Mercredi, Novembre 16, 2022
Guide de voyage Nicaragua - Travel S helper

Nicaragua

guide de voyage

Le Nicaragua, anciennement la République du Nicaragua, est la plus grande nation d'Amérique centrale. Managua, la capitale du Nicaragua, est la plus grande ville du pays et la troisième en Amérique centrale. La population multiethnique de six millions de personnes est composée de peuples autochtones, d'Européens, d'Africains et d'Asiatiques. L'espagnol est la langue principale. Sur la côte est, les groupes indigènes parlent leurs propres langues.

La région a été capturée par l'Empire espagnol au XVIe siècle. En 1821, le Nicaragua déclare son indépendance de l'Espagne. Le Nicaragua a connu des périodes d'instabilité politique, d'autoritarisme et de crises économiques depuis l'indépendance, les plus importantes étant les raisons de la révolution nicaraguayenne des années 1960 et 1970. Le Nicaragua est une république démocratique avec un gouvernement représentatif.

La fusion des traditions culturelles a entraîné une grande variété dans l'art et la littérature, cette dernière en particulier à la lumière des poètes et auteurs nicaraguayens comme Rubén Daro, Pablo Antonio Cuadra et Ernesto Cardenal. Le Nicaragua devient une destination touristique de plus en plus attrayante en raison de sa variété écologique, de sa température tropicale et de ses volcans actifs.

Les Nicaraguayens aiment appeler leur pays « país de lagos y volcanes » (pays des lacs et des volcans), ce qui décrit la composition générale du pays, en particulier la moitié ouest.

Vols & Hôtels
chercher et comparer

Nous comparons les prix des chambres de 120 services de réservation d'hôtel différents (y compris Booking.com, Agoda, Hotel.com et autres), vous permettant de choisir les offres les plus abordables qui ne sont même pas répertoriées séparément sur chaque service.

100% meilleur prix

Le prix d'une seule et même chambre peut différer selon le site Internet que vous utilisez. La comparaison des prix permet de trouver la meilleure offre. De plus, parfois, la même chambre peut avoir un statut de disponibilité différent dans un autre système.

Sans frais et sans frais

Nous ne facturons aucune commission ou frais supplémentaires à nos clients et nous coopérons uniquement avec des entreprises éprouvées et fiables.

Notes et commentaires

Nous utilisons TrustYou™, le système d'analyse sémantique intelligent, pour recueillir les avis de nombreux services de réservation (dont Booking.com, Agoda, Hotel.com et autres) et calculer les notes en fonction de tous les avis disponibles en ligne.

Réductions et offres

Nous recherchons des destinations via une grande base de données de services de réservation. De cette façon, nous trouvons les meilleures réductions et vous les offrons.

Nicaragua - Carte Info

Population

6,486,201

Devise

Cordoue (NIO)

fuseau horaire

UTC-6 (CST)

Surface

130,375 2 50,338 kmXNUMX (XNUMX XNUMX XNUMX milles carrés)

Code d'appel

+505

Langue officielle

Espagnol

Nicaragua | Introduction

Météo et climat au Nicaragua

La température est principalement influencée par l'altitude. Du côté du Pacifique, il y a une saison sèche distincte (novembre-avril, appelée localement "verano") et une saison des pluies (appelée localement "invierno"), mais plus vous allez vers l'est, plus la saison des pluies est longue et plus la saison sèche est humide. saison. Les averses torrentielles de la saison des pluies (mai à octobre) peuvent vous surprendre et vous inonder en quelques minutes, même dans les basses terres du Pacifique, alors soyez prêt si vous voyagez pendant la saison des pluies. Les hautes terres du nord sont dominées par les forêts de nuages ​​et le temps froid et brumeux n'est pas rare.

Les températures peuvent descendre jusqu'à 10 degrés Celsius tôt le matin à haute altitude, mais la neige est rare. La côte caraïbe est généralement beaucoup plus humide et les pluies sont fréquentes, même pendant la saison « sèche ». Le dernier ouragan dévastateur à avoir frappé le Nicaragua a été Mitch en 1998 et le pays n'est généralement pas sur la trajectoire principale des ouragans, mais vous devez toujours tenir compte des avertissements et évacuer définitivement au moins vers le côté Pacifique s'il y a un risque qu'un ouragan frappe là où vous sommes. L'ouragan Otto, qui a frappé le pays et le Costa Rica voisin en novembre 2016, n'a heureusement fait aucun mort et moins de dégâts que prévu et a probablement montré que le Nicaragua est mieux préparé aux catastrophes naturelles aujourd'hui que par le passé.

Le canal du Nicaragua

Comme les Espagnols ont pu se faire une idée de la géographie générale du pays, l'idée est née de construire un canal qui relierait l'Atlantique et le Pacifique. En plus de plusieurs routes à travers le Panama, le Nicaragua s'est offert, puisque le Rio San Juan relie déjà le lac Nicaragua aux Caraïbes et que la rive ouest du lac n'est qu'à environ 20 kilomètres du Pacifique à son point le plus étroit. Dans une perspective du 21e siècle, cependant, le Rio San Juan est à peine navigable (les rapides d'El Castillo ne peuvent être franchis par rien de plus grand qu'une lancha), et la profondeur moyenne du lac Nicaragua est inférieure à 15 mètres, bien inférieure au déplacement de nombreux porte-conteneurs modernes.

Cependant, le rêve est toujours resté dans la conscience nationale et était un thème récurrent dans la politique nationale jusqu'à un développement récent lorsque le président Ortega a signé un contrat (approuvé plus tard par l'Assemblée nationale dominée par les sandinistes) avec une société chinoise pour construire le canal dans le début des années 2010. La construction a officiellement débuté en décembre 2014 (bien que l'étendue réelle des travaux effectués ne soit pas tout à fait claire pour le public) et le contrat comprend un aéroport, deux ports en eau profonde et une grande installation touristique côté Pacifique. Le projet est très controversé tant au niveau national qu'international, alors attendez-vous à une large couverture médiatique de la question dans les années à venir.

Les gens au Nicaragua

Il y a environ 6.1 millions de Nicaragüenses (souvent abrégés Nicas) au Nicaragua. La majorité de la population est métissée (environ 70%) et blanche (environ 17%). La culture nicaraguayenne est fortement influencée par les coutumes et traditions européennes et amérindiennes, avec quelques éléments africains sur la côte caraïbe. La plupart des Nicaraguayens parlent l'espagnol unilingue et environ 90% le comprennent, mais les autres langues incluent (par ordre décroissant de locuteurs) le miskito, le créole anglais, l'anglais, le chinois et le sumo. Les plus grandes minorités vivent toutes du côté caribéen du pays et comprennent les Miskito (peuple indigène, autrefois allié aux Britanniques), les Garifuna (d'origine indigène et africaine) et le peuple Rama. Certains d'entre eux parlent des langues indigènes ou l'anglais créole des Caraïbes. Des conflits se produisent encore aujourd'hui alors que des personnes d'ascendance mixte s'installent dans l'est du pays et prennent le contrôle ou déplacent de force des terres où vivaient des autochtones ou des personnes d'ascendance africaine.

Les communautés d'immigrants sont généralement petites, mais la communauté germano-nicaraguayenne était économiquement importante dans le commerce du café jusqu'à ce que Somoza les expulse comme une "mesure de guerre" pendant la Seconde Guerre mondiale (que le Nicaragua a "combattu" aux côtés des Alliés). Les autres communautés d'immigrants comprennent les Sino-Nicaraguayens et les Afro-Nicaraguayens. Plus récemment, de grandes communautés d'expatriés ont émergé dans des villes comme la Grenade, mais l'immigration a été et est toujours éclipsée par l'émigration.

Pour des raisons économiques et politiques, de nombreux Nicaraguayens ont quitté leur pays ces dernières décennies, principalement pour les États-Unis et le Costa Rica. Entre 500,000 1 et XNUMX million de Nicaraguayens vivent et travaillent désormais au Costa Rica, pas tous légalement, ce qui a conduit à des tensions personnelles et diplomatiques entre les deux pays. La diaspora nicaraguayenne aux États-Unis se compose de migrants politiques, comme la population cubaine à Miami, et de migrants économiques. Contrairement à leurs voisins, cependant, l'émigration vers les États-Unis n'est pas aussi répandue ou culturellement dominante que la présence de Latinos aux États-Unis pourrait le laisser penser.

Tourisme au Nicaragua

En 2006, le tourisme était devenu la deuxième industrie du Nicaragua. Au cours des sept dernières années, le tourisme a augmenté d'environ 70 % à l'échelle nationale, avec des taux allant de 10 % à 16 % par an. Le Nicaragua a connu une croissance positive dans le secteur du tourisme au cours de la dernière décennie, devenant la plus grande industrie en 2007. L'augmentation et la croissance ont vu les revenus du tourisme augmenter de plus de 300 % sur une période de 10 ans. La croissance du tourisme a également eu un impact positif sur les secteurs de l'agriculture, du commerce et de la finance et de la construction.

Chaque année, environ 60,000 5,300 citoyens américains visitent le Nicaragua, principalement des hommes d'affaires, des touristes et des personnes rendant visite à des parents. Environ XNUMX XNUMX personnes des États-Unis vivent actuellement dans le pays. La plupart des touristes qui visitent le Nicaragua viennent des États-Unis, d'Amérique centrale et du Sud et d'Europe. Selon le ministère nicaraguayen du tourisme (INTUR), les villes coloniales de León et Grenade sont les endroits les plus populaires pour les touristes. De même, les villes de Masaya et Rivas, ainsi que les villes de San Juan del Sur, El Ostional, El Castillo, Rio San Juan, Ometepe, le volcan Mombacho, les îles du Maïs, etc. sont des attractions touristiques importantes. De plus, l'écotourisme, la pêche sportive et le surf attirent de nombreux touristes au Nicaragua.

Le Nicaragua est connu comme « le pays des lacs et des volcans » en raison des nombreux lagons et lacs et de la chaîne de volcans qui s'étend du nord au sud le long de la côte pacifique du pays. Aujourd'hui, seuls 7 des 50 volcans du Nicaragua sont considérés comme actifs. Beaucoup de ces volcans offrent de grandes opportunités aux touristes avec des activités telles que la randonnée, l'escalade, le camping et la baignade dans les lacs de cratère.

La réserve naturelle de la lagune d'Apoyo a été créée par l'éruption du volcan Apoyo il y a environ 23,000 7 ans, qui a laissé un immense cratère de XNUMX km de large qui s'est progressivement rempli d'eau. Il est entouré par l'ancien mur du cratère. Le bord du lagon est bordé de restaurants, dont beaucoup proposent des kayaks. Outre la découverte de la forêt environnante, de nombreux sports nautiques sont pratiqués dans le lagon, notamment le kayak.

Selon la  Annonces télévisées, Les principales attractions touristiques du Nicaragua sont ses plages, ses routes panoramiques, l'architecture de villes comme Léon et Grenade et, plus récemment, l'écotourisme et l'agrotourisme, en particulier dans le nord du pays. En raison de l'augmentation du tourisme, les investissements directs étrangers au Nicaragua ont augmenté de 79.1 % entre 2007 et 2009.

Le tourisme a connu une forte croissance récemment et est maintenant la deuxième industrie du pays. Le président Daniel Ortega a déclaré son intention d'utiliser le tourisme pour lutter contre la pauvreté dans tout le pays.

La croissance du tourisme a eu un impact positif sur l'agriculture, le commerce et le secteur financier, ainsi que sur le secteur de la construction. Les résultats pour l'économie touristique du Nicaragua sont remarquables : en 2010, le pays a accueilli un million de touristes par année civile pour la première fois de son histoire.

L'écotourisme vise à être écologiquement et socialement conscient, il se concentre sur la culture locale, la nature sauvage et l'aventure. L'écotourisme au Nicaragua se développe d'année en année. Le pays offre une gamme de circuits écotouristiques et de lieux parfaits pour les aventuriers. Le Nicaragua compte trois écorégions, le Pacifique, le Centre et l'Atlantique, qui contiennent des volcans, des forêts tropicales et des terres agricoles. La plupart des écolodges et autres destinations écorégionales sont situées sur l'île d'Ometepe, située au milieu du lac Nicaragua, à une heure de bateau de Grenade. Alors que certains appartiennent à des étrangers, comme le lodge tropical en permaculture Finca El Zopilote, d'autres appartiennent à des familles locales, comme la petite mais très appréciée Finca Samaria.

Plus récemment, le ski sur sable sur le volcan Cerro Negro à León est devenu une attraction populaire. Les volcans actifs et dormants peuvent être escaladés. Les volcans les plus visités sont Masaya, Momotombo, Mombacho, Cosigüina et les volcans Maderas et Concepción sur Ometepe.

La géographie du Nicaragua

Les caractéristiques les plus remarquables de la géographie du Nicaragua sont visibles au premier coup d'œil : le lac Nicaragua au sud-ouest avec une plaine principalement basse à l'ouest qui connaît des saisons sèches et a toujours été la partie la plus densément peuplée et agricole du pays. Au nord, les hautes montagnes ont donné naissance à la culture du café et du tabac. C'est là que la terre est la plus froide et que la plupart des guérillas historiques, sandinistes ou contra, ont trouvé leurs cachettes. Du nord-ouest au sud-est, une chaîne de volcans pour la plupart actifs s'étend à travers le pays - dont le lac Nicaragua, le volcan Cosigüina au cœur de la péninsule du même nom, qui marque l'extrémité nord-ouest de cette chaîne volcanique, et les îles Solentiname, les caractéristique la plus au sud-est du pays d'origine volcanique.

La partie orientale du pays est dominée par la forêt tropicale humide et a toujours été peu peuplée. Au sud, le Rio San Juan serpente à travers une plaine avec une forêt tropicale des deux côtés, tandis qu'au nord, la forêt tropicale de Bosawas commence dans les contreforts des hautes terres du nord et s'étend presque jusqu'à la côte. Les plus hautes altitudes du pays se trouvent au nord, avec la plus haute montagne - Cerro Mogoton (2,107 19 m) - à la frontière avec le Honduras. Le plus long fleuve du pays et de toute l'Amérique centrale est le Río Coco ou Wanki, qui forme la frontière entre le Honduras et le Nicaragua sur une grande partie de sa longueur. De même, le Rio San Juan forme la frontière avec le Costa Rica, bien que le fleuve lui-même appartienne entièrement au Nicaragua en raison d'un traité datant du XIXe siècle. Le Rio San Juan est souvent considéré par les Nicaraguayens comme un symbole national, un peu comme la fascination des Allemands pour le Rhin au XIXe siècle, mais en raison de son inaccessibilité historique (avant la construction d'une nouvelle route, il fallait 19 heures de bus pour se rendre de Managua), peu de Nicaraguayens sont déjà allés sur le fleuve.

Démographie du Nicaragua

Selon le CIA World Factbook, la population de 5,891,199 69 17 est composée principalement de 5 % de métis (ce qui signifie traditionnellement un mélange de sang européen (blanc) et indigène (dans ce cas indien), 9 % de blancs, 58 % d'indigènes, 2013 % noirs et autres races. Cette proportion fluctue avec l'évolution des schémas migratoires. La population est à XNUMX% urbaine (XNUMX).

La capitale Managua est la plus grande ville avec une population estimée à 2.2 millions d'habitants en 2010 et plus de 2.5 millions d'habitants dans la grande région. En 2005, plus de 5.0 millions de personnes vivaient dans les régions du Pacifique, du Centre et du Nord et 700,000 XNUMX dans la région des Caraïbes.

Il existe une communauté d'expatriés en pleine croissance, dont la plupart viennent du monde entier, notamment des États-Unis, du Canada, de Taïwan et des pays européens, pour des raisons de travail, d'investissement ou de retraite. La plupart se sont installés à Managua, Grenade et San Juan del Sur.

De nombreux Nicaraguayens vivent à l'étranger, notamment au Costa Rica, aux États-Unis, en Espagne, au Canada et dans d'autres pays d'Amérique centrale.

Le Nicaragua a un taux de croissance démographique de 1.5% en 2013, résultant en l'un des taux de natalité les plus élevés de l'hémisphère occidental : 24.9 pour 1,000 2005 selon les données de l'ONU pour la période 2010-4.7. Le taux de mortalité était de 1,000 pour XNUMX XNUMX pour la même période, selon les données de l'ONU.

Groupes ethniques

La majorité de la population nicaraguayenne est métisse (un mélange d'Américains et d'Européens), environ 69%. 17% sont d'origine européenne, la majorité sont d'origine espagnole, certains sont allemands, italiens, anglais, turcs, danois ou français.

Environ 9 % de la population nicaraguayenne est noire, vivant principalement sur les côtes caraïbe ou atlantique du pays. La population noire est principalement composée de créoles noirs anglophones, descendants d'esclaves en fuite ou naufragés ; beaucoup portent le nom de colons écossais qui ont amené des esclaves avec eux, tels que Campbell, Gordon, Downs et Hodgeson. Bien que de nombreux créoles aient soutenu Somoza en raison de ses liens étroits avec les États-Unis, ils ont rejoint la cause sandiniste en juillet 1979, pour rejeter la révolution peu de temps après en réaction à une nouvelle phase d'«occidentalisation» et à l'imposition d'un pouvoir central depuis Managua. . Au milieu des années 1980, le gouvernement de Zelaya a divisé le département – ​​la moitié orientale du pays – en deux régions autonomes et a accordé aux populations noires et indigènes de cette région une autonomie limitée au sein de la république.

Les 5% restants des Nicaraguayens sont des Amérindiens, les descendants de la population indigène du pays. La population précolombienne du Nicaragua était composée de nombreux groupes indigènes. Les Nicaraguayens, qui ont donné son nom au pays, étaient présents dans la région occidentale, ainsi que d'autres groupes liés aux Mayas par la culture et la langue. La côte caraïbe du Nicaragua était habitée par des peuples autochtones, dont la plupart étaient apparentés aux Chibchas, qui avaient migré d'Amérique du Sud, principalement de ce qui est aujourd'hui la Colombie et le Venezuela. Ces groupes comprennent les Miskitos, les Ramas et les Sumos. Il y avait une importante minorité indigène jusqu'au 19ème siècle, mais ce groupe était largement assimilé culturellement à la majorité métisse.

Religion

La religion joue un rôle important dans la culture nicaraguayenne et est particulièrement protégée dans la constitution. La liberté religieuse, garantie depuis 1939, et la tolérance religieuse sont promues par le gouvernement et la constitution.

Le Nicaragua n'a pas de religion officielle. Les évêques catholiques sont censés offrir leur autorité aux grandes occasions de l'État, et leurs opinions sur les questions nationales sont suivies de près. En période de crise politique, ils peuvent être appelés à servir de médiateur entre les parties en conflit.

La plus grande confession, et traditionnellement la religion de la majorité, est le catholicisme romain. Le nombre de catholiques romains pratiquants est en baisse, tandis que le nombre de membres de groupes protestants évangéliques et mormons augmente fortement depuis les années 1990. Il existe également de fortes communautés anglicanes et moraves sur la côte caraïbe.

Le catholicisme romain est arrivé au Nicaragua au XVIe siècle avec la conquête espagnole et est resté la foi établie jusqu'en 16. Le protestantisme et d'autres confessions chrétiennes sont arrivés au Nicaragua au XIXe siècle et ont gagné de nombreux adeptes sur la côte caraïbe sous l'influence britannique au XXe siècle.

La religion populaire tourne autour des saints, qui sont considérés comme des intercesseurs (mais pas des médiateurs) entre le peuple et Dieu. La plupart des localités, de la capitale Managua aux petites communautés rurales, honorent les saints patrons, choisis dans le calendrier catholique romain, avec des festivals. Dans de nombreuses communautés, une riche tradition s'est développée autour des célébrations des saints patrons, comme Saint Dominique de Managua (Saint-Domingue), qui est honoré en août par deux processions colorées, souvent tapageuses, d'une journée à travers la ville. Pour les masses, le point culminant du calendrier religieux au Nicaragua n'est pas Noël ou Pâques, mais La Purísima, un festival d'une semaine au début du mois de décembre dédié à l'Immaculée Conception, au cours duquel des autels élaborés à la Vierge Marie sont érigés dans les maisons et les lieux de travail. .

Les liens politiques étroits du pays ont favorisé l'attachement religieux. Le bouddhisme s'est développé grâce à un afflux constant d'immigrants.

Langue Au Nicaragua

L'espagnol est la langue officielle du Nicaragua. Ne vous attendez pas à trouver beaucoup d'anglais en dehors des hôtels plus grands et plus chers. L'anglais créole (pensez au patois jamaïcain pour vous faire une idée) et les langues indigènes sont parlées le long de la côte caraïbe et à l'intérieur du parc national éloigné de Bosawas (à l'est du pays, donc dans les Caraïbes dans la langue Managua). Les Nicaraguayens ont tendance à omettre le s à la fin des mots espagnols, le remplaçant généralement par un son « h » (j en espagnol). Ainsi, "dále pues" ("d'accord, alors", une expression courante pour terminer une conversation) devient "dále pueh". Vos" est généralement utilisé à la place de "tú", qui est courant dans toute l'Amérique centrale. Cependant, "tú" est compris par les Nicaraguayens natifs car il apparaît souvent dans les médias, les chansons et les livres. Comme dans la plupart des pays d'Amérique latine, le pluriel « vosotros » est presque inconnu en dehors de la Bible. Lorsqu'on s'adresse à un groupe, la forme « ustedes » est préférée.

Les Nicaraguayens, en particulier les plus pauvres des zones rurales, écrivent parfois les mots phonétiquement et non tels qu'ils apparaissent dans le dictionnaire. Cela peut être le cas avec les enseignes des petits commerces. Lire le signe à haute voix aide souvent à le comprendre.

Économie du Nicaragua

Le café est l'une des exportations les plus importantes du Nicaragua. À Jinotega, Esteli, Nueva Segovia, Matagalpa et Madrize, le café est exporté dans le monde entier, en Amérique du Nord, en Amérique latine, en Europe, en Asie et en Australie. De nombreuses sociétés de café, telles que Nestlé et Starbucks, achètent du café nicaraguayen.

Le Nicaragua est l'un des pays les plus pauvres des Amériques. Son produit intérieur brut (PIB) en parité de pouvoir d'achat (PPA) était estimé à 17.37 milliards USD en 2008. L'agriculture représente 17 % du PIB, le plus élevé d'Amérique centrale. Les envois de fonds représentent plus de 15 % du PIB du Nicaragua. Près d'un milliard de dollars sont envoyés dans le pays par des Nicaraguayens vivant à l'étranger. L'économie a progressé d'environ 4 % en 2011.

Selon le Programme des Nations Unies pour le développement, 48 % de la population nicaraguayenne vit en dessous du seuil de pauvreté, 79.9 % de la population vivant avec moins de 2 dollars par jour. Selon l'ONU, 80% des autochtones (qui représentent 5% de la population) vivent avec moins d'un dollar par jour.

Selon la Banque mondiale, le Nicaragua se classe au 123e rang des meilleures économies pour démarrer une entreprise. L'économie du Nicaragua est « 62.7 % libre », avec des niveaux élevés de liberté fiscale, gouvernementale, de travail, d'investissement, financière et commerciale. Il se classe 61e parmi les économies les plus libres et 14e (sur 29) dans les Amériques.

En mars 2007, la Pologne et le Nicaragua ont signé un accord pour annuler 30.6 millions de dollars empruntés par le gouvernement nicaraguayen dans les années 1980. L'inflation est passée de 33,500 1988 % en 9.45 à 2006 % en XNUMX et la dette extérieure a été réduite de moitié.

Le Nicaragua est avant tout un pays agricole ; l'agriculture représente 60 % des exportations totales, qui valent environ 300 millions de dollars américains par an. Près des deux tiers de la récolte de café proviennent de la partie nord des hauts plateaux du centre, de la zone au nord et à l'est de la ville d'Estelí. L'érosion des sols et la pollution due à l'utilisation intensive de pesticides sont devenues de sérieux problèmes dans le district cotonnier. Les rendements et les exportations sont en baisse depuis 1985. Aujourd'hui, la plupart des bananes du Nicaragua sont cultivées dans le nord-ouest du pays, près du port de Corinto ; la canne à sucre est également cultivée dans le même district. Le manioc, une plante-racine semblable à la pomme de terre, est un aliment important dans les régions tropicales. Le manioc est également l'ingrédient principal du pudding au tapioca. Le secteur agricole du Nicaragua a bénéficié des relations étroites du pays avec le Venezuela. On estime que le Venezuela importe pour environ 200 millions de dollars de produits agricoles. Dans les années 1990, le gouvernement a entrepris des efforts pour diversifier l'agriculture. Les nouvelles cultures orientées vers l'exportation comprennent les arachides, le sésame, les melons et les oignons.

Des bateaux de pêche de la côte caraïbe apportent des crevettes et du homard aux usines de transformation de Puerto Cabezas, Bluefields et Laguna de Perlas. La pêche aux tortues a prospéré sur la côte caraïbe avant de s'effondrer en raison de la surpêche.

L'exploitation minière devient une industrie importante au Nicaragua, contribuant à moins de 1% du produit intérieur brut (PIB). En raison des préoccupations environnementales croissantes concernant la destruction des forêts tropicales, des restrictions sur l'exploitation forestière sont introduites. Mais l'exploitation forestière continue malgré ces obstacles ; en fait, un seul arbre à feuilles caduques peut valoir des milliers de dollars.

Pendant la guerre entre les Contras soutenus par les États-Unis et le gouvernement sandiniste dans les années 1980, une grande partie de l'infrastructure du pays a été endommagée ou détruite. Les infrastructures de transport dans le pays sont souvent inadéquates. Par exemple, il n'est pas possible de voyager de Managua à la côte caraïbe via l'autoroute. La route se termine dans la ville d'El Rama. Les voyageurs doivent faire le reste du chemin en bateau sur le Río Escondido - un voyage de cinq heures. La centrale électrique Centroamerica sur la rivière Tuma dans les hauts plateaux du centre a été agrandie et d'autres projets hydroélectriques ont été lancés pour fournir de l'électricité aux nouvelles industries du pays. Le Nicaragua a longtemps été considéré comme un site possible pour un nouveau canal au niveau de la mer pour compléter le canal de Panama.

Le salaire minimum au Nicaragua est l'un des plus bas des Amériques et du monde. Les envois de fonds représentent environ 15 % du produit intérieur brut du pays. Croissance dans le secteur maquila ralenti au cours de la première décennie du 21e siècle en raison de la concurrence croissante des marchés asiatiques, en particulier de la Chine. La terre est la base traditionnelle de la richesse au Nicaragua, avec de grandes fortunes provenant de l'exportation de produits tels que le café, le coton, le bœuf et le sucre. Presque toute la classe supérieure et près d'un quart de la classe moyenne sont de grands propriétaires terriens.

Une étude gouvernementale de 1985 a classé 69.4% de la population comme pauvre parce qu'elle était incapable de satisfaire un ou plusieurs de ses besoins fondamentaux en matière de logement, d'assainissement (eau, égouts et collecte des ordures), d'éducation et d'emploi. Les normes de définition pour cette étude étaient très faibles; un logement était considéré comme insalubre s'il était construit avec des matériaux de rebut et des sols en terre battue, ou s'il était occupé par plus de quatre personnes par pièce.

Les travailleurs ruraux dépendent du travail salarié agricole, en particulier pour le café et le coton. Seul un petit nombre d'entre eux ont des emplois permanents. La plupart d'entre eux sont des migrants qui suivent les cultures pendant les récoltes et trouvent un autre travail en contre-saison. Les agriculteurs « inférieurs » sont généralement de petits exploitants qui n'ont pas assez de terres pour nourrir une famille ; ils travaillent aussi à la récolte. Les « meilleurs » agriculteurs ont suffisamment de ressources pour être économiquement indépendants. Ils produisent suffisamment d'excédents au-delà de leurs propres besoins pour pouvoir participer aux marchés nationaux et mondiaux.

La sous-classe urbaine est caractérisée par le secteur informel de l'économie. Le secteur informel se compose de petites entreprises qui utilisent des technologies traditionnelles et opèrent en dehors de la protection légale du travail et de la fiscalité. Les travailleurs du secteur informel sont des travailleurs indépendants, des travailleurs familiaux non rémunérés ou des employés de petites entreprises, et ils sont généralement pauvres.

Les travailleurs du secteur informel au Nicaragua comprennent les plombiers, les couturières, les boulangers, les cordonniers et les menuisiers, les personnes qui lavent et repassent le linge ou préparent la nourriture à vendre dans la rue, ainsi que des milliers de colporteurs, de propriétaires de petites entreprises (qui travaillent souvent à domicile) et de marchés opérateurs de décrochage. Certains travaillent seuls, d'autres travaillent dans les petits talleres (ateliers/usines) qui sont responsables d'une grande partie de la production industrielle du pays. Les revenus du secteur informel étant généralement très faibles, peu de familles peuvent vivre avec un seul revenu. Comme la plupart des pays d'Amérique latine, le Nicaragua se caractérise par une très petite classe supérieure, environ 2% de la population, qui est très riche et détient un pouvoir politique et économique dans le pays qui n'est pas entre les mains de sociétés étrangères et du secteur privé. Ces familles oligarchiques dirigent le Nicaragua depuis des générations et leur richesse est politiquement et économiquement intégrée horizontalement et verticalement.

Le Nicaragua est actuellement membre de l'Alliance bolivarienne pour les Amériques, également connue sous le nom d'ALBA. L'ALBA a proposé la création d'une nouvelle monnaie, le Sucre, à l'usage de ses membres. Essentiellement, cela signifie que le córdoba nicaraguayen sera remplacé par le sucre. Les autres nations qui suivront un modèle similaire sont : le Venezuela, l'Équateur, la Bolivie, le Honduras, Cuba, Saint-Vincent-et-les Grenadines, la Dominique et Antigua-et-Barbuda.

Le Nicaragua envisage de construire un canal reliant l'Atlantique et le Pacifique. Le président Daniel Ortega a déclaré que cela apporterait au Nicaragua "l'indépendance économique". La construction du projet devrait débuter en décembre 2014.

Conditions d'entrée pour le Nicaragua

Visa & Passeport pour le Nicaragua

Les citoyens des pays / territoires suivants peuvent entrer au Nicaragua sans visa : Andorre, Anguilla, Antigua-et-Barbuda, Australie, Autriche, Bahamas, Bahreïn, Barbade, Belgique, Belize, Brésil, Brunei, Bulgarie, Costa Rica, Croatie, Chypre, Danemark, Estonie, Îles Falkland, Finlande, France, Allemagne, Gibraltar, Grèce, Saint-Siège, Hong Kong, Hongrie, Islande, Irlande, Israël, Italie, Japon, Koweït, Lettonie, Lituanie, Liechtenstein, Luxembourg, Macao, Macédoine, Madagascar, Malaisie, Malte, Îles Marshall, Mexique, Monaco, Pays-Bas , Nouvelle-Zélande, Norvège, Paraguay, Panama, Pologne, Portugal, Qatar, Saint-Kitts-et-Nevis, Sainte-Lucie, Saint-Vincent-et-les Grenadines Sainte-Lucie, Saint-Vincent-et-les Grenadines, Saint-Marin, Singapour, Slovaquie, Îles Salomon, Sud Afrique, Corée du Sud, Espagne, Sainte-Hélène, Ascension et Tristan da Cunha, Swaziland, Suède, Slovénie, Suisse, Taïwan, Turquie, Trinité-et-Tobago, Tuvalu, Royaume-Uni, États-Unis, Vanuatu, Cité du Vatican (Saint-Siège) et Venezuela .

Les autres touristes peuvent obtenir un carte de touriste pour 10 $ US à l'arrivée, valable entre 1 mois et 3 mois (selon la nationalité - 90 jours est autorisé pour le Canada et les États-Unis), à condition d'avoir un passeport valide avec au moins six mois restants. Il existe également une taxe de sortie de 32 $ US, qui est incluse dans les tarifs des principales compagnies aériennes (American Airlines, Copa Airlines et Avianca certainement). La carte de touriste est également valable dans les autres pays du CA-4, à savoir El Salvador, le Guatemala et le Honduras, même si parfois il faut se disputer avec les agents de l'immigration pour savoir que cet accord est en vigueur, car ils sont pratiquement obligés de vendre plus cartes touristiques.

Comment voyager au Nicaragua

Entrer - Par avion

Vous arriverez probablement à l'aéroport Augusto C Sandino de Managua (IATA : AMS). Les vols en provenance des États-Unis arrivent de Houston, Miami, Fort Lauderdale et Atlanta. Managua est desservie par american AirlinesUniAviancaDelta, EspritAeroméxico et des tours Nature Air (de SJO), entre autres. En plus des vols intérieurs au Nicaragua, costeña aussi propose des itinéraires entre Tegucigalpa et Managua. Depuis 2014, Compagnies aériennes Veca dessert également Managua et la relie à d'autres capitales d'Amérique centrale. Bien que la compagnie se présente comme « low cost », les tarifs sont tout de même plus élevés que ceux de ses homologues européens ou américains.

Si votre destination au Nicaragua se trouve dans la région de Rio San Juan ou au sud-ouest du Nicaragua, ou si vous trouvez un vol qui vous convient autrement, il peut être judicieux de vous envoler vers l'aéroport IATA de Liberia : RIL ou Aéroport IATA de San José : SJO (techniquement à Alajuela) au Costa Rica. Notez que le Costa Rica ne fait pas partie du CA4 et vous devrez passer l'immigration à l'aéroport et à l'entrée du Nicaragua. Comme San Jose est desservie par plus de destinations en dehors des États-Unis, cela peut également être une bonne option si vous avez l'intention d'éviter de passer par les États-Unis. Si vous ou un membre de votre groupe êtes citoyen nicaraguayen, n'oubliez pas d'obtenir un visa à entrées multiples pour le Costa Rica.

Des frais de 10 USD sont facturés pour l'entrée, payables en USD ou NIO. Essayez d'obtenir la devise exacte.

Les cartes touristiques sont valables trois mois pour les citoyens américains et les citoyens européens et canadiens. Il y a des taxis à l'extérieur de l'aéroport, mais ils sont relativement chers (25 $ pour les 20 km de trajet jusqu'au centre de Managua). Vous pouvez également marcher jusqu'à la rue et essayer de héler un taxi ordinaire. Certains chauffeurs de taxi essaient de facturer plus, surtout s'ils voient un visage étranger, et peuvent commencer avec 20 USD, mais un prix autour de 5-10 USD ou 125-250 Cordobas est raisonnable depuis l'aéroport (selon le nombre de personnes et le quantité de bagages). La connaissance de l'espagnol est très utile lorsqu'il s'agit de taxis. Vous pouvez également organiser une navette pour vous emmener dans les villes voisines telles que Grenade, une option populaire pour les touristes qui ne veulent pas passer une nuit à Managua. Il est recommandé de demander à votre hôtel ou à votre école de langue d'organiser une navette si possible.

Il y a des discussions sur le démarrage de vols internationaux vers le petit aéroport d'Ometepe, qui a été ouvert en 2014 ; cependant, rien n'en est sorti à ce jour (juillet 2014).

Il n'y a, à partir de 2015, aucun vol international régulier vers d'autres aéroports du pays, bien que certains puissent être en mesure d'accueillir l'aviation générale.

Monter - En voiture

Notez que presque tous les contrats de location de voiture ne vous permettent pas de faire traverser la frontière avec votre voiture. Si vous souhaitez amener votre propre voiture à travers la frontière, c'est possible, mais cela nécessite une certaine planification et un peu de paperasserie, car le gouvernement contrôle strictement le marché des voitures d'occasion et ne veut pas que vous les vendiez sans payer les frais appropriés. et tarifs. Voir Carnet de Passage pour traverser la frontière en voiture

Il existe deux passages frontaliers vers le Costa Rica : Peñas Blancas du côté ouest du lac Nicaragua et Los Chiles/San Carlos du côté est du lac. Alors que le passage de San Carlos n'a longtemps été accessible qu'aux bateaux, le pont a finalement été ouvert en 2015 et il est désormais possible de franchir la frontière côté est du lac Nicaragua en voiture. Peñas Blancas était de loin la traversée la plus fréquentée dans le passé, mais l'ouverture du pont et le profil touristique croissant de la région de Rio San Juan pourraient changer cela. N'oubliez pas que ces deux passages frontaliers sont des points d'étranglement majeurs pour le commerce entre le Nicaragua et le Costa Rica et que de nombreux camions vous attendront pour traverser. La route maritime de San Carlos à Los Chiles reste ouverte pour l'instant, mais avec des traversées plus limitées que lorsqu'il s'agissait du seul passage possible.

Il existe trois principaux passages frontaliers vers le Honduras. Las Manos est sur la route la plus courte vers Tegucigalpa ; les autres sont sur la route panaméricaine au nord de Leon.

Des frais de 12 USD sont facturés pour le passage de la frontière (généralement payables en dollars, en cordobas ou dans la devise du pays voisin). Ces frais sont généralement facturés même si vous avez déjà un visa CA-4, bien qu'aucun nouveau visa ne soit inclus. La « ruée vers les visas » pour obtenir une nouvelle prolongation de 90 jours de votre séjour légal n'est donc possible qu'en vous rendant au Costa Rica, et c'est en grande partie à la discrétion des autorités frontalières de vous accorder ou non le douzième visa consécutif de 90 jours. .

Monter - En bus

Des bus internationaux circulent entre Managua et San José, le Costa Rica (avec de courts arrêts à Rivas et Grenade), San Salvador, El Salvador (avec de courts arrêts à Leon) et le Honduras. Certains bus continuent vers Panama City ou Guatemala City. Les bus sont relativement modernes (beaucoup ont l'air conditionné) et s'arrêtent en cours de route pour faire le plein et manger. Cependant, si vous souhaitez utiliser ce mode de transport, soyez prévoyant : les bus entre les grandes villes peuvent être complets plusieurs jours avant le départ. Vérifiez les entreprises suivantes : Transnica Bus Tica et des tours Qualité roi. Une autre option consiste à être pris en charge dans les petites villes le long du parcours; demander la billetterie locale. Il existe également des "bus de poulet" bon marché (mais terriblement inconfortables) qui circulent plusieurs fois par semaine entre Managua et Guatemala City (20 $) et s'arrêtent dans les grandes villes comme Leon.

Une autre façon de traverser la frontière est de prendre un bus depuis/vers une grande ville qui vous déposera à la frontière. Vous pouvez ensuite traverser la frontière et monter dans un autre bus. Il s'agit d'une stratégie courante pour les voyageurs, en particulier à la frontière Costa Rica-Nicaragua. Cette méthode prend plus de temps, mais est beaucoup moins chère et peut être utilisée à tout moment.

Lorsque vous traversez la frontière de Choluteca, au Honduras, à Guasaule, au Nicaragua, ne soyez pas intimidé par les hommes qui se battent pour vos bagages. Ils voudront vous faire traverser la frontière à vélo jusqu'à l'arrêt de bus de l'autre côté. Souvent, lorsque vous demandez un prix pour le trajet, ils insistent sur le fait qu'il s'agit d'un « pourboire » ou d'une « propina ». Ce n'est que lorsque vous arriverez de l'autre côté qu'ils essaieront de vous faire pression pour que vous payiez 20 USD ou plus. Négociez avec eux avant d'accepter un tour et s'ils vous mettent encore la pression à la fin, donnez-leur ce que vous pensez être juste et partez.

Ce passage frontalier est également votre dernière chance d'échanger vos lempiras contre des cordobas, et il est préférable de connaître le taux de change afin de pouvoir négocier un taux équitable.

Tous les bus du sud entrent dans Peñas Blancas au Nicaragua. Il existe des bus climatisés relativement modernes des mêmes compagnies que pour la connexion au Honduras. Vous pouvez également prendre un bus local jusqu'à la frontière, traverser à pied et prendre un bus ou un taxi à partir de là. N'oubliez pas que la frontière est le dernier point où vous pouvez vous débarrasser de vos colons, car presque personne au Nicaragua même ne les accepte ; s'ils le font, ce n'est qu'à des taux de change épouvantables.

Entrer - Avec le bateau

En plus des croisières, il existe également les options suivantes

Depuis Los Chiles (Costa Rica) à San Carlos, vous pouvez prendre une « lancha » (petit bateau) qui vous fera traverser la frontière pour environ 10 $ US. Le voyage est très pittoresque car le Rio Frio traverse une agréable forêt tropicale. Veuillez noter que vous êtes autorisé à tout photographier sauf le poste frontière à mi-chemin, car il s'agit d'une installation militaire. Les formalités frontalières des deux côtés sont similaires à celles du passage terrestre de Peñas Blancas, mais à Los Chiles, vous devrez payer environ 1 USD pour utiliser la zone frontalière. Il y a deux supermarchés à Los Chiles, mais un seul (avec une sélection plus limitée) à San Carlos, donc si vous pensez avoir besoin de quelque chose, faites le plein.

On rapporte qu'un nouveau ferry régulier relie maintenant La Union (El Salvador) à Corinto, au Nicaragua.

Monter - En train

Il n'y a pas de lignes ferroviaires de passagers entre le Nicaragua et ses pays voisins. En fait, vous auriez du mal à trouver un train au Nicaragua, car le chemin de fer national a été fermé en 1994 et littéralement vendu à la ferraille peu de temps après. (La situation n'est guère meilleure dans d'autres parties de l'Amérique centrale, soit dit en passant). ) Les discussions sur le redémarrage d'un chemin de fer - qu'il soit local ou national, fret ou passagers - ne sont pas concluantes et ne vont jamais au-delà des articles de journaux ou des spéculations de politiciens de niveau intermédiaire ou à la retraite.

Comment voyager autour du Nicaragua

Se déplacer - En bus

Le bus est sans aucun doute le principal moyen de se déplacer au Nicaragua et un excellent moyen de découvrir la géographie du pays, ses habitants et même une partie de sa culture (musique, gastronomie, vêtements, mœurs). La plupart des bus sont de vieux bus scolaires américains jaunes désaffectés (mais souvent fantastiquement repeints et redécorés). Attendez-vous à ce que ces bus soient emballés et que vos bagages (s'ils sont volumineux) soient rangés à l'arrière ou sur le toit du bus (avec les vélos et autres gros objets). Mieux vaut être rapide ou vous devrez rester debout ou assis sur un pouf pendant la majeure partie du trajet. Sur la plupart des lignes, vous pouvez acheter votre billet un jour ou deux à l'avance, ce qui vous garantit une place (numérotée) (recherchez le numéro sur votre billet ou au-dessus des fenêtres). Certains n'ont pas remplacé les sièges d'origine conçus pour les enfants de 7 ans, vous risquez donc d'avoir mal aux genoux en fin de trajet. Souvent, des collations et des boissons sont vendues dans les bus (ou par les fenêtres) avant le départ ou aux arrêts rapides. Un tarif typique peut aller de 1 USD ou moins pour les trajets courts (~ 30 minutes) à 3-4 USD pour les trajets plus longs.

À l'exception des bus urbains de Managua, qui utilisent des cartes prépayées sans contact pour payer les tarifs, les bus au Nicaragua sont généralement exploités par un équipage de deux personnes. En plus du chauffeur, chaque bus a généralement un «assistant» plus jeune qui se tient à la porte d'entrée, annonce les arrêts, perçoit les tarifs et aide les passagers à monter (souvent avec une attention particulière aux jolies femmes).

La plupart des villes du Nicaragua ont une gare routière principale pour les bus longue distance. Managua possède de nombreux terminaux, chacun desservant une partie différente du pays, en fonction de sa situation géographique à Managua. Mercado Israel Levites, dans la partie ouest de la ville, dessert les villes de la côte pacifique au nord, par exemple Leon, Chinandega et tous les points intermédiaires. Mercado Mayoreo, dans la partie orientale de la ville, dessert des points à l'est, au nord et au sud-est, comme Matagalpa Rama ou San Carlos, Rio San Juan. Mercado Huembes, dans la partie sud de Managua, dessert des points du sud, tels que Rivas/San Jorge et Peñas Blancas.

Les minibus ("microbus" comme on les appelle) sont une autre méthode de déplacement à travers le pays. Ce sont essentiellement des camionnettes pouvant accueillir jusqu'à 15 personnes (certaines peuvent être plus grandes, de la taille d'une navette). Les minibus circulent régulièrement entre Managua et des villes relativement proches telles que Grenade, Leon, Masaya, Jinotepe et Chinandega. La plupart d'entre eux partent et reviennent au petit terminal de microbus situé en face de l'Universidad Centoamericana (les bus et le terminal sont donc connus sous le nom de "los microbuses de la UCA"). Les microbus circulent toute la journée jusqu'en fin d'après-midi ou en début de soirée, selon la destination, avec des horaires plus courts le dimanche et une certaine heure de pointe en semaine, car ils desservent les villes voisines à partir desquelles de nombreuses personnes se rendent à Managua. Les microbus coûtent un peu plus cher que les bus scolaires, mais sont plus rapides et font moins d'arrêts. Comme pour les autobus scolaires, vous pouvez vous attendre à ce qu'ils soient surpeuplés, probablement avec encore moins d'espace, car les conducteurs chargent souvent plus de personnes que le véhicule pour lequel il est conçu. D'un autre côté, la plupart des chauffeurs (et aides-conducteurs) sont sympathiques et serviables et vous aideront à ranger vos bagages. Ils desservent les principaux terminaux de bus de Leon et Chinandega, Parque Central et Mercado de Artesanias (puis partent d'un autre parc à quelques pâtés de maisons) à Masaya, et un parc à un pâté de maisons du Parque Central à Grenade. Il existe un service de microbus limité vers d'autres villes depuis les terminaux de bus respectifs de Managua.

Se déplacer - Par avion

A l'aéroport international, à droite du terminal principal, il y a deux bureaux qui abritent les compagnies aériennes nationales. Elles sont idéales si vous souhaitez vous rendre sur la côte atlantique. Les prix varient, mais il faut compter une heure et demie pour se rendre aux îles du Maïs plutôt qu'une journée entière par voie terrestre. Si vous essayez de gagner du temps, c'est le meilleur moyen de vous rendre aux îles du Maïs ou n'importe où sur la côte atlantique. Les destinations incluent San Carlos, Big Corn Island, Bluefields, deux des trois villes du « triangle minier » et de nouvelles liaisons vers Ometepe et San Juan del Norte (Greytown). Les avions se remplissent rapidement et la franchise bagages est très limitée. Vérifiez donc si le temps gagné vaut le coût et l'effort. Pour plus d'informations visitez leur site Web

Se déplacer - Avec le bateau

Il est de coutume que vos sacs soient fouillés avant chaque sortie en bateau. Les règles sur ce qui peut se trouver dans vos bagages varient, mais sur le bateau San Carlos – Ometepe – Grenade, les boissons alcoolisées sont souvent confisquées à l'embarquement et vous sont rendues à votre débarquement.

Le bateau est le seul moyen de se rendre aux Solentinames et reste le moyen le plus populaire pour se rendre à Isla de Ometepe. Sachez que les vents forts et le mauvais temps peuvent annuler les trajets en ferry. Ce n'est pas nécessairement une mauvaise chose, cependant, car le vent et le mauvais temps peuvent rendre le trajet en ferry inconfortable pour les personnes sujettes au mal de mer, et de nombreux bateaux utilisés pour accéder à Ometepe sont des ferries et des lancements plus anciens et plus petits. L'itinéraire le plus rapide vers Ometepe est de San Jorge (à 10 minutes de Rivas et souvent relié par le même bus de Managua à Rivas) à Moyogalpa. Un voyage beaucoup plus long peut être fait (avec seulement deux voyages par semaine) de Grenade à Altagracia. Il y a un grand ferry moderne de San Jorge qui relie quotidiennement le nouveau port de San Jose del Sur, près de Moyogalpa.

Le bateau est également un moyen pratique de se rendre à Big Corn Island. Prenez un bus pour Rama, qui est au bout de la route. Cette route est en bon état et le trajet ne doit pas être trop cahoteux. Il y a un bateau superposé hebdomadaire vers les îles du Maïs et de petites vedettes vers Bluefields et El Bluff plusieurs fois par jour. Vous pouvez également prendre un hors-bord pour Bluefields ou El Bluff. De là, vous pouvez prendre un bateau pour les Corn Islands ou un vol depuis Bluefields. Le premier bateau de Rama à Bluefields part généralement à l'aube et permet une promenade en bateau. De même, un gros cargo met deux jours pour revenir à Rama depuis les îles du Maïs, avec une escale d'une nuit à El Bluff pour récupérer la cargaison. Il y a maintenant un itinéraire (mais n'attendez pas grand-chose) de Rama à Pearl Lagoon, qui peut également être atteint en hors-bord depuis Bluefields.

Se déplacer - En taxi

Vous devez toujours conclure un accord clair sur le tarif avant de monter dans le taxi. La plupart des régions du pays ont des tarifs fixes dans une ville qui doublent la nuit, mais les tarifs à Managua ou en dehors des limites de la ville dépendent principalement de vos talents de négociateur. En particulier, vous devez établir s'il s'agit de monnaie locale ou de dollars et si le prix est par personne ou pour l'ensemble du groupe. Une fois dans le taxi, vous n'avez aucun pouvoir de négociation et il n'y a pas de taximètre. Les chauffeurs de taxi à Managua peuvent être agressifs et ils sont nombreux, il est donc facile de trouver un tarif adapté. Les taxis accepteront plusieurs tarifs s'ils vont à peu près dans la même direction. Dans toutes les villes, les chauffeurs de taxi sont généralement justes et bien élevés, et c'est un bon moyen de voir le paysage local. Dans les petites villes, il y a un prix fixe par personne, il n'est donc pas nécessaire de négocier. A Managua, le tarif est à négocier avant de monter et augmentera en fonction du nombre de passagers (dans votre groupe qui ne sont pas encore dans le taxi ou qui montent plus tard), de l'heure de la journée (c'est beaucoup plus cher la nuit) et l'emplacement (aller ou venir d'une belle partie de Managua peut être un peu plus cher en raison d'un pouvoir de négociation moindre). Le tarif le moins cher pour un seul passager est de 30 $CAN (2013), mais le même trajet pour deux peut coûter 40 $CAN. Un trajet autour de Managua pendant la journée ne devrait pas coûter plus de 60 à 70 $CAN si vous n'allez pas à l'aéroport ou n'en revenez pas. Les pourboires ne sont pas attendus (mais sont toujours les bienvenus). Vous pouvez également partager le coût d'un taxi vers des destinations proches de Managua, comme Masaya, si vous préférez voyager avec un minimum de confort.

Il y a eu une augmentation des incidents de crime de taxi à Managua. Le scénario le plus typique est qu'un ou plusieurs passagers supplémentaires montent dans le taxi peu de temps après que vous ayez été pris en charge, ils vous conduisent en ville en rond avec le chauffeur de taxi, emportant tout ce que vous avez avec vous et vous laissant dans un endroit au hasard, généralement loin de votre destination. Assurez-vous que le taxi a le numéro de licence peint sur le côté, que le panneau de taxi est sur le toit, que la lumière à l'intérieur du taxi est allumée et que la licence de l'opérateur de taxi est clairement visible sur le siège avant. Vous pouvez demander à un ami de vous reconduire chez vous et de noter le numéro de plaque d'immatriculation. Soyez prudent, surtout la nuit, et il est préférable de demander à votre hôtel de vous trouver un taxi.

Vous pouvez réserver un taxi en ligne sur TaxiManagua. Les tarifs à l'intérieur de Managua commencent à 20 USD.

Se déplacer - Avec moto

Certains des habitants sont connus pour conduire des motos, dans certains cas avec plusieurs enfants sur une moto avec une mère. Si vous voyez quelque chose comme ça dans les rues, ne soyez pas surpris.

Si vous envisagez de faire de la moto au Nicaragua, sachez que le port du casque est obligatoire et que rouler de nuit est très dangereux.

Vous pouvez louer des motos à partir de Aventures de motos au Nicaragua.

Se déplacer - A vélo

Les vélos sont un excellent moyen de se déplacer au Nicaragua. Ils sont un moyen gratuit de se déplacer tout en vous permettant de vous arrêter et de voir le pays qui vous passerait normalement. Dans les zones plus rurales, les Nicaraguayens sont très amicaux et serviables, et les routes autorisent pour la plupart les vélos sur l'accotement. La plupart des conducteurs sauront manier un vélo, bien que les habitants préfèrent les motos s'ils en ont les moyens. Dans les grandes villes comme Managua, les routes et les trottoirs peuvent être très dangereux pour les vélos. Les voies sont étroites et non conçues pour les cyclistes. Les ronds-points sont également très difficiles à naviguer. Il est presque impossible de négocier le trafic et il est généralement préférable d'attendre que le trafic soit dégagé. Les chaussées sont inégales et comportent souvent des poteaux, des nids-de-poule ou d'autres obstacles qui rendent difficile une conduite efficace.

Depuis 2016, les vélos (très similaires aux modèles américains à plusieurs vitesses vendus aux États-Unis, comme Huffy) sont largement disponibles parmi les Nicaraguayens urbains et ruraux; les pièces détachées (pneus, chambres à air, pédales) et les services de réparation sont disponibles dans la plupart des villes, même les plus petites, même s'il faut parfois se renseigner pour les trouver. Les pièces de rechange (pneus, chambres à air, pédales) et les services de réparation sont disponibles dans la plupart des villes, même les plus petites, même si vous devrez peut-être vous renseigner pour les trouver (par exemple, le seul atelier de réparation de vélos de la ville peut travailler dans sa cour et ne pas avoir un panneau dans la rue). Quoi qu'il en soit, il est fortement recommandé que vous sachiez comment corriger les défauts de base, surtout si vous avez l'intention de faire des promenades terrestres. Si vous n'avez pas encore de vélo, vous pouvez en acheter des bon marché dans la plupart des villes de toutes tailles, même dans des villes reculées comme San Carlos. Dans des villes comme Léon ou Grenade, presque toutes les auberges (et certains opérateurs indépendants) proposent la location de vélos pour dix dollars par jour ou moins.

À Managua, il y a maintenant une marche de masse critique tous les deux mois (lien Facebook en espagnol). Chaque premier et troisième dimanche à partir de 15h30 sur la Plaza Cuba à Managua. Dans d'autres villes, la promotion du vélo n'en est qu'à ses balbutiements, mais la circulation automobile n'est pas si dense et vous ne devriez pas avoir de gros problèmes pour vous déplacer à vélo.

Se déplacer - Auto-stop

L'auto-stop est courant dans les zones rurales et les petites villes, mais n'est pas recommandé à Managua. Les Nicaraguayens eux-mêmes ne voyagent généralement qu'à l'arrière du camion, et non dans le véhicule, lorsqu'ils voyagent avec un groupe de personnes (3 ou plus). Certains chauffeurs peuvent facturer un peu d'argent pour vous donner un ascenseur. Les Nicaraguayens voient cela comme un moyen d'être bon marché, mais ils acceptent généralement de payer la petite somme (1 $ US/personne).

Se déplacer - En voiture

Les routes de la côte Pacifique sont généralement dans un état acceptable, bien que les pluies du début de la saison des pluies puissent frapper particulièrement durement les routes goudronnées de Managua. Les routes de la côte atlantique sont une autre histoire. Il y a peu de routes goudronnées et les chemins de terre peuvent devenir impraticables pendant la saison des pluies. Apportez de la patience et des pneus de rechange et prévoyez un temps de conduite plus long que du côté du Pacifique. La conduite urbaine n'est une bonne idée dans aucune des villes, bien qu'à Managua, vous ayez peu d'alternatives à la voiture en raison de l'étalement urbain axé sur la voiture. Si vous le pouvez, engagez un chauffeur ou prenez des taxis. Les bus sont une option pour se déplacer à Managua, mais seulement pendant la journée et vous avez besoin d'une carte TUC rechargeable pour payer le trajet, qui n'est disponible que pour ceux qui ont une pièce d'identité nicaraguayenne. Dans des villes comme Grenade ou León, il est beaucoup plus facile de se déplacer à pied et il vaut mieux laisser la voiture que d'essayer de naviguer dans le réseau quelque peu déroutant de rues à sens unique.

Il n'y a pas de péages au Nicaragua et, en octobre 2016, le diesel est de l'ordre de 20 cents de córdobas, tandis que l'essence (différenciée par l'indice d'octane en régulier et premium) est de l'ordre de 20 cents de córdobas. Par rapport aux États-Unis ou au Mexique, l'essence peut donc être considérée comme chère à environ 4 USD le gallon, mais elle est nettement moins chère que dans la plupart des pays européens.

La limite de vitesse sur les autoroutes est généralement de 100 km/h, mais vous ne devez pas la dépasser, car les vaches et les chevaux traversent les routes comme s'ils étaient propriétaires de l'endroit. Dans les villes, la limite de vitesse est de 45 km/h et de 60 km/h sur toutes les autres routes. La police est particulièrement habile à contrôler les voitures de location pour percevoir les «amendes» des touristes, alors conduisez de manière défensive et dans les limites de vitesse. La procédure normale pour les amendes routières est que l'officier de police récupère votre licence et vous délivre un billet, que vous apportez à une banque pour payer l'amende. La banque vous remettra un reçu que vous pourrez utiliser ultérieurement pour retirer votre licence. Cependant, tous les policiers ne suivent pas cette procédure standard à chaque fois, et si vous êtes pressé, ils peuvent vous permettre de payer sur place. Les amendes se négocient, et si votre permis a été confisqué par un policier, vous pouvez parfois éviter de payer l'amende en plaidant votre cas de manière convaincante au commissariat.

Une particularité du code de la route nicaraguayen est que vous n'êtes pas autorisé à déplacer votre voiture même d'un centimètre après un accident. Si vous le faites, vous serez responsable de tout dommage. Attendez l'arrivée de la police et demandez la permission de déplacer votre véhicule si nécessaire. Si vous avez la malchance d'avoir un accident entraînant des blessures graves ou la mort, vous serez placé en garde à vue jusqu'à ce que tout soit réglé. Dans la plupart des cas, la solution la plus simple consiste à accepter un accord de plaidoyer, mais vous devriez d'abord consulter un avocat si cela vous arrive.

Le Nicaragua possède de nombreux ronds-points (rotondas) qui servent de repères locaux à Managua. Changer de voie dans ou juste avant un rond-point est illégal et punissable, surtout si vous conduisez une voiture de location.

Les permis de conduire de la plupart des pays sont acceptés jusqu'à 30 jours. Si vous avez l'intention de rester et de conduire plus longtemps, vous devrez obtenir un permis de conduire nicaraguayen, qui n'est disponible que pour les citoyens et les résidents légaux.

Destinations au Nicaragua

Régions en Nicaragua

  • Région de la capitale
    La région la plus peuplée du Nicaragua, centrée sur la capitale Managua et comprenant le Pueblos Blancos.
  • Caraïbes Nicaragua
    Ici, vous voyagez principalement en bateau et le riche mélange des cultures nicaraguayenne, caribéenne, miskito et garifuna fait de cette région un autre pays.
  • Hautes terres du nord
    Visitez des fabriques de cigares, faites un tour dans le canyon ou découvrez comment le café est cultivé dans une région pleine de vestiges de la révolution.
  • Côte nord du Pacifique
    Située au point de collision de deux plaques tectoniques, cette région a l'une des activités volcaniques les plus élevées de la planète et abrite deux icônes nationales : Flor de Caña Rum et le poète Rubén Darío.
  • Région de Rio San Juan
    Une partie du pays presque oubliée, avec des trésors cachés tels que les îles de Solentiname ou El Castillo, accessibles en voiture, et la porte d'entrée de la forêt tropicale vierge de la réserve Indio Maiz.
  • Côte du Pacifique Sud
    Une étroite bande de terre bordée par l'océan Pacifique et le lac Nicaragua. Surfez sur des spots isolés le long de la côte, faites la fête à San Juan del Sur ou faites du vélo autour de l'emblématique Isla de Ometepe.

Villes du Nicaragua

  • Managua – La capitale, détruite par un tremblement de terre en 1972 et connue pour sa fadeur, retrouve peu à peu ses lettres de noblesse.
  • Granada (Nicaragua) – beauté coloniale, préférée des expatriés.
  • León (Nicaragua) - l'ancien rival de Grenade, célèbre pour ses étudiants, sa politique de gauche et sa cathédrale.
  • Masaya - une charmante "banlieue" de Managua avec un marché artisanal et un accès facile aux Pueblos Blancos.
  • Bluefields - la plus grande ville de la côte caraïbe et le principal centre de voyage.
  • San Carlos (Nicaragua) - Porte d'entrée de la région de Rio San Juan
  • Estelí – buvez du café là où il est cultivé et utilisez la ville comme point de départ pour diverses excursions, notamment vers le canyon de Somoto.
  • San Juan del Sur - ville des surfeurs, Mecque de la fête et mouillage pour les croisières autour du Pacifique.
  • Jinotega - "La capitale du café", une ville du nord du pays, avec la cathédrale de San Juan, la Peña de la Cruz et le lac Apanás.

Autres destinations au Nicaragua

  • Big Corn Island - île des Caraïbes avec plongée, détente et pêche.
  • Little Corn Island - île des Caraïbes avec plongée, détente et pêche. La plus populaire des deux îles du Maïs.
  • Isla de Ometepe - Île à l'ombre de deux volcans
  • Somoto - la maison du spectaculaire canyon de Somoto.
  • El Castillo - une forteresse espagnole sur le Rio San Juan et un bon point d'entrée dans la jungle voisine.
  • Laguna de Apoyo - réserve naturelle avec plages de sable noir
  • Pearl Lagoon - Ville des Caraïbes à l'atmosphère détendue
  • Îles Solentiname - un groupe d'îles du lac Nicaragua, célèbres pour leurs peintures naïves et leurs figures en bois de balsa.
  • Volcan Masaya

Hébergements & Hôtels au Nicaragua

L'hébergement est généralement assez bon marché au Nicaragua. Les options vont des simples hamacs (2-3 USD) aux dortoirs dans les auberges (5-9 USD) aux chambres jumelles privées ("matrimoniales") (10-35 USD, selon que vous avez une télévision, la climatisation et votre propre douche et toilettes). Vous ne trouverez probablement le vrai luxe que dans les grandes villes comme Managua, Léon ou Grenade et dans quelques stations balnéaires comme Montélimar (l'ancienne maison de vacances de Somoza), et même là, les prix n'atteignent presque jamais les quatre chiffres.

Les hautes et basses saisons ne sont pas aussi prononcées qu'au Costa Rica, par exemple, mais il y a une augmentation marquée des prix pendant Semaine de Pâques (Semaine de Pâques), période de l'année où la plupart des Nicaraguayens prennent leurs vacances. Il n'est pas rare que les prix doublent ou triplent durant cette période, par exemple à San Juan del Sur. Il y a un autre petit pic autour de Noël/Nouvel An, mais il n'est pas aussi prononcé. Pendant la saison des pluies, vous pouvez parfois négocier de meilleurs prix, mais n'y comptez pas.

Alors que Barrio Martha Quezada est généralement une destination pratique pour les visiteurs de Managua en raison des nombreux hôtels bon marché, il est devenu de plus en plus dangereux, en particulier pour les touristes, car les vols se produisent en plein jour. À moins d'avoir besoin d'être dans le coin pour prendre un bus tôt le matin depuis un terminal voisin, il est conseillé d'éviter Martha Quezada, d'autant plus qu'elle est éloignée du soi-disant « nouveau » centre de Managua. La zone près de la gare routière de Tica a également la réputation d'être dangereuse, et les touristes sont bien avisés de prendre un taxi directement vers et depuis la gare, même si ce n'est qu'une courte distance de marche. Le Backpackers Inn près de MetroCentro (à 5 minutes en taxi des microbus UCA), l'hôtel San Luis à Colonia Centroamerica (à 5 minutes en taxi de la gare routière Mercado Huembes) sont de bonnes options économiques dans des quartiers sûrs, tout comme de nombreux hôtels à prix variable. gammes dans les quartiers autour du nouveau centre près de Metrocentro et Caraterra Masaya (c'est-à-dire Altamira, Los Robles, Reparto San Juan).

Recherchez les maisons d'hôtes, les huespedes ou les hospedajes car ce sont les chambres les moins chères qui coûtent moins de 5 USD. Ils appartiennent généralement à des familles et vous séjournerez principalement chez des habitants. Assurez-vous de savoir quand ils ferment si vous sortez la nuit. Les hôtels offrent plus de commodités mais sont plus chers. Il y a quelques auberges pour routards à Grenade, San Juan del Sur, Isla Ometepe, Masaya, Managua et Leon ; autrement, les chambres d'hôtes sont l'option préférée.

Choses à voir au Nicaragua

Les Nicaraguayens aiment appeler leur pays le pays des lacs et des volcans. Les volcans les plus remarquables comprennent:

  • Volcan Concepción et des tours bois de charpente sur Ometepe
  • Volcan Mombacho près de Grenade
  • Volcán Masaya à proximité Masaya. Si cela n'est pas considéré comme trop dangereux, vous pouvez monter en voiture.
  • Le volcan Cosigüina, qui était l'un des plus hauts de la région mais a explosé au 19ème siècle, parsème le golfe de Fonseca entre le Nicaragua et El Salvador avec de nombreuses petites îles de ses débris.

Les autres lieux d'intérêt sont:

  • Faune sur Ometepe ou dans les aires protégées d'Indio-Maiz (sud-est, région de Rio San Juan) et de Bosawas (nord-est, Caraïbes Nicaragua).
  • Des églises à profusionen particulier à León (avec l'une des plus grandes églises d'Amérique centrale) et à Grenade.
  • Panoramas et des tours couchers de soleil sur rives du lac Nicaragua (Cocibolca)
  • Musées et des peintures murales dédiées au passé révolutionnaire du pays et à la guerre civile (en particulier dans les bastions sandinistes comme León ou Estelí).

Heureusement, le Nicaragua a beaucoup plus d'architecture coloniale que son voisin du sud, et si vous venez du sud, des endroits comme Granada ou Leon peuvent être une bouffée d'air frais par rapport à l'architecture moderniste plutôt fade que vous y trouverez.

Choses à faire au Nicaragua

Il y a une infinité de choses à faire au Nicaragua, mais certaines des plus négligées sont les les fêtes, ou fêtes des saints, qui ont lieu presque tous les jours dans quelque ville ou village du pays. Participer aux fêtes patronales est un excellent moyen de découvrir la culture nicaraguayenne, et les coutumes comme la danse Gigantona et le défilé Los Aguizotes sont vraiment inoubliables. Malheureusement, il peut être difficile de savoir ce qui se passe et quand.

Nourriture et boissons à Nicaragua

Nourriture au Nicaragua

La nourriture nicaraguayenne est très bon marché par rapport aux normes occidentales. Une assiette de street food coûte entre 30 et 70 cordobas. Un dîner typique se compose de viande, riz, haricots, salade (par exemple salade de chou) et quelques bananes plantains frites et coûte moins de 3 USD. Les restaurants/restaurants de style buffet appelés « fritanga » sont très courants, mais la qualité varie considérablement. Une grande partie de la nourriture est frite dans de l'huile (légume ou saindoux). Il est possible de manger de la nourriture végétarienne : le plat le plus courant est le gallo pinto (haricots et riz), et la plupart des endroits servent du fromage (frit ou frais), des plantains frits et de la salade de chou. Il existe des plats de légumes tels que le guiso de papas, le pipián o ayote – un ragoût crémeux et beurré de pommes de terre, de courgettes ou de courges ; guacamole nica, préparé avec des œufs durs et du pipian pané (courgette), et divers beignets frits de pommes de terre, de fromage et d'autres légumes. Cependant, le concept de végétarisme est inconnu de la plupart des Nicaraguayens, en particulier à la campagne, et dire que vous « ne mangez pas de viande » peut amener à vous proposer du poulet à la place, qui est considéré comme autre chose que de la « viande » (porc ou bœuf ).

Si vous aimez la viande, le poulet et le bœuf grillés sont délicieux, le bœuf étant généralement de bonne qualité mais souvent dur. Essayez également les nacatamales, un plat traditionnel du dimanche qui est essentiellement un grand tamal de porc ou de bœuf et d'autres épices enveloppé dans une feuille de bananier et attaché avec une ficelle de feuille de bananier (35-40 cordobas). Les gens qui les fabriquent les vendent souvent de chez eux les vendredis, samedis et dimanches ; faites attention aux panneaux indiquant "Hay nacatamales" ("Nous avons des nacatamales"),

Indio Viejo est un plat à base de farine de maïs (masa), préparé avec du poulet ou du bœuf haché et assaisonné de menthe. L'épice typique est le «chilero», un mélange d'oignons et de piments séchés, plus ou moins piquant selon le cuisinier. La nourriture nicaraguayenne n'est pas connue pour être épicée, bien que le chilero ou la sauce piquante soit presque toujours disponible (mais préparez-vous à des regards étranges si vous l'utilisez beaucoup).

Bien qu'elle ne soit pas aussi omniprésente qu'au Costa Rica voisin, Salsa lizano (un type de sauce Worcestershire) est généralement servie avec vos repas et vendue dans la plupart des supermarchés. Sauce soja (salsa chinoise) et sauce Worcestershire (Sauce anglaise) sont également vendus dans les supermarchés. S'ils ne l'ont pas, il suffit de demander.

Le régime alimentaire typique du Nicaragua se compose de riz, de petits haricots rouges et de poisson ou de viande. Les Nicaraguayens sont fiers de leur célèbre gallo pinto, un mélange équilibré de riz et de haricots qui est généralement servi au petit-déjeuner.

Les tortillas nicaraguayennes sont faites de farine de maïs et sont épaisses, presque comme un pita. Un plat commun est le quesillo : une chaîne de fromage de type mozzarella avec des oignons marinés, de la crème sure aqueuse et un peu de sel enveloppé dans une tortilla épaisse. Vous pouvez les trouver au coin des rues ou dans les paniers des femmes qui courent en criant "Quesiiiiillo". Les quesillos les plus célèbres se trouvent au bord de l'autoroute entre Managua et Leon, à Nagarote (ils servent aussi une boisson locale, le tiste) et à La Paz Centro. La meilleure sélection de fromages, des quesillos à la cuajada, se trouve à Chontales.

Un plat typique qui peut être acheté à la fois dans la rue et dans les restaurants est le vigoron, qui se compose de porc haché, de yuca et de salade de chou, des piments peuvent être ajoutés selon les goûts.

Les fritangas (vendeurs de nourriture et barbecues de taille moyenne à grande, généralement avec des sièges et présents dans la plupart des zones résidentielles) vendent généralement du poulet grillé, du bœuf, du porc et des aliments frits. Ils vendent également des « tacos » et des « enchiladas », qui peuvent être délicieux mais qui ont peu de choses en commun avec leurs cousins ​​mexicains. Les tacos se composent de poulet ou de bœuf enveloppé dans une tortilla et frit. Ceci est accompagné de salade de chou, de crème, parfois de ketchup ou de sauce tomate maison et de piment en accompagnement. Les enchiladas » ne sont pas enchiloso (pas épicées). Ils consistent en une tortilla remplie d'un mélange de bœuf et de riz, pliée en deux pour enfermer le mélange, recouverte de pâte puis, oui, frite. Ils sont servis de la même manière que les tacos.

Une alternative aux offres frites sur le menu typique est carne en baho. Il s'agit d'une combinaison de bœuf, de yucca, de patate douce, de pomme de terre et d'autres ingrédients cuits à la vapeur dans des feuilles de plantain pendant plusieurs heures.

L'un des desserts typiques est Trois laits, un gâteau moelleux et spongieux qui combine trois types de lait (évaporé, condensé et frais, d'où le nom) en une seule concoction sucrée. Votre diététicien et votre dentiste détesteront ce dessert, mais comme il n'est généralement consommé que lors d'occasions spéciales, vous pouvez vous en offrir de temps en temps.

Sur la côte caraïbe, on peut manger à peu près n'importe quoi « de coco » (avec ou à partir de noix de coco). Essayer Pain à la noix de coco (pain à la noix de coco) ou gallo pinto à la noix de coco. Une célèbre spécialité de la côte caraïbe est le rundown (parfois orthographié et prononcé ron-don), qui se compose de poisson et d'autres ingrédients cuits jusqu'à ce que le poisson « coule ». Comme sa préparation est longue, il faut la commander jusqu'à un jour à l'avance et de préférence pour plusieurs personnes.

Fruitée

Les plantains sont une partie importante du régime nicaraguayen. Vous les trouverez sous diverses formes de préparation : frites (divisées en maduros/sucrés, tajadas/frites longues et fines et tostones/fines et frites deux fois), cuites, bouillies, avec de la crème ou du fromage, comme chips pour tremper. Les bananes vertes et guinéo sont également cuites et consommées en accompagnement. Plantains mûrs (jaunes) (platanes maduros) peut également être consommé frais, mais les gens ne semblent pas le faire très souvent ; elles sont moins sucrées et ont un goût plus « substantiel » que les bananes.

Le fruit de la passion (appelé maracuya en espagnol international et plus communément comme calala dans Nicaragua) est assez courant au Nicaragua. Les Nicaraguayens semblent les préférer dans les boissons sucrées (fresques), mais ils peuvent aussi être consommés frais. Ils sont particulièrement bons avec de la glace ou du yaourt nature.

La plupart des oranges que vous voyez pousser dans les jardins nicaraguayens sont de la variété aigre ; presque aussi acides qu'un citron, voire parfois un peu amères, elles ne sont pas consommées mais pressées en jus. Vous pouvez également le faire de cette façon; pressez le jus d'une ou deux oranges (c'est-à-dire quelques cuillères à soupe) dans une tasse, remplissez le reste de la tasse avec de l'eau et un peu de sucre au goût - et votre tasse de limonade est prête !

Les mangues poussent sur d'énormes arbres et sont récoltées avec des sacs en filet attachés à de longues perches ; Parfois, les gens jettent simplement quelques pierres dans un arbre pour cueillir des fruits à manger. À certaines périodes de l'année, ou dans certaines des villes les moins commerçantes, vous ne verrez peut-être pas de mangues à vendre, mais vous en trouverez beaucoup sur le sol sous les manguiers en bordure de route. Si vous prenez la peine de cueillir ceux qui sont le moins abîmés par l'automne et les parasites et de les laver, vous les trouverez peut-être plus savoureux que ceux en vente !

Lorsque vous allez à Chinandega, demandez aux locaux qui vendent du « tonqua ». C'est un excellent fruit confit au sucre et UNIQUEMENT disponible à Chinandega. La plupart des Nicaraguayens en dehors de Chinandega ne savent pas ce qu'est la tonqua. Tonqua est un mot chinois pour fruit, car tonqua est une plante que les immigrants chinois ont apportée dans la région de Chinandega.

Boissons au Nicaragua

Le rhum est l'esprit de choix, mais vous trouverez également du whisky et de la vodka. La marque de rhum locale s'appelle Fleur de canne et se décline en plusieurs variétés : Light, Extra Dry, Black Label, Gran Reserva (7 ans), Centenario (12 ans) et un nouveau rhum top 18 ans. Il y a aussi un rhum moins cher appelé Ron Plata.

Les bières locales sont la reine VictoriaTonaPremium et des tours Brahva. Victoria est la meilleure de ces bières, avec un goût similaire aux lagers européennes habituelles, tandis que les autres sont beaucoup plus légères et moins savoureuses, plus comme les lagers américaines habituelles. Une nouvelle bière, « Victoria Frost », est tout aussi légère.

Dans la section des boissons gazeuses, vous trouverez les sodas habituels comme Coca-Cola et Pepsi Cola. Les boissons locales comprennent Pinolillo et des tours Le cacao, qui sont de délicieuses boissons à base de fèves de cacao, de maïs et de lait et généralement de la Cannelle, une boisson épaisse à base de cacao, Milka et des tours Rojita, une limonade rouge au goût d'Inca Cola ou de « Red Pop » (si vous venez du Texas ou du sud des États-Unis).

Les Nicaraguayens boivent une variété de jus de fruits naturels et de boissons (jugos naturales, qui sont pour la plupart des jus purs, et (re)fresques naturelles, qui sont des jus de fruits frais mélangés avec de l'eau et du sucre). Les plus populaires sont le tamarin, le cantaloup, la pastèque, la fleur d'hibiscus (Fleur de la Jamaïque), limonade, orange, pamplemousse, fruit du dragon, carambole (principalement mélangé à de l'orange), mangue, papaye, ananas et d'innombrables autres. Les «luiquados», fruits et lait ou eau, sont également populaires, la banane, la mangue ou la papaye avec du lait étant les plus courantes. Les boissons à base de maïs et de céréales, telles que la tiste, la chicha (toutes deux à base de maïs), la cebada (orge) et la linaza (graines de lin), sont également courantes et très traditionnelles. La plupart des boissons froides coûtent environ 10 à 20 NIO. Comme dans d'autres régions d'Amérique centrale, vous devez éviter les jus avec de l'eau, sauf si vous êtes habitué à de l'eau non traitée, sauf dans un restaurant qui utilise de l'eau purifiée (eau purifiée en espagnol).

Si vous n'aimez pas la glace (bonjour) dans votre boisson, dites-le simplement, sinon vous obtiendrez d'énormes morceaux de glace qui peuvent ou non être fabriqués à partir d'eau purifiée, ce qui va à l'encontre de l'objectif d'éviter l'eau du robinet lors de la commande de Coca.

Un mot sur la consigne des bouteilles : Alors que la plupart des bouteilles et canettes en plastique ne peuvent pas être retournées, les bouteilles en verre le peuvent. Dans quelques petits pulperies (supérette familiale où l'on trouve de tout), il se peut que vous n'ayez pas le droit de prendre une bouteille en verre sauf si vous leur apportez une bouteille vide en échange. Donc soit il faut boire son Coca sur place, soit on vous donne un petit sac plastique avec une paille pour prendre la boisson (mais pas la bouteille). Vendeurs ambulants de boissons non alcoolisées maison ((re) fresques) les vendent souvent dans des sacs en plastique ; les vinaigres épicés sont également vendus dans de tels sacs sur les marchés.

Argent et shopping au Nicaragua

Devise

Si vous entrez au Nicaragua par voie terrestre, débarrassez-vous de vos lempiras honduriens et de vos colons costaricains, car ils sont difficiles à échanger loin de la frontière.

La monnaie nationale est appelée córdoba oro (NIO, abrégé localement C$), également connue localement sous le nom de peso, simplement « cordoba » ou vara(s), entre autres termes. Les volontaires et les expatriés du Peace Corps disent parfois « cordoba », mais les Nicaraguayens n'utilisent pas ce mot.

En septembre 2016, il y avait 28.9 córdoba oro pour un dollar américain. La monnaie perd environ 5 % de sa valeur par rapport au dollar américain chaque année, ce qui pourrait être décrit comme une parité glissante avec inflation intégrée. Le Córdoba suit et suit donc les mouvements du dollar américain dans ses taux de change par rapport aux autres devises.

La plupart des endroits acceptent les dollars américains (bien que parfois à un prix inférieur à leur valeur nominale), mais vous obtiendrez souvent de la monnaie à Córdoba Oro. Córdoba oro est indispensable pour payer les tickets de bus, les taxis, les petits repas et autres achats du quotidien. Essayez de transporter environ 500 córdoba oro en petites coupures avec vous à tout moment. Presque toutes les banques échangent des USD contre NIO, mais les files d'attente sont souvent longues et vous devrez peut-être utiliser votre carte de crédit au lieu de votre carte de débit pour obtenir de l'argent. Assurez-vous d'apporter votre passeport lorsque vous changez de l'argent. Tous les guichets automatiques distribuent de la monnaie locale et la plupart peuvent également distribuer des dollars américains. Assurez-vous que le distributeur que vous utilisez appartient à l'un des réseaux indiqués au dos de votre carte bancaire. Bien que vous puissiez trouver des guichets automatiques qui fonctionnent avec le système MasterCard/Cirrus, la plupart n'utilisent que le système Visa/Plus. Dans de nombreux cas, un guichet automatique est situé dans sa propre mini-salle climatisée (lire : froid glacial) avec une porte que vous pouvez fermer. Vous devriez préférer ces guichets automatiques à d'autres car la porte est généralement opaque et protège vos données des regards indiscrets. Il peut parfois être difficile d'obtenir de la monnaie pour un billet de 500 Cordoba et un billet de 20 USD. Les billets de 100 et 50 USD ne sont souvent pas acceptés, sauf par les banques. Par conséquent, si vous venez des États-Unis (ou d'un autre pays qui utilise le dollar), il est conseillé de transporter la majeure partie de votre argent en billets de 20 USD, ainsi que de nombreux billets de 5 USD et 1 USD (pour les endroits qui citent le dollar). prix en USD mais prétend ne pas avoir de petits billets en USD à changer).

Les euros (billets uniquement) ne sont échangés que dans les banques et le taux de change est bien pire que celui que vous obtiendriez en échangeant des dollars américains. Si vous venez d'un pays européen, le plus simple est de vous assurer d'avoir un compte bancaire qui vous permet de retirer de l'argent au Nicaragua à peu ou pas de frais.

Si vous avez besoin de changer de l'argent lorsque les banques sont fermées, ou si vous voulez changer de l'argent que la banque ne change pas, il existe des changeurs privés appelés « cambistas » ou « coyotes ». Alors que la plupart d'entre eux sont honnêtes et appartiennent à des coopératives qui les gardent honnêtes, il y a des changeurs de monnaie malhonnêtes qui essaient de faire passer les cordobas de 1980 comme de la vraie monnaie ou de vous tromper. Faites attention au taux de change, faites vos propres calculs (les calculatrices sont connues pour être manipulées) pour vérifier leur exactitude, et ne remettez votre argent qu'après avoir bien regardé la monnaie que vous recevrez. Les bureaux de change se trouvent à la plupart des postes frontaliers et également à Managua. Pendant les heures d'ouverture des banques, ils offrent souvent de meilleurs tarifs et des temps d'attente plus courts, mais c'est à vous de décider si vous pensez que cela en vaut la peine. Pour minimiser les risques, essayez d'obtenir votre argent en petits billets, ce qui facilite également l'obtention de la monnaie.

La plupart des magasins modernes, y compris Texaco (Star Mart), Esso (On ​​The Run), La Union (supermarché appartenant à Wal-Mart) acceptent la devise américaine, souvent à un taux de change légèrement meilleur que les banques ou les « cambistas » dans les rues (regardez les identifiants des cambistas), avec changement de NIO. Limitez les billets à 20 USD pour plus de succès. Les cambistas n'ont aucun problème avec les billets de 50 et 100 USD. Ils n'acceptent pas les euros, l'argent canadien ou les chèques de voyage. Il y a un bureau de change à l'aéroport, mais les tarifs sont – comme d'habitude – épouvantables et il vaut mieux trouver un guichet automatique à l'aéroport (il devrait y en avoir plusieurs) et y retirer des Cordobas.

Les cartes de crédit américaines et internationales sont acceptées dans les grandes chaînes de distribution (Palí, La Colonia, La Unión). De nombreux hôtels acceptent également les cartes de crédit, mais surtout dans les régions éloignées, vous devez souvent payer un supplément de 4 à 6 % si vous payez vos factures avec une carte de crédit.

Shopping souvenirs

Si vous devez apporter une chose du Nicaragua, c'est un hamac. Les hamacs nicaraguayens sont parmi les meilleurs et les plus confortables disponibles. Les meilleurs d'entre eux sont fabriqués à Masaya. Demandez à un taxi de vous emmener à la fabrica de hamacas, au mercado viejo ou au mercado nuevo. Vous trouverez le plus grand choix et les meilleurs prix à Masaya. Un seul hamac pour une personne devrait coûter moins de 20 USD. Des hamacs sont également vendus au marché Huembes de Managua, qui possède la seule grande section de produits locaux et d'artisanat à Managua.

Le Nicaragua produit également un excellent rhum primé appelé Flor de Caña. C'est la liqueur la plus consommée au Nicaragua. Les rhums 5 ans (préférez Extra Light à Extra Dry ou Etiqueta Negra) et surtout les 7 ans (Gran Reserva) ont un excellent rapport qualité-prix – autour de 4-6 USD la bouteille. Achetez dans les magasins locaux, car les prix sont plus élevés dans les boutiques hors taxes des aéroports. Gran Reserva est le meilleur rapport qualité-prix.

Un voyage dans les villes d'art des "Pueblos Blancos" est la façon la plus enrichissante de faire des emplettes pour l'artisanat local. Le marché de l'artisanat de Masaya est le meilleur et le plus facile pour les touristes d'acheter de l'artisanat. Il existe un marché similaire avec les mêmes produits (provenant des mêmes vendeurs) au Mercado Huembes à Managua, qui a des prix légèrement plus élevés que le marché de Masaya. Ces villes sont à seulement 10 minutes de Masaya, 30 minutes de Grenade et 40 minutes de Managua et sont le centre de l'artisanat nicaraguayen. Catarina abrite des dizaines de pépinières offrant la grande variété de plantes que cette terre tropicale luxuriante peut produire, et offre également de magnifiques vues sur la Laguna de Apoyo (lac de cratère volcanique), que vous pourrez admirer depuis de nombreux restaurants.

San Juan del Oriente est le centre de la production de poterie. Vous y trouverez des dizaines d'ateliers et de boutiques familiales où vous pourrez rencontrer des artisans et choisir parmi une gamme éblouissante et créative de vases, bols et autres objets en céramique. Certaines des meilleures boutiques avec des designs plus originaux sont situées à quelques pâtés de maisons de la ville, à l'écart de la rue principale. Enfin, Masatepe est connue pour ses meubles, notamment en osier et en bois, et surtout pour ses rocking chairs, la chaise préférée des Nicaraguayens. Vous ne pourrez peut-être pas emporter de fauteuils à bascule ou de fougères dans l'avion, mais le lèche-vitrines dans ces villes pittoresques en vaut la peine. Vous pouvez également trouver de la poterie de San Juan del Oriente, des meubles de Masatepe et d'autres objets artisanaux à Masaya, au Mercado Huembes à Managua et dans les rues de Granada, Leon et d'autres lieux fréquentés par les touristes. N'oubliez pas de marchander. Même si vous êtes un touriste, vous pouvez marchander.

Le shopping selon les normes occidentales à Managua se fait principalement dans les centres commerciaux, le plus grand et le plus moderne étant MetroCentro près de Ruben Dario Rotonda. Il existe des centres commerciaux plus petits et moins haut de gamme à Plaza Inter et Bello Horizonte à Plaza Las Americas. Un nouveau et grand centre commercial appelé Plaza Santo Domingo est situé sur la Carretera Masaya, à environ le kilomètre 6.

Le shopping comme les locaux se fait dans les mercados, les marchés publics. Le plus grand (et sans doute l'un des plus grands des Amériques) est le Mercado Oriental à Managua. Ce marché contient tout dans des magasins ou des étals individuels, de la nourriture aux vêtements en passant par l'électronique domestique. Le Mercado Oriental est l'un des endroits les plus dangereux pour les touristes de la ville. Si vous y allez, n'emportez que l'argent que vous voulez dépenser. Pas de sacs à main, de montres ou de bijoux et si vous prenez un téléphone portable, mettez-le dans votre poche hors de la vue des autres. Il est préférable d'y aller avec un local ou encore mieux avec un groupe de locaux.

Moins effrayant, plus sûr et avec une sélection similaire est le Mercado Huembes. Il est plus petit et plus ouvert (il est moins difficile de se faire prendre dans une allée sombre et isolée). Ce marché propose l'artisanat Masaya déjà mentionné à des prix plus élevés qu'à Masaya. Il existe quelques autres marchés similaires qui sont plus petits, plus éloignés des sentiers battus et qui ne valent pas la peine d'être visités car ils ne sont pas sûrs et offrent moins de produits à des prix plus élevés.

Les petites figurines en bois de balsa que vous pouvez acheter dans de nombreux endroits sont fabriquées dans les îles Solentiname, où vous pouvez les voir être fabriquées et où vous pouvez probablement aussi en obtenir une sur mesure. De nombreux habitants de l'archipel de Solentiname peignent également et certains vendent leurs peintures directement de chez eux ou sur les marchés de Managua, Masaya et d'autres grandes villes.

Fêtes et jours fériés au Nicaragua

Date nom anglais Commentaires
Janvier 1 Le jour de l'An De nombreux Nicaraguayens célèbrent le Nouvel An au bord de la piscine.
1 Février Journée de l'Air Force Tenu le 1er février en l'honneur de l'armée de l'air du pays.
Avril 13 Jeudi Saint Célébrée dans tout le pays le premier jeudi d'avril.
1 mai Fête du Travail Célébré dans tout le pays le 1er mai.
27 mai Jour de l'armée Tenue le 27 mai en l'honneur de l'armée nicaraguayenne.
19 Juillet Jour de la libération / Jour de la révolution FSLNR Célébrée nationalement le 19 juillet. Il marque le jour où l'Armée de libération nationale a vaincu la dictature de Somoza lors de la révolution nicaraguayenne.
25 Juillet Fête de Santiago Célébrée le 25 juillet à Boaco, Somoto et Managua.
26 Juillet Fête de Santa Ana Célébré le 26 juillet à Nandaime, Niquinohomo, Moyogalpa et Ometepe.
Août 1 Fête de Saint-Domingue Les Managuans célèbrent Santo Domingo de Guzmán (saint patron)
Août 23 Journée de la soupe au crabe Les insulaires de maïs célèbrent l'abolition de l'esclavage dans les îles de maïs
14 Septembre Bataille de San Jacinto Célébré au niveau national. Il a lieu le jour anniversaire de la bataille de San Jacinto (1856).
Septembre 15 Jour de l'Indépendance Jours fériés célébrés le 15 septembre pour commémorer la déclaration d'indépendance de l'Amérique centrale en 1821.
12 Octobre Journée de la résistance autochtone Premier jour de Christophe Colomb ; met en lumière la lutte des peuples autochtones contre le colonialisme européen.
7/8 décembre L'Immaculée Conception
(La Griteria Immaculée)
Célébré dans tout le pays le 8 décembre et à León le 7 décembre.
25 Décembre Noël Internationalement célébré.
31 Décembre réveillon de Nouvel an A minuit, les Nicaraguayens font la fête avec des feux d'artifice (pólvoras, cohetes) et vont à la plage.

Traditions & Coutumes au Nicaragua

  • En espagnol nicaraguayen, une distinction est faite entre le vous « formel » et le vous « informel ». La forme formelle (« usted » pour une personne, « ustedes » pour plusieurs personnes) est utilisée avec les étrangers, les personnes âgées et les personnes de haut rang. La forme informelle ("tu" ou "vos" pour une personne ; "vosotros" pour plusieurs personnes n'est presque jamais utilisée en dehors de la Bible, mais toujours dans un espagnol (continental) correct, les Nicaraguayens appelleraient un groupe "ustedes"). entre pairs et amis et après qu'on vous a explicitement demandé de vous adresser à quelqu'un de manière informelle.
  • Don (pour les hommes) et Doña (pour les femmes) sont des expressions courantes pour s'adresser poliment aux gens par leur prénom, par exemple Don Ramon ou Doña Maria. Il peut être librement traduit par Mr./Ms.
  • Les Nicaraguayens sont très soucieux de leur apparence et ne comprenant pas pourquoi les touristes «riches» se promènent dans des vêtements minables ou salopes. C'est vrai qu'un sourire fait du bien, mais au Nicaragua une douche avec le sourire, c'est encore mieux.
  • Bien qu'il existe une importante minorité irréligieuse au Nicaragua et une communauté évangélique croissante (selon les lignes américaines), la plupart des gens aiment leur foi (principalement catholique) telle qu'elle est, merci, et n'apprécient pas trop d'être ridiculisés ou d'essayer ouvertement de se convertir. .
  • Les hommes en short ne sont pas courants au Nicaragua, et compte tenu du risque de moustiques, vous devriez envisager de porter un pantalon ou un jean.
  • Certaines femmes nicaraguayennes nagent avec un t-shirt par-dessus leur maillot de bain. Vous n'êtes pas obligé de le faire, mais les femmes qui se promènent sur la plage les seins nus ne sont certainement pas une bonne idée.
  • Ne soyez pas surpris si vous recevez des surnoms de parfaits inconnus en fonction de votre apparence. Si vous êtes visiblement blanc, les gens sont susceptibles de vous appeler "chele" (de leche = lait). (de leche = lait). Aussi, des surnoms comme « gorda » (grosse, femme), « flaco » (maigre, homme) ou « nègre » (terme non offensant, simplement la couleur noire) ne sont jamais considérés comme des insultes.
  • Aussi, ne soyez pas surpris si les gens font des commentaires sur votre poids ou (s'ils vous revoient après un certain temps) sur le gain ou la perte de poids. Parce que le poids est visible, ils ne pensent pas que ce soit un sujet offensant à aborder. En fait, c'est parfois un sujet de conversation approprié.

Culture du Nicaragua

La culture nicaraguayenne a de fortes traditions folkloriques, musicales et religieuses qui sont fortement influencées par la culture européenne, mais qui incluent également des sons et des saveurs indigènes. La culture nicaraguayenne peut également être définie en plusieurs volets distincts. La côte du Pacifique possède un folklore, une musique et des traditions religieuses fortement influencés par les Européens. Le pays a été colonisé par l'Espagne et sa culture est similaire à celle des autres pays hispanophones d'Amérique latine. Les groupes autochtones qui habitaient historiquement la côte du Pacifique ont été largement assimilés à la culture métisse.

La côte caraïbe du Nicaragua était autrefois un protectorat britannique. L'anglais est toujours prédominant dans cette région et est parlé dans le pays avec l'espagnol et les langues indigènes. Sa culture est similaire à celle des nations caribéennes qui étaient ou sont des possessions britanniques, telles que la Jamaïque, le Belize, les îles Caïmans, etc. Contrairement à la côte ouest, les peuples autochtones de la côte caraïbe ont conservé leur identité propre et certains parlent encore leur langue maternelle comme première langue.

Musique

La musique du Nicaragua est un mélange d'influences indigènes et espagnoles. Les instruments de musique comprennent le marimba et d'autres instruments courants dans toute l'Amérique centrale. Le marimba nicaraguayen est joué par un joueur assis qui tient l'instrument sur ses genoux. Il est généralement accompagné d'un violon basse, d'une guitare et d'une guitarrilla (une petite guitare semblable à une mandoline). Cette musique est jouée lors d'occasions sociales comme une sorte de musique de fond.

Le marimba est constitué de plaques de bois dur montées sur des tubes de bambou ou de métal de différentes longueurs. Il se joue avec deux ou quatre marteaux. La côte caraïbe du Nicaragua est connue pour une forme de musique de danse vivante et sensuelle appelée Palo de Mayo, qui est populaire dans tout le pays. Il est particulièrement bruyant et célébré lors du festival Palo de Mayo en mai. La communauté Garifuna (afro-indienne) est connue pour sa musique populaire appelée Pointe.

Le Nicaragua bénéficie d'une variété d'influences internationales dans le domaine de la musique. La bachata, le merengue, la salsa et la cumbia ont pris de l'importance dans des centres culturels tels que Managua, León et Grenade. La danse Cumbia est devenue populaire sur l'île d'Ometepe et à Managua avec l'introduction d'artistes nicaraguayens, dont Gustavo Leyton. La salsa est devenue extrêmement populaire dans les boîtes de nuit de Managua. À travers diverses influences, la forme de danse salsa varie au Nicaragua. Les éléments de style new-yorkais et la salsa cubaine (Salsa Casino) ont gagné en popularité dans ce pays.

Dance

La danse au Nicaragua varie selon la région. Dans les zones rurales, les mouvements de hanche et les virages sont plus accentués. Dans les villes, le style de danse se concentre sur un jeu de jambes plus sophistiqué en plus des mouvements et des virages. Des combinaisons de styles dominicains et américains peuvent être trouvées dans tout le Nicaragua. La danse Bachata est très populaire au Nicaragua. Une part considérable de l'influence de la bachata provient des Nicaraguayens vivant à l'étranger, dans des villes comme Miami, Los Angeles et, dans une moindre mesure, New York. Récemment, le tango a également fait son apparition dans les villes culturelles et parmi les danses sociales.

Cuisine

La cuisine nicaraguayenne est un mélange de cuisine espagnole et de plats d'origine précolombienne. La cuisine traditionnelle change de la côte Pacifique à la côte Caraïbe. Sur la côte Pacifique, les fruits locaux et le maïs sont les aliments de base, tandis que la cuisine de la côte caribéenne se concentre sur les fruits de mer et la noix de coco.

Comme dans de nombreux autres pays d'Amérique latine, le maïs est un aliment de base et est utilisé dans de nombreux plats populaires, tels que le nacatamal et le Indio Viejo. Le maïs est également un ingrédient de boissons telles que le pinolillo et la chicha, ainsi que de sucreries et de desserts. Outre le maïs, le riz et les haricots sont également consommés très fréquemment.

Le gallo pinto, le plat national du Nicaragua, se compose de riz blanc et de haricots rouges cuits séparément puis frits ensemble. Il existe plusieurs variantes de ce plat, notamment l'ajout de lait de coco et/ou de noix de coco râpée sur la côte caraïbe. La plupart des Nicaraguayens commencent leur journée avec gallopinto. Gallopinto est généralement servi avec viande rôtie, salade, fromage frit, plantains ou maduros.

De nombreux plats nicaraguayens contiennent des fruits et légumes locaux tels que le jocote, la mangue, la papaye, le tamarin, le pipian, la banane, l'avocat, le yuca et des herbes telles que la coriandre, l'origan et le roucou.

Les Nicaraguayens sont également connus pour manger des cobayes, des tapirs, des iguanes, des œufs de tortues, des tatous et des boas, mais des efforts sont faits pour freiner cette tendance.

Restez en sécurité et en bonne santé au Nicaragua

Restez en sécurité au Nicaragua

Le Nicaragua a fait des progrès considérables en termes de présence policière et d'ordre dans tout le pays. La criminalité est relativement faible. Cependant, à partir de 2008, des rapports sur la violence des gangs de faible intensité ont commencé à provenir du Honduras et d'El Salvador. La police nationale du Nicaragua a réussi à arrêter des membres de gangs et à réduire le crime organisé.

Ne voyagez pas seul la nuit. Payez un taxi pour éviter d'être agressé dans des zones mal éclairées. Les touristes sont invités à être vigilants en tout temps à Managua. Bien que l'activité des gangs ne soit pas un problème majeur à Managua ou au Nicaragua, la prudence est recommandée. Il est conseillé aux touristes de voyager en groupe ou avec une personne de confiance qui comprend l'espagnol. Il existe des organisations locales qui offrent des services de traduction ou de guide. L'une de ces organisations est Viva Spanish School Managua.

Il est également conseillé aux touristes de ne pas utiliser de devises étrangères pour les transactions locales. Il vaut mieux avoir la monnaie locale que de devoir convertir avec des particuliers dans la rue ou dans des zones non touristiques. Les banques au Nicaragua exigent une pièce d'identité pour toutes les conversions de devises. Utilisez les guichets automatiques qui distribuent la monnaie locale. Lorsque vous utilisez des guichets automatiques, prenez des précautions et soyez conscient de votre environnement.

Les bus peuvent être extrêmement encombrés et exigus. Il y a généralement un porte-bagages disponible pour ranger les sacs et autres articles. Cependant, il est recommandé aux touristes de toujours garder leurs sacs à portée de main et de vue, et peut-être de mettre un cadenas sur le sac. Une bonne idée est d'avoir un sac plus petit pour les objets que vous ne pouvez absolument pas vous permettre de vous faire voler et de ne jamais les laisser hors de vue.

Les taxis collectifs sont également risqués car le crime organisé fleurit dans ce secteur de transport à cause des passagers fixes. En d'autres termes, les chauffeurs savent déjà qui ils emmènent et peuvent donc s'en prendre au seul passager supplémentaire. Cependant, ce crime n'est pas courant. Il est fortement conseillé aux touristes de fermer les fenêtres de leurs taxis, car des agressions à fenêtre ouverte se produisent dans les embouteillages (fréquents) de Managua et aux feux rouges.

Bien que de vastes opérations de déminage aient été menées pour nettoyer les zones rurales du nord du Nicaragua des mines terrestres laissées par la guerre civile des années 1980, les visiteurs qui s'aventurent dans ces zones en dehors des routes principales sont avertis que des mines terrestres peuvent encore être rencontrées.

Vous aurez besoin d'argent pour traverser les frontières internationales. Le Nicaragua perçoit un droit de douane de 10 à 13 dollars américains (selon la "taxe administrative"). Ceci s'ajoute à un visa CA-4 qui vous permet de franchir les frontières entre le Nicaragua, le Honduras, El Salvador et le Guatemala. Selon le traité qui établit ce visa, les agents des frontières ne sont pas censés contrôler les personnes munies de tels visas, mais ils le font quand même et facturent des péages, qu'ils appellent des frais de visa pour franchir la frontière.

Restez en bonne santé au Nicaragua

Selon le bulletin consulaire du département d'État américain pour le Nicaragua, l'eau du robinet à Managua est potable, mais l'eau en bouteille contenant du chlore est toujours le meilleur choix. L'eau d'Esteli est particulièrement bonne car elle provient de puits profonds. L'eau en bouteille est facilement disponible, un gallon coûtant environ un dollar américain dans un supermarché.

En raison de la latitude tropicale, les insectes volent en abondance. Assurez-vous d'utiliser un insectifuge contenant du DEET, surtout lorsque vous voyagez dans des régions plus éloignées (Isla Ometepe, la région de Rio San Juan ou les Caraïbes nicaraguayennes).

La dengue survient dans certaines régions et est causée par un type de moustique qui vole principalement entre le crépuscule et l'aube. Le paludisme n'est pas un problème grave à moins de voyager sur la côte caraïbe ou le long du Rio San Juan, à l'est de San Carlos. Un médecin peut vous conseiller de vous faire vacciner contre l'hépatite A et la typhoïde avant de vous rendre au Nicaragua.

Bien qu'il existe un système de santé publique et de nombreux hôpitaux publics, ils ne sont pas une bonne option pour les touristes, sauf en cas d'urgence grave, et seulement jusqu'à ce qu'un hôpital privé puisse envoyer une ambulance. Cependant, ils peuvent généralement traiter des problèmes mineurs aussi bien que n'importe quel médecin ambulatoire et ne vous facturent rien. Il existe plusieurs hôpitaux privés, par ordre de qualité, du meilleur au pire : Hospital Metropolitano Vivian Pellas sur la Carretera Masaya Km 10, Hospital Bautista, Hospital Militar près de Plaza Inter et plusieurs autres.

Bien qu'ils fassent de la publicité pour le tourisme médical, ces hôpitaux ont rarement du personnel anglophone pour s'occuper des touristes. Si vous insistez ou si quelqu'un vous accompagne, vous pouvez obtenir un membre du personnel parlant anglais. Cependant, il est préférable d'avoir un peu d'espagnol ou d'être avec une personne bilingue.

Si vous avez un problème et qu'ils appellent Cruz Roja (le service d'ambulance de la Croix-Rouge nicaraguayenne) et que vous avez de l'argent ou une assurance, demandez-leur de vous emmener dans l'un des hôpitaux privés dans l'ordre indiqué. Ils vous demanderont probablement de toute façon, mais indiquez l'hôpital privé ou appelez l'hôpital pour obtenir l'ambulance.

Les hôpitaux privés sont beaucoup moins chers qu'aux États-Unis : en 2009, une chambre privée avec une infirmière privée au Metropolitano coûtait 119 $ par jour. Une IRM du genou en 2010 a coûté 300 $. La chirurgie d'urgence en 2008 à Bautista a coûté 1,200 100 $, y compris le chirurgien, l'anesthésie, la salle d'opération, la salle de réveil et les fournitures, après quoi une chambre privée a coûté moins de XNUMX $.

Suivant Lire

Granada

Grenade est la capitale du département de Grenade dans l'ouest du Nicaragua. C'est la sixième ville la plus peuplée du Nicaragua, avec une population estimée à 123,697 XNUMX...

Managua

La capitale et la plus grande ville du Nicaragua est Managua. La ville a une population en croissance rapide d'environ 2,200,000 XNUMX XNUMX personnes, dont la majorité sont des métis...