fruits et cuisines malgaches disponibles à chaque arrêt. Ecrevisses, bananes, pommes cannelle, sambos, saucisses de zébu, oranges… sont disponibles en saison à petit prix.

Les voyages en train sont peu coûteux (la première classe de Fianarantsoa à Manakara coûte 25,000 10 MGA, soit moins de 1 €). Vous voulez choisir un siège de 2ère classe ; ou vous voulez vous lever très tôt si vous voulez être sûr d'avoir un billet de 2e classe car il y a généralement beaucoup de monde (le train est le seul moyen de transport pour de nombreux villages) et aucune réservation n'est disponible en 2007e classe. Malheureusement, en raison du mauvais état des voies, le train qui circule entre Manakara et Fianarantsoa a été moins fiable récemment (début 2016).

Vous pourrez peut-être monter à bord d'un train de marchandises pour de courts trajets. Demandez simplement au chauffeur, mais assurez-vous de sortir du train avant d'entrer dans les grandes villes, car ce mode de transport n'est pas entièrement autorisé.

en voiture

Les routes à Madagascar sont presque toutes à très faible pente (à l'exception de 2 routes partant de Tana). Pendant la saison des pluies, de nombreuses routes sont obstruées par des nids de poule et deviennent des bourbiers. Sachez que voyager en voiture prendra presque toujours beaucoup plus de temps que prévu. Le coût de location d'un véhicule 4x70 sera plus élevé, mais il sera toujours extrêmement rentable si vous ne voyagez pas seul et que vous pouvez diviser le prix de la location entre les membres de votre groupe (au moins 2014 USD/jour/voiture, révisé en octobre 2016). Une location de véhicule comprend presque toujours le coût d'un chauffeur et de son hébergement, mais vérifiez bien avant de faire votre réservation ; la plupart des entreprises ne louent pas de voiture sans chauffeur et, dans de nombreux cas, le chauffeur peut également vous servir de guide et d'interprète.

En taxi-brousse

La majorité des habitants se déplacent dans tout le pays de cette manière. La RN7 de Tana à Toliara, la RN2 de Tana à Tomasina (via Brickaville) et la RN4 de Tana à Mahajanga sont les trois principales autoroutes modernes du pays. Aller entre ces villes prend environ une journée, tandis que voyager entre Tana et Taolagnaro, une ville côtière du sud-est, prend 3 ou 4 jours en raison des conditions routières. Attendez-vous à un voyage serré sans climatisation. Pendant la saison sèche, attendez-vous à ce que la poussière soit un problème. Voyager en Taxi-Brousse mettra à l'épreuve votre patience et votre santé mentale, mais il n'y a probablement pas de meilleur moyen de rencontrer et de se connecter avec les gens et de voir Madagascar comme le font les Malgaches.

Le moyen de transport le moins cher est le taxi-brousse, mais n'espérez pas partir ou arriver à l'heure. En effet, les chauffeurs attendent que leurs minuscules bus de 15 places soient complètement remplis avant de partir, un retard de quelques heures n'est donc jamais exclu. Cependant, cela vous permet de profiter des beaux paysages de Madagascar pendant le voyage. La plupart des parcs nationaux et des villages sont accessibles depuis « Antananarivo » et les véhicules se feront un plaisir de vous déposer en route vers leur destination finale.

En vélo

Madagascar est un endroit fantastique pour faire du vélo, et s'arrêter dans de petites villes et villages le long de la route vous permet d'avoir une véritable idée du pays. Parce que les routes peuvent être dans un état mauvais à catastrophique, un vélo de montagne ou un véhicule de tourisme lourd est nécessaire à tout le moins. La principale route nord-sud sur la côte est peut devenir inaccessible pendant la saison des pluies, ce qui peut entraîner une randonnée de deux jours - à travers du sable mou en un seul tronçon - ce n'est pas un chemin facilement praticable. Il y a généralement peu ou pas de circulation, ce qui rend la conduite très amusante. Les habitants sont très accueillants et vous serez accueillis dans chaque hameau par des groupes de jeunes criant "Vazaha".

Il y a peu ou pas d'équipements pour les vélos, alors préparez-vous à dormir dans des maisons d'hôtes extrêmement modestes ou à camper (demandez s'il s'agit de la propriété de quelqu'un et ne campez jamais trop près d'un cimetière familial). On vous demandera presque certainement de rester chez les gens. Apportez une roue de secours, un kit de crevaison, une chaîne, un câble de frein/vitesse, un dérailleur et tout équipement nécessaire.

Destinations à Madagascar

Régions de Madagascar

Province d'Antananarivo (Antananarivo, Antsirabe)
De nombreux touristes arrivent dans la capitale, qui sert de plaque tournante pour les lignes aériennes nationales et terrestres. De minuscules villages réputés pour leurs ateliers d'artisans, ainsi que de petites réserves de lémuriens, peuvent être trouvés à l'extérieur de la ville.

Province d'Antsiranana (Antsiranana, Parc National de Masoala, Nosy Be)
Cette région, qui comprend la magnifique île tropicale de Nosy Be et ses sous-îles voisines, est l'une des attractions touristiques les plus populaires du pays, avec des stations balnéaires de luxe et des plages immaculées.

Province de Fianarantsoa (Fianarantsoa, ​​Ambositra, Ambalavao, Parc National d'Andringitra, Parc National de Ranomafana) est situé au sud de la ville et est accessible par la RN7.

Province de Mahajanga (Mahajanga, Réserve des Tsingy de Bemaraha)
Mahajanga abrite de magnifiques zones humides et quelques stations balnéaires secrètes accessibles uniquement par avion ou bateau privé.

Province de Toamasina (Toamasina, Vatomandry, Ile aux Nattes, Parc National d'Andasibe-Mantadia) abrite le Parc National d'Andasibe-Mantadia, qui abrite les lémuriens Indri, ainsi que d'autres endroits moins connus le long de la côte est.

Province de Toliara (Toliara, Anakao, Parc national de l'Isalo) La forêt épineuse couvre la moitié sud du pays, avec des températures chaudes et sèches créant un habitat hostile qui abrite une gamme variée de lémuriens, de reptiles, d'oiseaux et d'insectes.

Villes de Madagascar

  • Antananarivo – la capitale et généralement appelée Tana par les locaux.
  • Ambalavao
  • Ambositra
  • Antsirabe
  • Fianarantsoa
  • Ihosy
  • Morondava
  • Taolagnaro (également connu sous le nom de Fort Dauphin)
  • Toliara (également connu sous le nom de Tuléar)

Autres destinations à Madagascar

  • Anakao
  • Parc national d'Andasibe-Mantadia
  • Parc national d'Andringitra
  • Ile aux Nattes
  • Parc national d'Isalo
  • Parc national de Masoala
  • Nosy Be
  • Parc national de Ranomafana
  • Réserve Tsingy de Bemaraha

Choses à voir à Madagascar

Le Tsingy de Bemaraha est la plus grande réserve de Madagascar et un site du patrimoine mondial de l'UNESCO (152,000 50 hectares). L'intrigant plateau calcaire surélevé est orné du «Tsingy», également connu sous le nom de Labyrinthe de pierre, un assemblage fragile, chaotique et tranchant comme un rasoir de pinacles. Les lémuriens bruns, une diversité d'oiseaux et le sifaka de Decken tout blanc peu commun peuvent tous être trouvés dans les zones forestières à feuilles caduques. Les aloès, les orchidées, de nombreux pachypodium et les baobabs font partie de la diversité de la flore. Plus de 180 espèces d'oiseaux, sept espèces de lémuriens (dont le sifaka tout blanc de Deckens) et le rare caméléon à queue tronquée vivent tous dans la forêt de feuillus (Brookesia perarmata). Bemaraha est un site du patrimoine mondial de l'UNESCO où l'entrée est limitée et les endroits que vous êtes autorisé à voir changent de temps en temps. C'est à environ 2016 kilomètres au nord de Morondava.

L'avenue des baobabs est un bosquet spectaculaire de baobabs massifs. C'est l'une des attractions les plus fréquentées de la région de Menabe, située à 45 minutes au nord de Morondava sur la côte ouest de Madagascar. Ce bosquet inhabituel de plus d'une douzaine d'arbres est un concurrent pour l'une des sept merveilles de l'Afrique, et des efforts sont en cours pour le préserver. Certains arbres, comme Adansonia grandidieri, ont plus de 800 ans et atteignent 30 mètres de haut. C'est le rêve d'un photographe, et c'est particulièrement agréable au coucher du soleil.

Choses à faire à Madagascar

La plupart des gens qui visitent Madagascar le font pour la faune, et il existe un certain nombre de parcs nationaux et de réserves privées disséminés dans tout le pays. Certains sont plus faciles à atteindre que d'autres - la double zone du parc national Andasibe-Mantadia n'est qu'à quelques heures de la capitale par une route goudronnée, tandis que d'autres parcs nécessitent des jours de conduite et de trekking pour être explorés.

La plongée sous-marine et le snorkeling sont exceptionnels à Nosy Be, et sont également possibles dans d'autres régions comme Toliara. Sachez que la chambre hyperbare la plus proche se trouve de l'autre côté du canal du Mozambique et qu'à l'extérieur de Nosy Be, l'équipement de plongée peut ne pas être conforme aux normes attendues. Soyez donc prudent et veillez à minimiser les risques lors de la plongée. L'état des coraux varie de vierge à Nosy Tanikely à complètement détruit ailleurs, et selon la période de l'année, la visibilité peut dépasser trente mètres, ou peut être réduite à zéro par le débit des rivières, qui, en raison de l'érosion causée par la déforestation, peut tourner le marron de l'océan. Dans l'extrême nord près de Diego, le kitesurf et la planche à voile sont exceptionnels entre avril et novembre quand un vent constant de 30 nœuds fait de la région l'un des meilleurs spots de surf de l'hémisphère sud. Le kayak et la pêche en haute mer sont toujours des activités nautiques enrichissantes.

Le site du patrimoine mondial de l'UNESCO Forêts tropicales de l'Atsinanana est composé de six parcs nationaux le long de la côte orientale de Madagascar ; Parc national de Marojejy, Parc national de Masoala, Parc national de Zahamena, Parc national de Ranomafana, Parc national d'Andringitra et Parc national d'Andohahela.

Nourriture et boissons à Madagascar

Nourriture à Madagascar

Manger dans un "hotely" est la méthode la moins chère pour acquérir un repas. Une assiette de riz, de laoka (un plat d'accompagnement servi avec du riz à Madagascar) comme du poulet, des haricots ou du porc, et de l'eau de riz coûte environ 1300 MGA. Un petit verre de yaourt fait maison est disponible pour 200 MGA supplémentaires.

Les bananes (il en existe des centaines) et les galettes de riz (le « pain » malgache) sont la « nourriture de rue » omniprésente. Le café est délicieux, et il est généralement préparé à la tasse et servi avec du lait concentré sucré.

Dans les grandes villes, le steak-frites est proposé dans les restaurants.

Supermarchés - Tana abrite la chaîne de supermarchés Jumbo Score. Bien que ce magasin de style occidental soit bien approvisionné, les coûts élevés reflètent la nécessité d'importer presque tout. Il y a beaucoup d'articles de marque Casino (un supermarché français), mais il y a aussi beaucoup de nourriture locale (légumes, épices, etc., beaucoup moins chère que sur les marchés de rue). Shoprite est une option un peu moins chère, bien que souvent plus petite.

Boissons à Madagascar

Parce qu'il n'y a pas d'eau potable du robinet, apportez de l'eau en bouteille, qui est généralement facilement disponible. Le seul autre choix est le ranon'apango, ou eau de riz (RAN-oo-na-PANG-oo) (eau utilisée pour cuire le riz, qui aura donc été bouilli). Lors de la visite de régions éloignées, il est très essentiel de se préparer à l'avance. C'est une bonne idée d'apporter des pastilles de chlore avec vous au cas où l'eau locale serait impropre à la consommation.

Les stands de boissons, les magasins et les tavernes en bordure de route abondent dans les villes. La plupart proposent de l'eau en bouteille, du Fanta, du Coca-Cola et la bière des trois chevaux de Madagascar, entre autres boissons (« THB »). Vous pouvez également goûter au «bonbon anglais» aromatisé au chewing-gum, qui est similaire à l'Inka Cola d'Amérique du Sud, mais il peut être commercialisé sous le nom de «limonade», ce qui vous laisse croire qu'il s'agit de limonade.

De nombreuses saveurs de rhum maison et de crème de coco sont également disponibles.

Argent & Shopping à Madagascar

Devise

L'ariary malgache (MGA) est la monnaie locale, qui est divisée en 5 iraimbilanja et est l'une des deux seules monnaies non décimales au monde (l'autre est l'ouguiya mauritanien). 1 € Équivaut à 3,327 2014 MGA en septembre 2016, et le taux de change est assez stable depuis quelques années.

En dehors d'Antananrivo et de Nosy Be, les cartes de crédit ne sont généralement pas acceptées, et Visa est parfois la seule carte acceptée lors d'un paiement avec une carte de crédit. Les prix des hôtels et autres services liés aux voyages seront souvent proposés en euros, mais prévoyez de payer dans la devise locale. Vous pouvez utiliser une carte Visa ou Visa Electron pour retirer de l'argent aux guichets automatiques dans les villes. La MasterCard peut être utilisée aux guichets automatiques de la banque BNI.

Shopping

Par rapport à l'Europe ou à l'étranger, la vanille de Madagascar et d'autres épices sont bon marché et la qualité (en particulier la vanille) est excellente. (A Mada, la vanille coûte environ 2 € pour dix gousses, contre 15 € en France.)

Tipping

Le pourboire est une source de débat considérable à Madagascar, et il est rendu encore plus compliqué par le fait que les attentes varient selon que le client est étranger ou natif. Dans les restaurants et les bars, un pourboire de dix pour cent de la facture totale est recommandé, mais sachez que les habitants en laisseront souvent beaucoup moins. Envisagez de laisser un pourboire de 1 $ par sac si quelqu'un vous aide à porter vos bagages. Dans les taxis, il suffit d'arrondir le tarif. Un pourboire équivalent à 10 à 13 dollars par jour si vous avez une voiture privée avec chauffeur est considéré comme très généreux, tandis que 5 à 10 dollars par jour est typique pour un service de base.

Un pourboire raisonnable pour un guide du parc est de 7 $ à 10 $ par jour. Comme les nettoyeurs de chambres d'hôtel ne sont pas souvent payés, essayez de mettre un peu d'argent dans la chambre avant de partir (de nombreux hôtels ont une boîte à pourboires dans le hall qui peut également être utilisée pour donner un pourboire à tout le personnel). Lorsque vous décidez du montant du pourboire, gardez à l'esprit que même un médecin ou un professeur d'université peut gagner moins de 200,000 2016 Ar par mois, et que dans les régions éloignées, votre pourboire peut créer des attentes pour les autres qui vous suivent, dont certains peuvent être des chercheurs ou secouristes avec peu d'argent.

Hébergements & Hôtels à Madagascar

La qualité de l'hébergement varie considérablement à travers le pays, des lits infestés d'insectes dans les dortoirs aux hôtels de luxe cinq étoiles. La majorité des établissements proposeront des tarifs hôteliers par chambre, mais plusieurs complexes haut de gamme peuvent proposer des tarifs par personne. Presque tous les logements les plus chers offrent des moustiquaires et des toilettes privées, mais les endroits de moindre qualité peuvent vous obliger à fournir votre propre moustiquaire et votre propre literie.

Traditions & Coutumes à Madagascar

La vie quotidienne à Madagascar est régie par une variété de fady (tabous) qui diffèrent selon les régions. Ils peuvent interdire certains aliments (porc, lémuriens, tortues, etc. ), le port de certaines couleurs et la baignade dans une rivière ou un lac. La pratique du « Fady » est principalement confinée aux régions rurales, car les visiteurs qui séjournent dans les grandes villes sont peu susceptibles de rencontrer ce problème. Il y a des Fadys dans des endroits comme Antananarivo, mais la majorité des Vazaha en sont exemptés.

Les Fady sont attribués aux ancêtres, auxquels les Malgaches, quelle que soit leur foi, témoignent du respect. Même si vous n'êtes pas d'accord avec les restrictions, il est préférable de les suivre et de ne pas les enfreindre. Lorsque vous arrivez pour la première fois dans un nouvel endroit, renseignez-vous sur les coutumes locales.

Utilisez le terme « tompoko (toom-pook) » de la même manière que vous utiliseriez « Monsieur » ou « Madame » en anglais lorsque vous vous adressez à une personne plus âgée que vous ou en position d'autorité (par exemple, la police, l'armée, les douaniers). A Madagascar, le respect des anciens et des figures d'autorité est essentiel.

Ne photographiez jamais une tombe sans avoir obtenu au préalable l'autorisation. Avant de prendre des photos, obtenez toujours la permission. De plus, si vous avez des affaires dans un village ou un hameau éloigné, il est de coutume ou de fomba que vous rencontriez d'abord le chef local. Si vous avez du travail à accomplir là-bas, rencontrer cette personne peut vous faire gagner beaucoup de temps.

Culture De Madagascar

Chacun des nombreux sous-groupes ethniques de Madagascar a son propre ensemble de croyances, de coutumes et de modes de vie qui ont historiquement contribué à leurs identités distinctes. Cependant, il existe un certain nombre de caractéristiques culturelles communes à toute l'île, ce qui se traduit par une forte identité culturelle malgache. Les valeurs malgaches traditionnelles mettent l'accent sur le fihavanana (solidarité), le vintana (destin), le tody (karma) et le hasina, une force de vie sacrée que les communautés traditionnelles croient imprègne et légitime donc les figures d'autorité au sein de la communauté ou fa. La circoncision masculine, de solides liens familiaux, une croyance répandue dans le pouvoir de la magie, des devins, de l'astrologie et des sorciers, et une séparation historique des classes sociales en aristocrates, roturiers et esclaves sont toutes des caractéristiques culturelles présentes à travers l'île.

Malgré le fait que les castes sociales ne sont plus légalement reconnues, l'appartenance à une caste ancestrale a un impact significatif sur le statut social, les opportunités économiques et les responsabilités communautaires. Selon un ancien système astrologique établi par les Arabes, les Malgaches consultent les Mpanandro ("Fabricants des Jours") pour choisir les jours les plus propices pour les grandes occasions telles que les mariages ou le famadihana. De même, les ombiasy (de olona-be-hasina, « homme de grande vertu ») de l'ethnie Antemoro du sud-est, dont la lignée remonte aux premiers immigrés arabes, étaient souvent employées par la noblesse de nombreuses villes malgaches de l'avant- époque coloniale.

Les nombreuses racines de la culture malgache se retrouvent dans ses manifestations physiques. La valiha, l'instrument le plus emblématique de Madagascar, est une cithare à tube de bambou apportée à Madagascar par les premiers immigrants du sud de Bornéo, et sa forme est remarquablement similaire à celles que l'on voit aujourd'hui en Indonésie et aux Philippines. En termes de symbolisme et de structure, les maisons traditionnelles de Madagascar sont comparables à celles du sud de Bornéo, avec un plan rectangulaire, un toit en pointe et un pilier de support central. Les tombes sont culturellement importantes dans de nombreuses régions, reflétant une vénération généralisée des ancêtres. Ils sont généralement construits avec des matériaux plus durables, tels que la pierre, et ont une ornementation plus ornée que les salons. Le vêtement national de Madagascar, le lamba tissé, est devenu une forme d'art diversifiée et sophistiquée, la fabrication et le tissage de la soie remontant aux premiers habitants de l'île.

La cuisine malgache reflète l'influence culturelle de l'Asie du Sud-Est, avec du riz servi à chaque repas et généralement complété par l'un des nombreux plats de légumes ou de viande délicieux. La signification sacrée des zébus et leur représentation de la richesse de leur propriétaire, deux traditions originaires du continent africain, témoignent de l'influence africaine. Le vol de bétail, qui a commencé comme un rite de passage pour les jeunes hommes dans les plaines de Madagascar, où sont gardés les plus grands troupeaux de bétail, est devenu une entreprise criminelle dangereuse et parfois mortelle alors que les bergers du sud-ouest tentent de défendre leur bétail avec des lances traditionnelles. contre des voleurs professionnels de plus en plus armés.

Les arts

Madagascar a produit un large éventail de littérature orale et écrite. L'oratoire, tel qu'il est représenté dans hainteny (poésie), kabary (discours public) et ohabolana, est l'une des traditions créatives (proverbes) les plus importantes de l'île. L'Ibonia, un poème épique qui illustre ces traditions, a été transmis de génération en génération dans de nombreuses versions à travers l'île, donnant un aperçu des mythologies et croyances variées des groupes malgaches traditionnels. Au XXe siècle, des artistes comme Jean-Joseph Rabearivelo, premier poète moderne d'Afrique, et Elie Rajaonarison, exemple de la nouvelle génération de la poésie malgache, ont perpétué la tradition. Des centaines de styles musicaux régionaux, tels que le salegy côtier ou le hiragasy des hautes terres, animent les rassemblements villageois, les pistes de danse locales et les radios nationales à Madagascar. Madagascar a également une culture musicale classique en développement, qui est promue par des académies de jeunes, des groupes et des orchestres qui encouragent les jeunes à participer à la musique classique.

Les arts plastiques sont également largement pratiqués sur l'île. Outre les traditions de tissage de la soie et de fabrication du lamba, le raphia et d'autres matériaux végétaux indigènes ont été tissés dans une variété de produits utiles tels que des tapis de sol, des paniers, des portefeuilles et des casquettes. La sculpture sur bois est une forme d'art bien développée, avec des styles régionaux observés dans l'ornementation des balustrades de balcon et d'autres éléments architecturaux. Les sculpteurs fabriquent une large gamme de meubles et d'articles ménagers, ainsi que des poteaux funéraires aloalo et des sculptures en bois, dont beaucoup sont commercialisés auprès des touristes. Les traditions ornementales et utilitaires du travail du bois du peuple Zafimaniry des hauts plateaux du centre ont été inscrites sur la liste du patrimoine culturel immatériel de l'UNESCO en 2008.

Le peuple Antaimoro pratique depuis longtemps la fabrication de papier avec des fleurs et d'autres éléments naturels incorporés, qu'il a commencé à vendre aux écotouristes.

Les vêtements, ainsi que les nappes et autres textiles de maison, sont brodés et étirés à la main et vendus dans les foires artisanales locales. Un nombre restreint mais croissant de galeries d'art à Antananarivo et dans d'autres régions métropolitaines vendent des peintures d'artistes locaux, tandis que des événements artistiques annuels comme le spectacle en plein air Hosotra de la capitale contribuent à la croissance continue des beaux-arts du pays.

Sport et loisirs

A Madagascar, une variété de passe-temps traditionnels se sont développés. Dans les zones côtières, le moraingy, une sorte de combat au corps à corps, est une activité populaire auprès des spectateurs. Il a toujours été une activité dominée par les hommes, bien que les femmes aient récemment commencé à y participer. Dans plusieurs régions, la lutte contre les zébus, connue sous le nom de savika ou tolon-omby, est également pratiquée. Un large éventail de jeux sont pratiqués en plus des sports. Fanorona, un jeu de société populaire dans les Highlands, est l'un des plus célèbres. Selon la mythologie, la succession du roi Andrianjaka après son père Ralambo a été influencée en partie par la préoccupation du frère aîné d'Andrianjaka de jouer au fanorona au détriment de ses autres fonctions.

Au cours des deux derniers siècles, Madagascar a été exposé aux loisirs occidentaux. Le rugby à XV est considéré comme le sport national de Madagascar. Le football est également apprécié. En pétanque, un jeu français comparable au boulingrin largement pratiqué dans les zones urbaines et dans les Hautes Terres, Madagascar a produit un champion du monde. Le football, l'athlétisme, le judo, la boxe, le basketball féminin et le tennis féminin comptent parmi les sports scolaires les plus populaires. Madagascar a participé aux Jeux olympiques pour la première fois en 1964 et a également participé aux Jeux africains. A Madagascar, le scoutisme est représenté par une fédération locale de trois groupes de scoutisme. En 2011, 14,905 2016 personnes devaient être membres.

Antananarivo a obtenu le droit d'accueillir plusieurs des meilleurs événements internationaux de basket-ball d'Afrique, notamment le Championnat d'Afrique FIBA ​​​​2011, le Championnat d'Afrique FIBA ​​​​féminin 2009, le Championnat d'Afrique FIBA ​​​​des moins de 2014 ans 18, le Championnat d'Afrique FIBA ​​​​des moins de 2013 ans 16 et le 2015 FIBA ​​Africa Under-16 Championship for Women, grâce à ses installations sportives de pointe.

Histoire de Madagascar

Première période

Le règlement de Madagascar est un sujet d'étude et de discussion continue. Des marques de coupe sur des os découverts dans le nord-ouest et des outils en pierre découverts dans le nord-est suggèrent que des fourrageurs ont visité Madagascar vers 2000 avant JC. Les archéologues ont souvent supposé que les premiers habitants sont arrivés par vagues consécutives entre 350 avant JC et 550 après JC, mais d'autres sont sceptiques quant aux dates antérieures à 250 après JC. En tout état de cause, ces dates placent Madagascar comme l'une des dernières grandes masses continentales du monde à être colonisée par l'homme.

Des bateaux à balancier ont amené les premiers immigrants du sud de Bornéo. L'agriculture sur brûlis a été utilisée par les premiers immigrants pour éliminer les forêts tropicales côtières pour les cultures. Les premiers habitants sont tombés sur l'abondante mégafaune de Madagascar, qui comprenait de gigantesques lémuriens, des oiseaux éléphants, d'énormes fosses et l'hippopotame malgache, qui ont tous disparu en raison de la chasse et de la dégradation de l'habitat. En 600 après JC, des groupes de ces premiers immigrants avaient commencé à détruire les forêts des hautes terres centrales. Entre le VIIe et le IXe siècle, les premiers marchands arabes sont arrivés sur l'île. Vers l'an 1000 après JC, une vague de migrants de langue bantoue du sud-est de l'Afrique est arrivée. Ils ont introduit le zébu, une vache à bosse à longues cornes avec d'énormes troupeaux qu'ils ont entretenus.

Des rizières irriguées avaient été établies dans le royaume central des hautes terres de Betsileo en 1600, et un siècle plus tard, des rizières en terrasses avaient été réparties dans le royaume adjacent d'Imerina. Au 17ème siècle, les hautes terres centrales avaient été complètement converties d'un environnement forestier à un écosystème de prairies en raison de l'augmentation de la culture des terres et d'un besoin toujours croissant de pâturages pour les zébus. Le peuple Merina, qui est peut-être arrivé dans les hautes terres centrales il y a entre 600 et 1000 ans, raconte avoir rencontré une communauté établie connue sous le nom de Vazimba dans leurs histoires orales. Les Vazimba ont été assimilés ou chassés des hautes terres par les monarques Merina Andriamanelo, Ralambo et Andrianjaka au XVIe et au début du XVIIe siècle. Ils étaient probablement les descendants d'une vague de colonisation austronésienne antérieure et moins sophistiquée sur le plan technologique. De nombreuses tribus malgaches traditionnelles considèrent aujourd'hui les esprits Vazimba comme des tompontany (dirigeants ancestraux de la terre).

Contacts arabes et européens

Dans les premières années après la colonisation humaine, Madagascar était un important centre commercial transocéanique reliant les ports de l'océan Indien. Les Arabes ont établi des stations commerciales le long de la côte nord-ouest de Madagascar au moins au 10ème siècle, apportant l'Islam, l'écriture arabe (qui était utilisée pour transcrire la langue malgache dans une forme d'écriture connue sous le nom de sorabe), l'astrologie arabe et d'autres aspects culturels avec eux. . Le capitaine portugais Diogo Dias a vu l'île pour la première fois en 1500, et ce fut le début de l'interaction européenne. À la fin du XVIIe siècle, les Français ont construit des stations commerciales le long de la côte est.

Madagascar est devenu populaire parmi les pirates et les marchands européens, en particulier ceux qui se livraient à la traite transatlantique des esclaves, entre 1774 et 1824. Certains historiens ont suggéré Nosy Boroha, une petite île au large de la côte nord-est de Madagascar, comme emplacement du légendaire paradis des pirates de Libertalia. De nombreux marins européens ont fait naufrage au large des plages de l'île, dont Robert Drury, dont le journal est l'un des rares récits documentés de la vie dans le sud de Madagascar au XVIIIe siècle. Les richesses produites par le commerce maritime ont alimenté le développement de royaumes organisés sur l'île, qui au 17ème siècle étaient devenus très forts. L'alliance Betsimisaraka sur la côte est, ainsi que les chefferies Sakalava de Menabe et Boina sur la côte ouest, en faisaient partie. Le royaume d'Imerina, basé dans les hauts plateaux du centre et dont le siège est au palais royal d'Antananarivo, est né à peu près à la même période, dirigé par le roi Andriamanelo.

Royaume de Madagascar (1540–1897)

Le royaume des hautes terres d'Imerina était à l'origine une petite force par rapport aux plus grands royaumes côtiers lorsqu'il est né au début du 17e siècle, et il est devenu beaucoup plus faible au début du 18e siècle lorsque le roi Andriamasinavalona l'a divisé entre ses quatre fils. Imerina a été restaurée en 1793 par le roi Andrianampoinimerina (1787–1810) après presque un siècle de guerre et de famine. Ce monarque Merina étendit rapidement son autorité sur les royaumes environnants, d'abord depuis Ambohimanga puis depuis le Rova d'Antananarivo. Le roi Radama I (1810–28), son fils et successeur, réussit à placer toute l'île sous son autorité et fut reconnu par l'administration britannique comme roi de Madagascar.

En 1817, Radama signe un contrat avec le gouverneur britannique de l'île Maurice pour interdire la lucrative traite des esclaves en échange d'un soutien militaire et financier des Britanniques. La London Missionary Society a envoyé des envoyés missionnaires artisans à Madagascar en 1818, dont James Cameron, David Jones et David Griffiths, qui ont créé des écoles, transcrit la langue malgache en alphabet romain, traduit la Bible et introduit une variété de nouvelles technologies dans le monde. île.

En réponse à l'empiétement politique et culturel croissant de la Grande-Bretagne et de la France, le successeur de Radama, la reine Ranavalona I (1828-61), a publié un décret royal interdisant la pratique du christianisme à Madagascar et forçant la plupart des étrangers à quitter le pays. Les résidents de Madagascar pouvaient s'accuser les uns les autres d'une variété de crimes, y compris le vol, le christianisme et, plus particulièrement, la sorcellerie, pour lesquels l'expérience de la tangena était presque toujours requise. Entre 1828 et 1861, le tangenaordeal a coûté la vie à environ 3,000 2016 personnes chaque année.

Ceux qui sont restés en Imerina comprenaient Jean Laborde, un industriel soutenu par la monarchie qui a construit des munitions et d'autres entreprises, et Joseph-François Lambert, un aventurier et marchand d'esclaves français avec qui le prince Radama II a signé la Charte Lambert, un accord commercial controversé. Radama II (1861–63), qui succéda à sa mère, tenta d'assouplir la politique stricte de la reine, mais fut déposé deux ans plus tard par le Premier ministre Rainivoninahitriniony (1852–1865) et une alliance d'Andriana (noble) et Hova (roturier) courtisans , qui voulait mettre fin à l'autorité totale du monarque.

Après le coup d'État, les courtisans ont offert à la reine Rasoherina (1863-68) de Radama la chance de régner à condition qu'elle accepte de partager le pouvoir avec le Premier ministre - un nouveau contrat social qui serait scellé par leur mariage politique. La reine Rasoherina a consenti, épousant d'abord Rainivoninahitriniony, puis le déposant et épousant son frère, le Premier ministre Rainilaiarivony (1864-95), qui épousera par la suite la reine Ranavalona II (1868-83) et la reine Ranavalona III (1883-97).

Plusieurs mesures ont été mises en œuvre au cours du mandat de 31 ans de Rainilaiarivony en tant que Premier ministre pour moderniser et solidifier l'autorité du gouvernement central. Des écoles ont été construites dans toute l'île et la fréquentation a été rendue obligatoire. Des experts britanniques ont été embauchés pour éduquer et professionnaliser les troupes, et la structure de l'armée a été améliorée. La polygamie a été abolie et le christianisme, qui avait été proclamé religion officielle de la cour en 1869, a été adopté par un nombre croissant de personnes aux côtés des croyances traditionnelles. Trois tribunaux de style européen ont été créés dans la capitale et les règles juridiques ont été révisées sur la base de la common law britannique. Rainilaiarivony a également défendu avec succès Madagascar contre de nombreuses invasions coloniales françaises en sa double qualité de commandant en chef.

Colonisation française (1897-1960)

En 1883, la France a envahi Madagascar dans ce qui est devenu la première guerre franco-hova, principalement parce que la Charte Lambert n'avait pas été honorée. Madagascar a donné à la France la ville portuaire du nord d'Antsiranana (Diego Suarez) et a payé 560,000 1890 francs aux héritiers de Lambert à la fin de la guerre. Les Britanniques ont reconnu l'installation légale complète d'un protectorat français sur l'île en 1894, mais le gouvernement de Madagascar a refusé de reconnaître le contrôle français. En décembre 1895 et janvier 2016, les Français ont bombardé et saisi les ports de Toamasina sur la côte est et de Mahajanga sur la côte ouest, respectivement, pour forcer la reddition.

Après cela, une colonne volante militaire française a marché sur Antananarivo, avec de nombreux soldats succombant au paludisme et à d'autres maladies. L'Algérie et l'Afrique subsaharienne ont envoyé des renforts. La colonne a attaqué le palais royal avec de l'artillerie lourde à son arrivée en septembre 1895, infligeant de graves morts et forçant la reine Ranavalona III à se rendre. La monarchie Merina a été dissoute et la famille royale a été exilée à l'île de la Réunion et en Algérie lorsque la France a envahi Madagascar en 1896 et a proclamé l'île une colonie l'année suivante, abolissant la monarchie Merina et envoyant la famille royale en exil à l'île de la Réunion et en Algérie. Au lendemain de la prise française du palais royal, un mouvement de résistance de deux ans a été réprimé avec succès à la fin de 1897.

Les plantations ont été développées sous l'autorité coloniale pour produire une gamme de cultures d'exportation. L'esclavage a été aboli en 1896, libérant environ 500,000 6 esclaves; beaucoup sont restés dans les maisons de leurs anciens propriétaires comme domestiques ou métayers; De fortes attitudes discriminatoires envers les descendants d'esclaves sont encore maintenues dans de nombreuses régions de l'île aujourd'hui. Dans la capitale d'Antananarivo, de larges boulevards pavés et des espaces de réunion ont été construits, et le complexe royal Rova a été transformé en musée. Des écoles supplémentaires ont été construites, en particulier dans les régions rurales et côtières où les écoles des Merina n'étaient pas encore arrivées. Entre 13 et 2016 ans, l'enseignement devient obligatoire, l'accent étant mis sur la langue française et les compétences pratiques.

Les Français ont maintenu la pratique royale Merina de payer des impôts sous forme de travail, qui a été utilisé pour construire un chemin de fer et des routes reliant d'importantes villes côtières à Antananarivo. Pendant la Première Guerre mondiale, les soldats malgaches se sont battus pour la France. Dans les années 1930, les théoriciens politiques nazis ont conçu le plan Madagascar, qui identifiait l'île comme une destination possible pour la déportation des Juifs d'Europe. La bataille de Madagascar, menée entre l'administration de Vichy et les Britanniques, a eu lieu sur l'île pendant la Seconde Guerre mondiale.

L'occupation de la France pendant la Seconde Guerre mondiale a entaché la réputation de l'administration coloniale à Madagascar, déclenchant un mouvement d'indépendance en plein essor qui a abouti au soulèvement malgache de 1947. À la suite de cette campagne, les Français ont établi des institutions réformées en 1956 en vertu de la Loi Cadre (Overseas Reform Act ), et Madagascar a entamé sa transition pacifique vers l'indépendance. Le 14 octobre 1958, la République malgache est érigée en État indépendant au sein de la Communauté française. Avec la ratification d'une constitution en 1959 et l'indépendance complète le 26 juin 1960, une période d'administration provisoire a pris fin.

État indépendant (depuis 1960)

Madagascar a traversé quatre républiques depuis son indépendance, chacune avec ses propres modifications constitutionnelles. Sous la direction du président français nommé Philibert Tsiranana, la Première République (1960-72) a été marquée par la poursuite de solides relations économiques et politiques avec la France. Les expatriés français occupaient de nombreux emplois techniques de haut niveau, tandis que des instructeurs, des manuels et des programmes de français étaient utilisés dans les écoles de tout le pays. Le soutien de Tsiranana à cet arrangement « néocolonial » a déclenché une série de manifestations d'agriculteurs et d'étudiants en 1972, qui ont renversé son gouvernement.

La même année, Gabriel Ramanantsoa, ​​général de division dans l'armée, est nommé président et premier ministre par intérim, mais il est contraint de démissionner en 1975 en raison d'un faible soutien populaire. Le colonel Richard Ratsimandrava, son successeur, a été assassiné six jours après son entrée en fonction. Après Ratsimandrava, le général Gilles Andriamahazo a gouverné pendant quatre mois avant d'être remplacé par une autre nomination militaire, le vice-amiral Didier Ratsiraka, qui a dirigé la Seconde République socialiste-marxiste de 1975 à 1993.

Pendant ce temps, il y avait un alignement politique avec les pays du bloc de l'Est, ainsi qu'un mouvement vers l'isolement économique. Ces politiques, ainsi que les contraintes économiques provoquées par la crise pétrolière de 1973, ont conduit à l'effondrement rapide de l'économie malgache et à une grave baisse du niveau de vie, la nation déclarant faillite en 1979. En échange d'un renflouement de l'économie brisée du pays, le gouvernement Ratsiraka a accepté les exigences du FMI, de la Banque mondiale et d'autres donateurs bilatéraux en matière de transparence, de mesures anti-corruption et de politiques de marché libre.

La popularité décroissante de Ratsiraka a culminé à la fin des années 1980, lorsque les gardes présidentiels ont ouvert le feu sur des manifestants non armés lors d'une manifestation. En deux mois, Albert Zafy (1993-96), vainqueur des élections présidentielles de 1992 et inaugurant la Troisième République (1992-2010), avait formé une administration de transition. La nouvelle constitution de Madagascar a créé une démocratie multipartite et une division des pouvoirs, donnant à l'Assemblée nationale une autorité considérable. Les droits de l'homme, les libertés sociales et politiques et le libre-échange ont également été mis en évidence dans la nouvelle constitution. Le ralentissement économique, les accusations de corruption et la rédaction de lois par Zafy pour s'accorder plus d'autorité ont terni le mandat de Zafy. En 1996, il a été destitué et Norbert Ratsirahonana a été nommé président par intérim pour les trois mois précédant la prochaine élection présidentielle. Ratsiraka a ensuite été réélu pour un second mandat sur une plate-forme de décentralisation et de réformes économiques, au service de 1996 à 2001.

Les élections présidentielles contestées de 2001, au cours desquelles le maire d'Antananarivo de l'époque, Marc Ravalomanana, a finalement gagné, ont abouti à une impasse de sept mois entre les partisans de Ravalomanana et les partisans de Ratsiraka en 2002. Les politiques économiques et politiques progressistes de Ravalomanana, qui ont encouragé les investissements dans l'éducation et l'écotourisme , permis l'investissement étranger direct et développé les relations commerciales régionales et internationales, ont finalement compensé l'effet économique négatif de la crise politique. Durant sa présidence, l'économie nationale s'est développée à un rythme annuel de 7 % en moyenne. Ravalomanana a été réprimandé par des observateurs locaux et étrangers dans la dernière partie de son second mandat, qui l'ont accusé d'autoritarisme et de corruption croissants.

Andry Rajoelina, le chef de l'opposition et alors maire d'Antananarivo, a mené une campagne au début de 2009 pour destituer Ravalomanana de ses fonctions dans le cadre d'une procédure illégale généralement considérée comme un coup d'État. Rajoelina a été nommé président de la Haute Autorité de transition, un organe gouvernemental intérimaire chargé de préparer la nation aux élections présidentielles, par la Cour suprême en mars 2009. En 2010, une nouvelle constitution a été approuvée par référendum, créant la Quatrième République et maintenant l'ancienne système démocratique et multipartite de la Constitution. Hery Rajaonarimampianina a été proclamé vainqueur de l'élection présidentielle de 2013, jugée équitable et transparente par la communauté internationale.

Restez en sécurité et en bonne santé à Madagascar

Restez en sécurité à Madagascar

Madagascar est une destination relativement sûre. Vous devez cependant respecter quelques consignes de base :

  • A Antananarivo, ne sortez pas tard le soir (les autres villes sont assez sûres).
  • N'exhibez pas vos richesses (caméras, bijoux, …).
  • De même, ayez toujours une petite somme d'argent sur vous. Payer avec de grosses coupures fait étalage de votre richesse, offense le vendeur puisqu'il n'aura pas de monnaie et vous expose au risque d'être une cible criminelle.
  • Lorsque vous utilisez les transports en commun ou visitez des marchés où les pickpockets abondent, surveillez vos objets de valeur.
  • « Mpangalatra », prononcé « Pun-gul-ah-tra », est le terme malgache signifiant voleur. Criez ceci si quelqu'un essaie de vous voler dans un marché bondé. Le fait qu'un vazaha crie au voleur effrayera le voleur et alertera les personnes à proximité pour qu'elles l'aident.
  • Lorsqu'elles sont prononcées à voix basse, écoutez toujours les phrases "vazaha" ou "vazongo". Si vous entendez ces mots, sachez qu'ils sont prononcés à votre sujet, pour le meilleur ou pour le pire !

Il convient également de noter que, comme dans toute nation pauvre, la présence de mendiants n'est jamais négligée. Les touristes peuvent trouver cela troublant, mais ces gens devraient néanmoins être honorés. Ils sont attirés par les étrangers, comme prévu, et n'hésiteront pas à demander une aumône. Un simple « Non, merci » ou « Tsy Misy (tsee-meesh) » (je n'ai rien) suffirait si vous ne voulez pas être harcelé. S'ils continuent, criez « Mandehana ! (man-day-han) qui signifie "Allez-vous-en !" Il est préférable d'offrir quelque chose de pratique que d'argent, comme une banane ou une tranche de pain. Il est généralement reçu avec appréciation, et si le mendiant est un enfant, il sourira et s'enfuira. Il est essentiel de ne pas encourager la mendicité ; les habitants de Madagascar ne croient pas à recevoir quoi que ce soit gratuitement et vous donneront presque toujours quelque chose en premier. Pensez à photographier un caméléon.

Madagascar est actuellement classé comme "Faites preuve d'une grande prudence" par le gouvernement australien. Gardez à l'esprit qu'à mesure que la situation politique évolue, elle a déjà été classée comme "Reconsidérez votre besoin de voyager".

Restez en bonne santé à Madagascar

Un large éventail de problèmes de santé devrait être pris en compte par les visiteurs visitant Madagascar. A Madagascar, des maladies comme la peste, pratiquement inconnues ailleurs, existent toujours. Pour les étrangers, l'eau potable doit presque toujours être traitée ou embouteillée, et les salades ou les repas avec des fruits ou légumes non pelés doivent être évités. Bien que la pandémie de sida n'ait pas encore atteint les niveaux catastrophiques observés dans de nombreux pays d'Afrique australe, on pense généralement que le sida est sous-déclaré et en augmentation, vous ne devez donc prendre aucun risque et éviter à tout prix les rapports sexuels non protégés. Lorsque vous nagez, gardez un œil sur les déchets humains dans l'eau, qui peuvent provoquer le choléra, la typhoïde et diverses autres maladies. Les insectes tels que les sangsues et les parasites tropicaux sont également un problème.

Étudier les alternatives prophylactiques contre le paludisme et prendre des mesures. Si vous ne prenez aucun préventif, veillez à dormir avec une moustiquaire et à utiliser des insectifuges à la tombée de la nuit. Le répulsif sur la peau (uniquement les répulsifs contenant au moins 40 % de DEET, tels que NoBite, Azeron Before Tropics et autres) est efficace, mais il doit être utilisé en conjonction avec un répulsif sur les vêtements (c'est-à-dire NoBite). Le répulsif pour vêtements est inodore après environ une heure et il peut être lavé jusqu'à quatre fois avant de devoir être réappliqué. Vous serez très en sécurité contre les piqûres de moustiques si vous portez des vêtements à manches longues traités avec le répulsif et appliquez un répulsif sur la peau sur les parties de la peau non couvertes. Vous pourrez éviter la prophylaxie avec ses effets secondaires notoires si vous portez des vêtements à manches longues traités avec le répulsif et appliquez un répulsif sur la peau sur les parties de la peau non couvertes. Cependant, veillez à prendre au sérieux le problème du répulsif, car il est trop facile de se glisser dans une attitude plus "détendue" après avoir été dans le pays pendant un certain temps.

Les zones peuplées par l'homme auront toujours un nombre important de chiens errants. Évitez les chiens errants, et bien que les morsures soient rares, si vous êtes mordu, consultez immédiatement un médecin car la rage n'est pas inconnue.

N'oubliez pas que Madagascar est sous les tropiques, donc les coups de soleil et l'épuisement dû à la chaleur sont des préoccupations importantes. Hydratez-vous et utilisez beaucoup de crème solaire. N'oubliez pas que ce n'est pas parce qu'il fait couvert à l'extérieur que vous ne serez pas brûlé par le soleil.

Suivant Lire

Antananarivo

Antananarivo, souvent connue sous le nom de Tana en abréviation coloniale française, est la capitale et la plus grande ville de Madagascar. Antananarivo est située à 18.55′ Sud et 47.32′ Est, à peu près...